MENU 

MENU 

MENU 

«Outlander», la série addictive de Starz qui en est à sa quatrième saison, se concentre sur une romance pour les âges : l'amour qui voyage dans le temps et qui chamboule l'âme entre le Highlander écossais du 18e siècle Jamie Fraser et l'infirmière de combat du 20e siècle Claire Randall. Les acteurs qui les jouent - Sam Heughan et Caitriona Balfe - sont largement célébrés pour leur beauté et leur talent. Heughan, en particulier, a une présence physique telle que même l'écrivain féministe Roxane Gay admet volontiers - «Je me sens coupable à ce sujet mais j'ai des yeux» - qu'elle ne peut s'empêcher de l'objectiver.
C'est pourquoi il peut être l'homme parfait pour modéliser le consentement explicite, pour faire exploser la croyance que les éducateurs sexuels disent qu'ils rencontrent souvent : cette demande de permission n'est «pas sexy».

De nombreux cours sur l'éducation sexuelle enseignent le consentement et demandent aux élèves de le jouer. Ils parlent de «non signifie non» et de la nécessité d'un oui enthousiaste. Mais lorsque les étudiants reprennent leur régime médiatique habituel, ils réintègrent souvent ce que certains ont décrit comme un monde de «viol» de baisers forcés et de violence pornographique de plus en plus borderline dans des séries comme «Game of Thrones».
(Alerte spoiler à partir de maintenant.) "Outlander" a aussi plein de scènes de "viol", dont certaines si atroces que la fin de la première saison m'a laissé ébranlée et horrifiée pendant des jours. Mais la série et les romans très vendus sur lesquels elle est basée dépeignent également l'amour romantique de la manière la plus glorieusement gratifiante, et Jamie est - comme l'appellent les scénaristes de la série - "le roi des hommes".

Il est certainement le roi du consentement, comme certains critiques l'ont noté, et il le démontre dans les scènes ci-dessous. "Outlander" pourrait-il donc être utile dans les programmes de consentement ? Oui, dit Deirdre O’Donnell, éducatrice sexuelle basée à Boston (et collègue fan de "Outlander"), qui a enseigné aux collégiens, lycéens et étudiants à Providence, RI et Brockton, Mass.

"Je dirais que de nombreuses scènes de la série télévisée" Outlander "seraient un bon outil éducatif pour la question du consentement", dit-elle. "Claire et Jamie ont une chimie à l'écran qui semble si authentique et comparable, c'est peut-être exactement l'expérience médiatique dont nous avons besoin pour briser l'idée fausse commune selon laquelle le consentement n'est pas sexy."

Pourquoi les cours d'éducation sexuelle devraient utiliser certaines scènes d'Outlander pour enseigner le consentement

 

Par Carey Goldberg, le 21 décembre 2018

Traduction française : Marie Modica

 

1er exemple :
Claire est furieuse contre Jamie après qu’il ait administré des châtiments corporels pour désobéissance à sa femme - une fessée de ceinture - ce qui était normal à son époque et serait une violence domestique digne d'une arrestation dans la nôtre.

Elle l’exclut de leur lit ; il rumine et s'engage finalement à ne plus jamais lever la main sur elle. Alors qu'ils se réconcilient, ils s'embrassent. La transe du désir descend visiblement sur eux deux, mais Jamie est obligé de vérifier qu'il est vraiment à nouveau accepté.

«Je te veux, Claire», murmure-t-il à moitié. «Je te veux tellement que je peux à peine respirer. M'auras-tu? "

Elle l'embrasse à nouveau et lui murmure à moitié : "Oui, je t’aurai."
Commentaire : Dommage que le bref "M’auras-tu?" semblerait étrange à la plupart des oreilles américaines, mais O'Donnell dit que cette scène offre des instructions utiles à plusieurs titres.

Claire «est un parfait exemple de quelque chose que j'essaie d'enseigner à mes jeunes chaque fois que je fais mon travail sexuel», dit-elle. «Nous devons faire un très bon travail pour clarifier nos frontières et aussi enseigner aux autres à les respecter . "

Mais une fois cela fait, dit O'Donnell, il y a aussi une place pour le pardon et la compréhension. Jamie était un produit de son temps ; Claire a compris que «et sa capacité à lui pardonner, et sa capacité à reconnaître le mal dans son comportement, et à s'engager à ne plus jamais la blesser, étaient toutes un catalyseur vraiment incroyable pour la profondeur de leur relation, et un hommage à la façon dont quiconque PEUT changer."

"Ayant vu l'erreur de ses manières", dit O’Donnell, Jamie "prend alors cette simple mesure de demander un consentement vraiment, vraiment explicite", et cela reste constant tout au long de la série.

>> 2e exemple :
À la saison 3, les circonstances ont séparé le couple pendant des années, et Jamie, en liberté conditionnelle et travaillant comme groom sous contrat dans un domaine anglais, attire l'attention d'une fille de la maison, Lady Geneva. Bientôt mariée à un homme beaucoup plus âgé, elle lui fait du chantage pour qu'il vienne dans sa chambre et l'initie au sexe. Même si elle le contraint, il demande un consentement explicite. «Nous devrions donc continuer,» dit-il sans enthousiasme. "Puis-je vous toucher, milady?" Voyant son hésitation, il propose: «Nous n'avons pas à le faire ; changez d'avis si vous le souhaitez. «Non», répond-elle, «je fais ça pour moi. Je veux que ma première fois soit avec quelqu'un comme toi. » Un peu plus tard, alors qu'ils deviennent plus intimes, elle lui répète la question: «Puis-je vous toucher ?»
Commentaire: Ici, nous voyons Jamie appliquer ce qu’il a appris de Claire, dit O'Donnell, «en termes de consentement et en demandant si les choses vont bien en cours de route, et en reconnaissant que le consentement est une conversation continue. Ce n'est pas une transaction. Ce n'est pas quelque chose que vous obtenez, et puis c'est OK de faire ce que vous voulez. " Si elle utilisait cette scène - très éditée - dans une classe, explique O'Donnell, elle discuterait de la dynamique du pouvoir au travail - noblesse contre serviteur, femme contre homme - et irait au-delà de l'importance d'explorer les zones grises. «L'une des choses que j'aime tant à propos d'Outlander, c'est que je pense que le consentement est en fait une question très compliquée et que les êtres humains sont vraiment complexes», un mélange de bons et de mauvais, parfois avec de bonnes intentions mais de mauvais résultats, dit-elle. «Et beaucoup d'éducateurs sexuels essaient de faire du consentement un problème très noir et blanc.» En réalité, dit O’Donnell, «le consentement est communiqué de diverses manières qui ne sont pas explicites. Le langage corporel est important. Les expressions faciales sont importantes. Le ton de la voix est important. Vérifier constamment et demander si chaque chose individuelle est OK. Et savoir comment avoir ces conversations d'une manière qui ne semble pas gênante - toutes ces choses sont importantes pour enseigner aux gens, afin qu'ils puissent s'engager dans ces conversations sur le consentement d'une manière réelle. " Et ces conversations, dit-elle, "vont toujours être limitées jusqu'à ce que nous commencions à reconnaître la zone grise là-bas", et voyons que dans de nombreuses situations qui se terminent mal, personne n'agissait par méchanceté. "Nous, dans notre culture, n'avons pas assez de ‘debrief’ à ce sujet. »

>> 3e exemple :
Après 20 ans d'écart, Jamie et Claire se retrouvent bien dans la saison 3, dans un épisode particulièrement puissant intitulé «A. Malcolm». "Elle a de nouveau voyagé dans le temps pour le rejoindre, et il est tellement choqué quand il la voit pour la première fois qu'il s'évanouit. Quand il se rétablit, Jamie prend la main de Claire et voit qu'elle porte toujours sa bague de mariage. «Je ne l'ai jamais enlevée», dit-elle. Il est inexorablement attiré vers elle. "Je veux - j'aimerais beaucoup t'embrasser", réussit-il à bégayer. "Puis-je ?"
Il y a sûrement eu de nombreuses protestations bruyantes devant les écrans à la maison : «Tu n'as pas vu l'amour de ta vie depuis 20 ans, vous pensiez chacun que l'autre était mort, vous êtes enfin de retour ensemble, vous avez des larmes de joie, juste [bip] embrasse-la! "
Mais il attend sa réponse, un simple «oui».
Il s'arrête en chemin pour le baiser, et remarque avec émerveillement : "Je n'ai pas fait ça depuis très longtemps ..."
Commentaire: O’Donnell entend souvent de ses élèves que demander un baiser ou plus n’est «pas sexy». Cette scène pourrait être une réponse efficace à ces préoccupations, dit-elle, "un exemple parfait pour montrer," Écoutez, vous pouvez avoir ces conversations sur ces questions d'une manière qui pourrait réellement exciter l'autre personne."
>> 4e exemple : Romance à bord

Une scène tout aussi utile, dit-elle, dans l'épisode "Eye of the Storm", où Claire et Jamie ont longtemps eu peu de temps et d'espace seuls. Quand ils ont enfin un moment, il commence à partager ses fantasmes à son sujet, "et il la guide pas à pas," dit O'Donnell. Comme, "Je te mettrais sur mes genoux, je t'embrasserais de cette façon", "tout en lisant ses expressions faciales, en regardant ses réactions pendant qu'elle l’encourage à lui en dire plus.
Commentaire : Ils guident efficacement le spectateur tout au long du processus de consentement, explique O'Donnell, "et c'était tellement fantastique de voir une dynamique saine comme celle-là à l'écran."

>> 5e exemple, très pertinent pour les rencontres problématiques sur le campus où l'alcool est impliqué : Dans l'épisode "Uncharted", Claire se sent fringante lorsqu'elle est fiévreuse et sous l'influence du sherry dans sa soupe de tortue, et Jamie hésite à plusieurs reprises par égard pour elle. Comme l'écrit Mashable: < Alors que de nombreuses émissions ont romancé, rigolé ou ignoré les connexions ivres entre ses personnages, avoir Jamie vocaliser le fait que les facultés de Claire peuvent être un peu compromises est un moyen pour Outlander de souligner subtilement l'importance du consentement, en particulier lorsque quelqu'un est sous l'influence de l'alcool. >
 

>> Post-scriptum pour les fans d'Outlander

Alors voilà, comme pourrait le dire Claire. Certaines scènes de "Outlander" pourraient être utilisées pour enseigner le consentement - "Outlander", la série de Starz, bien sûr. Les livres sont un peu plus compliqués.
Comme le note un écrivain du Daily Beast, le véritable "déplacement temporel" dans "Outlander" n'est pas le voyage dans le temps de Claire, mais plutôt "la conversation culturelle changeante autour du consentement dans les décennies entre les livres et la série".

Parmi les légions de fans et lecteurs attentifs des livres, certaines scènes ont suscité des réaction sur la question consentement. Certainement la scène de la fessée. Et, dans le livre, le traitement de la scène avec Lady Geneva, elle change soudainement d'avis d'avoir des rapports sexuels avec Jamie à la toute dernière minute et lui dit d'arrêter. L'auteur des livres, Diana Gabaldon, écrit : "Hors de contrôle, il a mis une main sur sa bouche et a dit la seule chose cohérente à laquelle il pouvait penser." Qui était «non»

Il y a plus d'où cela vient, y compris la rugosité occasionnelle au lit, et ce que Claire décrit à un moment donné comme «une insistance douce que je savais être la continuation de la leçon si brutalement commencée la nuit précédente. Il serait doux, mais refuserait d’être repoussé. »

Cela ne ressemble certainement pas au consentement du 21e siècle, et quand je les ai fait remarquer à O'Donnell, ils l'ont troublée. «Les temps ont beaucoup changé depuis l'écriture des premiers livres», dit-elle ; peut-être même que Gabaldon regretterait ces scènes et souhaiterait qu'elles soient différentes.
Peut-être. Mais Gabaldon joue souvent avec une ambiguïté morale dans ses personnages, et elle a dit un jour dans une interview qu'elle avait tendance à penser que "les agendas sont nuisibles à l'art."

Ordre du jour ou non, ce qu’elle a créé scène après scène dépeint le consentement de manière si vivante qu'elles serviraient une classe sexuelle aujourd'hui. Et elle l'a fait des décennies avant que le terme n'entre dans la conversation culturelle actuelle. Dans son oeuvre avant le #metoo, malgré toute sa complexité morale, la recherche du consentement ressemble simplement à un simple acte de décence d'un homme bon.