MENU 

MENU 

MENU 

Très certainement parce que les livres de Diana sont difficilement étiquetable, ce qu’ont beaucoup de mal à supporter les maisons d’éditions, elles-mêmes étroitement liées aux libraires qui aiment plus que tout ranger chacun de leur livres à vendre dans une petite case bien reconnaissable, les premiers tomes de la saga Outlander ont été littéralement massacrés lors de la traduction française.

Puisqu’ils avaient classé la saga dans la catégorie « romance », alors ils allaient faire en sorte que la traduction transforme la saga en romance. Sans aucun complexe, ils ont retiré des pans entiers de l’œuvre de Diana, remaniant à leur sauce, rajoutant, remplaçant, coupant, remodelant…

Il a fallu l’attention particulière de fans aptes à lire l’œuvre dans les deux langues pour que ce massacre soit mis à jour et arrive aux oreilles de l’auteure alors que le tome 4 était déjà sur les étals.

Diana a mis un terme à son contrat, réclamant le respect de ses écrits lors des futures traductions. Pour autant, rien n’a été fait pour rétablir les 4 premiers tomes dans leur intégralité et, malgré les nombreuses demandes et pétitions, ils ont été réédités à de nombreuses reprises dans leur version tronquée.

Mais c’était sans compter avec la passion des fans français qui se sont réunis sur les réseaux sociaux !

Sur le groupe facebook : Outlander - les livres de Diana Gabaldon, des fans bilingues ont proposé de rétablir l’œuvre originale en corrigeant les passages mal traduits ou coupés.

C’est ce travail que je vous propose de partager ici avec l’accord des traductrices et relectrices.

 

La correction se fera ainsi 

En noir : le texte tel qu'il est dans la version française et validé par la traductrice

En bleu : le texte tiré de la version originale, absent dans la version française d'origine et enfin traduit.

En blanc et rayé : le texte ajouté dans la version française d'origine et ne figurant pas dans la version originale.

 

Outre les différentes correctrices que je voudrais remercier ici pour leur précieux travail et leur autorisation de le faire figurer ici, je voudrais également remercier Marie Modica et Lucie Bidouille pour leurs conseils avisés. 

 

* voir édit pour les droits d'auteurs  

Correctif de la traduction française

Espace Géré avec la participation de Marie Modica et Lucie Bidouille * 

Marie Modica : 

Attirée par la série, Marie a très vite voulu découvrir l’histoire à travers les livres, dévorant les 8 tomes puis, dans la foulée, s’attaquant au tome 1 dans sa version originale.

Un jour, évoquant dans un groupe FB le passage du livre où Jamie raconte à Claire son premier baiser, Marie réalise qu’aucun des fans francophones n’en a connaissance. Elle prend alors conscience des coupes drastiques opérées lors de la traduction.

En parallèle, souhaitant partager sa passion des livres de Diana sans confusion possible avec la série, Marie fonde le groupe francophone « Outlander – les livres de Diana Gabaldon » sur lequel est rapidement abordée la question de ces insupportables coupures.  Elle y rencontre, entre autres, Lucie Bidouille qui a très vite proposé un extrait de la version originale qu’elle venait de traduire. C’est à ce moment là que le projet d’atelier de traduction a vu le jour. Beaucoup d’adhérents bilingues du groupe se sont alors portés volontaires pour partager les trésors, petits et grands de la version originale avec celles et ceux qui ne maitrisent pas l’anglais.

 

Lucie Bidouille :  

Fan de la série TV depuis ses débuts, Lucie était loin d’avoir eu le même coup de cœur pour les livres qui ne lui procuraient pas la même émotion que la série. Un jour, elle a partagé ce sentiment sur l’un des groupes dédiés à la saga et c’est à ce moment là qu’elle a appris que les traductions françaises avaient été victimes de coupes qui dénaturaient l’histoire. Elle a alors compris que ce n’était pas le style de Diana Gabaldon qu’elle n’aimait pas, mais la traduction "façon courte". Elle s’est alors lancée dans la lecture de l’œuvre originale, tellement plus riche, plus intense, plus prenante... A partir de là, elle s’est amusée à traduire les passages manquants en français, en essayant de coller le plus possible au style de Diana Gabaldon, trouvant des alliées dans le groupe ouvert par Marie Modica.

Et qu'en est-il des droits d'auteurs ?  

 

Pour ceux qui se poseraient la question de savoir si nous avons le droit de publier en public des pans entiers de l’œuvre de Diana, sachez que nous avons longuement réfléchi à cela avec Marie et Lucie.

Nous avons tenté de joindre Diana Gabaldon afin de lui demander l’autorisation, mais notre mail est resté sans réponse. J’imagine que Diana est submergée par les mails et que le nôtre est passé à travers les gouttes. Nous nous sommes alors demandé s’il ne serait pas opportun de demander cette autorisation auprès des éditeurs… et c’est là que nous avons réalisé qu’en vérité, personne ne détenait les droits, en français, de cette partie de l’œuvre de Diana.

En effet, les extraits des livres qui n'ont pas été traduits en français sont actuellement (et, a priori, pour longtemps) dans les limbes éditoriales .

Tout a commencé lorsque la première maison d'édition française intéressée par Outlander a acheté les droits de publication en français. Ils ont eu à leur disposition les manuscrits en version originale qu’ils ont fait traduire par Philippe Safavi. Avant de les publier, ils ont pris la liberté de couper et remodeler à leur sauce sans que Diana n’en soit informée.

Lorsque cette dernière a eu vent du massacre, elle est intervenue pour faire respecter son travail, mais le mal était fait pour les 4 premiers tomes de la saga.

La nouvelle maison d’édition en charge des tomes suivants a racheté les droits sur les premières éditions en français qu’elle reproduit et commercialise en l’état ! Elle n’a pas les droits sur la version originale, donc, ne peut pas la retraduire (Alors que, pourtant, elle a gardé le même traducteur).

La tromperie va encore plus loin puisque ce nouvel éditeur se permet d’afficher « texte intégral » sur les nouvelles éditions, pour signaler que chaque livre correspond à un tome en son entier (contrairement aux anciennes éditions qui éditaient les tomes en 2, 3, voire 4 parties), ce qui peut laisser à penser aux lecteurs français ayant eu vent des coupures de la traduction, qu’en se procurant la nouvelle version ils auront enfin le plaisir de lire l’intégrale. Que nenni !

Pour résumer : les anciens éditeurs ont les textes anglais mais pas le droit de publier - les nouveaux ont le droit de publier mais n'ont pas les textes anglais.

 

C’est là que les fans interviennent et proposent ce qui, sinon, semble perdu à jamais.