MENU 

MENU 

Le jour où Diana Gabaldon a aidé la série à rester

fidèle à l’Ecosse

 

Engagée comme consultante dans la série télévisée de Starz, Gabaldon, dont le roman original d'Outlander sur l'Écosse du 18e siècle a une armée de fans dévoués, dit qu'elle a dû empêcher les écrivains de prendre trop de libertés artistiques avec l'histoire.

La série, qui met en vedette l'acteur écossais Sam Heughan dans le rôle du Jacobite [ndlt : sic] Jamie Fraser du XVIIIe siècle en face de la voyageuse anglaise Claire Randall, en est maintenant à sa deuxième saison.
S'adressant à The Scotsman, Gabaldon a déclaré:
«Ils me montrent le script et m’invitent à commenter - et bien sûr que parfois c'est 'Oh c'est génial', ou parfois c'est 'Mon Dieu, aucun de vos écrivains ne connaît la différence entre ‘allonger’ et ‘déposer à plat’ '- ils ne la connaissent pas. Les acteurs non plus.

 

«Dans la première saison, le cinquième épisode, Claire s’éloigne parce qu’elle en a marre que tous ces hommes stupides soient méchants avec elle et tombe sur des femmes du village. La scène a été écrite à l'origine dans le scénario avec Claire dans un village avec des rues pavées, des maisons aux murs plâtrés, des magasins et des choses comme ça.

«Elle voit un vase dans la fenêtre d'une des maisons et ayant un truc pour les vases, elle s'arrête et le regarde. La femme de la maison sort, elles commencent une conversation et elle l'invite à entrer et elles finissent par jouer au bridge et boire du thé.

«Je regardé la scène et j'ai dit non - c'est le 18e siècle, dans les hautes terres reculées d'Écosse. Je vois ce que vous essayez de faire ici émotionnellement et que vous voulez lui présenter temporairement le côté féminin de la vie et le contraste avec ce qu'elle faisait [au XXe siècle]. J'ai dit que c'était génial et que cela fonctionnait bien dans le script, mais je ne pense pas que vous vouliez le faire de cette façon.

«Il n'y avait pas de villages comme ça, avec des rues pavées. Les gens vivaient dans des maisons au toit de chaume et des crofts sans rue du tout et ils n'auraient pas eu de cartes - les gens pensaient que c'était un péché de jouer aux cartes jusqu'au XXe siècle en Écosse. Ils n’auraient pas bu de thé.

 

«Plus important encore, les femmes n’auraient pas perdu leur temps au milieu de la journée. C'était une vie très dure, les femmes travaillaient de l'aube à la nuit juste pour survivre, donc elles devaient faire des corvées.

«J'ai dit que vous pouviez bien sûr demander à Claire de se joindre à elles et de les aider dans les tâches ménagères, ce serait un bon moyen de présentation et je leur ai donné une liste de ce que les femmes pouvaient réellement faire à ce moment-là - le barattage du lait, faire du beurre, traire des chèvres, emmener la vache - s'ils en avaient une - au pâturage.

Quand elle a commencé à écrire les romans, Gabaldon n'avait jamais visité l'Écosse elle-même.

En fait, elle a basé le personnage de Jamie sur un vieil épisode de Dr Who.

Elle a déclaré: «J'écrivais Outlander pour m’entraîner et je ne voulais pas que quiconque sache que je le faisais.

 

 Je ne pouvais donc pas très bien annoncer à mon mari que je quittais mon travail et que je l’abandonnais avec trois jeunes enfants pour visiter l’Écosse pour faire des recherches sur un roman que je ne lui avais pas dit que j’écrivais.

«Je l'ai donc écrit entièrement grâce à des recherches en bibliothèque. J'ai commencé à écrire Outlander en 1988, donc Internet, tel que nous le connaissons aujourd'hui, n'existait pas.

«Toutes les recherches ont été effectuées à partir de bibliothèques - heureusement, j'étais professeur de recherche dans une université et j'avais donc accès à une très grande bibliothèque. Puis j'ai commencé à commander des livres et des choses se sont passées [ndlt : elle a partagé des extrait sur le forum de Compuserve et elle a été encouragée par des retours enthousiastes et plusieurs personnes l’ont poussée à faire éditer son histoire] et mon livre d’entraînement est devenu Outlander.

«J'ai donc fait un effort pour rendre les choses aussi précises que possible - à la fois en termes d'histoire, de culture et de langue du livre. Qu'il s'agisse d'un livre d’entraînement ou non, il doit être aussi bon que je pourrais le faire - parce que si je ne fais pas de mon mieux chaque jour, comment saurai-je si je suis bonne, et comment pourrai-je m’améliorer ?

 

Que je m'attendais à ce que quelqu'un le voie ou non, j'y ai mis tous mes efforts depuis le début.
Gabaldon savait qu'elle voulait que le roman soit aussi historiquement exact depuis le début, pour un certain nombre de raisons.

«Si vous voulez raconter une bonne histoire, il faut que les gens y croient.
«Il y a deux façons de faire cela, lorsque vous écrivez de la fiction historique. La première consiste à être aussi précis que possible sur ce que l’on sait de l’histoire.

«L'autre chose que vous pouvez faire, pour susciter la croyance - surtout si vous vous attendez à ce que les gens croient au voyage dans le temps - est de rendre les détails de la vie quotidienne aussi convaincants que possible, car les gens vivent avec vos personnages au jour le jour.

 

«C’est une question de plausibilité artistique, je suppose. Mais lorsque vous écrivez de la fiction historique, il y a aussi une question de responsabilité morale. Si vous écrivez quelque chose qui est clairement étiqueté comme une histoire alternative, bien sûr, il est parfaitement légitime de jouer avec des personnages et des événements historiques connus, mais moins lorsque vous écrivez une fiction historique essentiellement pure.
«Mes livres chevauchent en quelque sorte tous les genres dont vous avez entendu parler, à l’exception peut-être de la poésie. Mais nous essayons de garder cela du côté de la fiction historique pure, sauf le voyage dans le temps.

«Il y avait une chose dont Gabaldon ne voulait pas parler: la saison trois. Lorsqu'on lui a demandé si une troisième série était en préparation, elle a simplement répondu: "Je ne peux pas vous en parler."

Pas de nouvelles bonnes nouvelles, non?