MENU 

MENU 

MENU 

Septembre apporte toujours une foule d'événements très attendus : un nouveau départ pour l’année universitaire, de nouvelles émissions à la télévision, une autre chance pour une saison gagnante de ‘gridiron’ [ndlt : nom donné au football américain en Australie]. Mais cette année, des millions de fans à travers le monde se concentrent sur une expérience différente en septembre - ils finissent par gratter leur démangeaison «ce qui se passera ensuite» avec la sortie de “L’écho des cœurs lointains”, le dernier livre de la série extraordinairement populaire Outlander, de Diana Gabaldon.

Il s’agit du septième opus des aventures de Gabaldon avec la fougueuse Anglaise Claire Randall, qui a été accidentellement transportée 200 ans en arrière dans l’Écosse du XVIIIe siècle. Là, elle a rencontré et est tombée amoureuse d'un Highlander vêtu d’un kilt nommé Jamie Fraser, et les deux sont rapidement devenus presque aussi célèbres que Roméo et Juliette.

Depuis sa résidence secondaire à Santa Fe, avec les deux teckels de sa famille (Homer et JJ) recroquevillés à ses pieds, Gabaldon est plus qu'un peu joyeuse tant elle est sûre de la réponse que la fin en cliffhanger du nouveau livre suscitera.
«C'est la faute de toutes les personnes qui ont lu “La neige neige et la cendre” [le livre précédent de la série] et qui m'ont ensuite écrit en masse, pleurnichant et gémissant à quel point elles étaient _si_ tristes parce que c'était le dernier livre et ils allaient leur manquer _tellement_ et est-ce que je ne voudrais pas reconsidérer la question et faire un autre livre, ce qui me fait répondre dans chaque cas, en disant: «Pourquoi pensez-vous que c'est le dernier livre ? Y a-t-il écrit “conclusion passionnante” au verso du livre de poche ? Bien sûr, ce n'est pas le dernier livre !» Ce à quoi ils ont tous répondu comme un seul homme,"Mais vous avez si bien tout ficelé." J'ai dit d'accord, personne ne va arriver à la fin de _ce_ livre et penser cela."

Dans “L’écho des cœurs lointains”, Claire et Jamie quittent leur maison au sommet de la montagne en Caroline du Nord en 1779, pour retourner en Écosse, un voyage périlleux rendu encore plus difficile par la guerre d'Indépendance qui fait rage autour d'eux. Jamie est l'un des rares survivants de la brutale défaite de la rébellion jacobite par les Britanniques lors de la bataille de Culloden en 1746. Lassé de la guerre, il espère lutter pour la libération de l'Angleterre des États-Unis grâce à sa presse à imprimer, désormais stockée à Édimbourg. Après tout, quelqu'un doit être assez courageux pour publier les opinions incendiaires des fanatiques ardents prônant l'indépendance face à l'Angleterre. Quelqu’un comme Thomas Paine - qui apparaît brièvement dans le livre.

Mais inévitablement Jamie et Claire, et le neveu de Jamie, Ian, sont entraînés dans les conflits qui les entourent, y compris les deux batailles de Fort Ticonderoga. Ils sont enfin en mesure de quitter les colonies en escortant le corps du général de brigade Simon Fraser, l'un des proches de Jamie, vers l'Écosse pour y être enterré.
Mission accomplie, le couple rend ensuite Ian à ses parents, un vœu prononcé dans “Le voyage” (le troisième livre de la série) lorsque le garçon de 15 ans a été enlevé d'Écosse par des pirates et emmené aux Antilles. Mais Ian n'est plus un garçon ; c'est un homme qui a vécu des choses que ses parents n'auraient jamais pu imaginer. Lorsque Claire reçoit une demande urgente de retourner dans les colonies pour opérer un petit-enfant (Henri-Christian, descendant du fils adoptif de Jamie, Fergus), Ian l'accompagne. L'une des principales raisons de son retour est l'amour qu'il ressent pour une fille Quaker nommée Rachel. Des problèmes graves obligent cependant Jamie à rester un certain temps en Écosse, de sorte que le couple est séparé par un océan pour la première fois depuis de nombreuses années.

Les événements relatés ici représentent à peine un tiers des plus de 800 pages du livre, une longueur partagée par les sept romans de la série. Les personnages apparaissent dans un livre, disparaissent, puis reviennent deux ou trois livres plus tard. Quelqu'un à peine mentionné dans un premier livre peut devenir pivot dans un autre. De même, les petits événements à peine abordés auparavant prennent souvent une signification beaucoup plus grande dans un roman ultérieur.

Malgré les 18 années écoulées depuis la publication d'Outlander, Gabaldon semble avoir peu de difficulté à se souvenir et à récupérer des personnages ou des événements des près de 7000 pages de prose qu'elle a consacrées à Jamie et Claire.

«Je n'écris pas avec un plan. En fait, je n’écris pas en ligne _droite_. J'écris quand je peux voir les choses se produire. Ce dont j'ai besoin un jour donné pour commencer à écrire, c'est ce que j'appelle un noyau. Une ligne de dialogue, une ambiance émotionnelle, tout ce que je sens très concrètement. J'écris très minutieusement dans ces petits morceaux déconnectés.
«Mais alors que j'écris ces morceaux déconnectés, et que je continue à faire des recherches et bien sûr à penser au livre tout le temps, ils commencent à rester ensemble. Ils développent de petites connexions. Et je vais écrire quelque chose et penser: "Oh, cela explique, enfin, pourquoi c'est ce que j'ai écrit il y a quatre mois." Ensuite, je peux voir ce qui _doit_ se passer ensuite."

L’une des grandes joies de la lecture de la série Outlander de Gabaldon est son aspect «histoire simplifiée». Les lecteurs apprennent non seulement les événements cruciaux de l'époque, mais ils absorbent également sans douleur les petits détails de la vie au XVIIIe siècle. Gabaldon glane ses événements majeurs aux sources habituelles : livres d'histoire, biographies, récits contemporains de l'époque. Mais elle a également trouvé une autre source d'information lors de ses voyages vers des sites historiques.

«Je vais dans les parcs nationaux et les champs de bataille, en partie parce que les librairies offrent une telle sélection de faits cachés historiques. Ces petites librairies de service de parc national vendent non seulement les titres grand public qui traitent de cette période, mais aussi des livres publiés à compte privé par des habitants qui écrivent les mémoires de leur famille ou qui ont le récit de cette bataille particulière reçu de l'arrière-arrière-grand-père qu'ils ont choisi de publier. Ou un botaniste amateur qui a écrit un traité sur toutes les plantes locales qui poussent ou ont poussé autour de cet endroit particulier. Vous pouvez ramasser ces petites choses vraiment étranges que vous ne trouverez nulle part ailleurs.»
Elle est également à la recherche de bizarreries particulièrement fascinantes portées par les personnages historiques qu'elle apporte dans chaque roman. Un exemple est la quotidienne "aération de la peau" nue prise par Benjamin Franklin dans “L’écho des cœurs lointains”.

"C'était l'un de ces petits noyaux que j'ai croisé dans mes recherches, et j'ai dit : "Oh, je dois l'utiliser." Mon imagination n'est pas assez bonne pour inventer quelque chose d'aussi merveilleux."

L'une des histoires les plus populaires de la série de Gabaldon tourne autour de la fille de Jamie et Claire, Brianna, son mari, Roger, et leurs deux enfants, Jem et Amanda. Brianna a suivi sa mère dans l'Amérique du XVIIIe siècle pour tenter de sauver la vie de ses parents. Roger a suivi Brianna ; ils se sont mariés et auraient pu rester dans le passé jusqu'à ce qu'un problème de santé avec leur fille nouveau-née nécessite un retour au XXe siècle. Gabaldon continue de tisser son histoire des années 1980 autour des événements qui se déroulent à la fin des années 1770 dans “L’écho des cœurs lointains”. Une des raisons, dit-elle, de les ramener «vers le futur» était de mieux éclairer ce que ce voyage passé / présent avait signifié pour chacun.
«C'était très intéressant, Roger et Brianna ont eu du mal à s'adapter au passé. Donc je pensais, après avoir tant lutté pour s'intégrer au XVIIIe siècle, s'ils ne sont plus au XVIIIe siècle, peuvent-ils encore utiliser ces compétences, ou sera-ce tout différent ? Quant à Roger, il a en fait trouvé ce qu'il pensait être son destin au XVIIIe siècle. Et maintenant qu'il a encore une fois le tapis arraché sous lui, comment va-t-il gérer cela ? Et si je l'avais laissé au XVIIIe siècle, il serait toujours, dans une certaine mesure, dans l'ombre de Jamie. Je veux voir s'il peut se retrouver spirituellement dans cette nouvelle vie aussi bien que dans l'ancienne. » Gabaldon dit qu'au moment où elle avait huit ans, elle savait qu'elle voulait devenir écrivain. Cependant, son père avait des idées différentes. «Je venais d'un milieu familial très conservateur, et mon père aimait me dire : « Eh bien, tu es une si mauvaise juge de caractère que tu en épouseras un clochard, alors assure-toi d'obtenir une bonne instruction afin de pouvoir soutenir tes enfants. "Un baccalauréat en zoologie, une maîtrise en biologie marine et un doctorat en écologie a rempli l'édit de son père, mais Gabaldon avait toujours le désir d'écrire. Elle a commencé à travailler sur ce qui allait devenir Outlander comme un exercice littéraire, pour améliorer ses compétences. Elle en a mis une partie en ligne et la réponse à ce qu'elle avait écrit était si positive qu'elle a contacté un agent. Le livre s'est vendu en trois jours et sa carrière littéraire était lancée.
Maintenant, 18 ans plus tard, avec plus de 17 millions de livres imprimés, il ne fait aucun doute que Diana Gabaldon était destinée à devenir écrivain. Comme elle l’a dit, elle n’a pas l’intention de conclure les aventures de Jamie et Claire d’ici peu, car la fin appelant un «maintenant que se passe-t-il ?!» de “L’écho des cœurs lointains” le démontre clairement. Ses légions de fans ne la laisseront probablement pas non plus. L’histoire, à la fois sur et en dehors de la page, a prouvé qu’indépendamment du nombre de «bouts lâches» qu’elle a ficelés, Gabaldon laisse toujours ses fans en vouloir plus.

 

 

Rebecca Bain .

Photo © Jennifer Watkins

Festin d'automne pour les fans d'Outlander

Par Rebecca Bain , septembre 2009

Traduction française : Marie Modica