MENU 

MENU 

MENU 

Voici l’entretien en version originale : https://januarymagazine.com/profiles/gabaldon2002.html 

 

Nous avons échangé des octets avec Diana Gabaldon il y a quelques semaines. Voici ses commentaires sur des sujets tels que la vie d'écriture sur Internet, les scènes macabres et le sexe gratuit...

Anne Shayne -  Vous semblez avoir une énorme correspondance sur Internet. Avec combien de personnes êtes-vous en contact et à quelle fréquence êtes-vous en ligne pour répondre à des e-mails - des intervieweurs embêtants, en particulier - ou participer à des forums littéraires en ligne ?

Diana Gabaldon -  Eh bien, j'ai des comptes sur CompuServe et AOL. Je garde AOL principalement parce qu'il y a plusieurs zones sur AOL avec des "dossiers" discutant de mes livres - dans la zone Romance du Club des écrivains, dans le domaine de la science-fiction, dans le coin du livre (sous Fiction Romance et Fiction historique), dans Book Central (il y a un groupe de discussion Outlander "en direct" démarrant dans leurs Cafe Books), et probablement quelques-uns dont je n'ai pas encore entendu parler.

J'essaie de me rendre sur les dossiers dédiés à mes livres, au moins tous les quelques jours, et de répondre aux questions du mieux que je peux. CompuServe est plus ou moins ma « maison» électronique; J'y suis entrée par accident il y a environ 10 ans (au cours d'une revue de logiciel que j'écrivais pour InfoWorld), et je ne suis jamais partie. La conversation et l'entreprise sont stimulantes - grande profondeur et sophistication - et c'est en fait là que j'ai établi les contacts qui m'ont finalement permis d'obtenir un agent et un éditeur (je vous ai dit tout ça, j'en suis sûr). Quoi qu'il en soit, je suis maintenant membre du "personnel" sur CompuServe; Je suis co-chef de section d'une section du Writers Forum, intitulée Research and the Craft of Writing; nous abordons des questions ésotériques telles que la façon dont les animaux décédés sont éliminés en Grande-Bretagne (que faites-vous avec une vache folle? Vous ne vous contentez évidemment pas de sortir la pelle rétro et de l'enterrer dans l'arrière-cour), ou si des bonbons à la menthe poivrée à rayures étaient disponible dans les colonies américaines en 1793, ou quels types de substitution vocale sont possibles pour une personne atteinte de trachéotomie, ou exactement ce qui arriverait - en termes physiques - au corps d'une personne qui s'était coupé les poignets dans une cabane dans les bois en plein été, qui n'a pas été retrouvé pendant plusieurs jours ... et aussi des questions sur la technique d'écriture: quels sont les avantages et les limites de raconter une histoire particulière à la première personne vs troisième personne? Quelle est la meilleure façon d'introduire une trame de fond sans ennuyer les clients payants ? Parfois, les gens mettent en place de brefs extraits de travail (pas de longs morceaux ; nous avons des sections d'atelier formelles pour ceux qui veulent des critiques d'histoires ou de chapitres) et demandent si X fonctionne, ou si quelqu'un peut voir pourquoi Y ne fonctionne pas, ou quelqu'un peut-il suggérer quoi faire à propos de Z? Pour revenir à votre question - je fais peut-être en moyenne 80 à 100 courriels (c'est de la correspondance privée) sur les deux services par semaine, plus autant de fils de discussion (sujets de conversation) que j'ai le temps de participer dans les espaces publics - je publie probablement 50 à 60 messages par semaine dans les espaces publics. L'e-mail me parvient via Internet ainsi que via les services en ligne. Normalement (comme s'il y avait une telle chose), je passe environ une heure en ligne le matin à répondre au courrier et à m'occuper de ma section CompuServe, une autre en fin de soirée, avant de commencer à travailler. Je me connecte de temps en temps pendant la journée - à CompuServe - mais juste pour recueillir des messages et les lire comme une courte pause ; Normalement, je ne prends pas le temps de répondre.

Anne Shayne - Internet a-t-il joué un rôle dans votre popularité sans cesse croissante ?

Diana Gabaldon - Oui, j'en suis sûre. Comme mon éditeur aime à le dire, "Ce doivent être des livres de bouche à oreille, car ils sont tellement bizarres qu'on ne peut les décrire à personne !"

Il n'y a pas de meilleur moyen de diffuser le bouche-à-oreille que les différentes voies d'Internet. J'ai souvent « écouté » des sections d'AOL auxquelles je ne participe pas publiquement, et j'ai trouvé des gens recommandant mes livres à leurs amis, par exemple. Il est également très courant pour les personnes qui passent par ma section CompuServe d'apprécier la conversation, puis de demander si j'ai quelque chose à publier, et quand je dis oui et que je le décris, de sortir chercher un des livres. Et comme un publiciste de Delacorte m'a dit un jour : "Si vous pouvez faire lire le premier, c'est comme si vous invitiez à de la drogue - ils sont accro !"

A.S. - "Les Tambours de l'Automne" me semble un livre plus doux à certains égards que ses prédécesseurs : Jamie et Claire sont fondamentalement ensemble, Jamie veut beaucoup s'enraciner (c'est une scène très émouvante dans laquelle il souligne que malgré son âge, il n'a même pas un endroit qu'il appelle sa maison). Pourtant, le courant sous-jacent de la violence qui fait partie du temps est là : la menace des Indiens, des pirates, des Redcoats et les simples rigueurs de la vie dans un endroit sauvage. Que pensez-vous de l'inclusion de telles scènes graphiques ? Ils font une lecture pénible.

DG - Eh bien, ce fut une période violente, même si la violence était souvent sporadique et inattendue. La vie quotidienne sur une petite propriété était souvent assez ennuyeuse, sauf qu'un ours pouvait facilement passer la nuit et effrayer votre cochon sous votre lit. Ou un Indien pourrait passer et mourir de rougeole dans votre maïs. Mon mari me dit que les livres dans l'ensemble ont quelque chose du rythme de la vie quotidienne; non pas que je donne nécessairement un aperçu de tous les détails de la journée (cela semble parfois comme ça), mais que vous ressentez de l'intérêt pour les petits détails - la salamandre qui coule hors du bois dans votre cheminée, les tiques qui vous mordre pendant que vous dormez, la difficulté de prendre un bain - sous-jacente aux événements les plus dramatiques, tout au long. C'est bien sûr délibéré, et l'une des caractéristiques qui fait que les gens qui m'écrivent disent que les histoires sont si vivantes, ils ont l'impression de vivre réellement dans un autre temps et un autre endroit. C'est une technique que j'appelle « sous-peinture », et c'est très fastidieux à faire, mais cela en vaut la peine.

Cependant, alors que l'arrière-plan détaillé et le sens de la routine quotidienne sont le mortier qui maintient le livre ensemble, l'intérêt de l'histoire dans son ensemble - la "forme" dramatique - est dicté par les événements et les interactions les plus surprenants. Quant au côté déchirant... (haussement d'épaules). Si quelque chose s'est produit, je le décris. Il serait cependant erroné - esthétiquement - de masquer les événements les plus désagréables, tout en donnant le moindre détail des événements agréables. Aucune des scènes que vous mentionnez n'est gratuite ; tous font partie intégrante de l'histoire, et dans plusieurs cas, il y a un objectif littéraire sous-jacent, au-delà du dramatique. C'est ce qui me dérange généralement dans les scènes de sexe / d'amour dans la plupart des romans (thrillers d'espionnage et romans, bien que cela soit naturellement plus répandu dans les romans d'amour) - dans la plupart des cas, les actes décrits pourraient avoir lieu entre deux personnes ayant les arrangements génitaux nécessaires. Pas dans mes livres ; un tel acte ne pourrait avoir lieu qu'entre ces individus spécifiques - par conséquent, c'est l'interaction et la relation entre les personnages (et comment cela les affecte) qui est importante ; pas de titillation dépendante des réflexes médullaires. Idem (re : but littéraire) l'exécution du prêtre par les Mohawks. Vous remarquerez que Jamie remarque qu'il a vu des actes exactement similaires exécutés par des bourreaux français (c'est-à-dire hautement « civilisés ») - la seule chose qu'il trouve choquante est l'étape suivante de cannibalisation. Et dans "Le Talisman", le bourreau, M. Forez, donne une description déchirante, étape par étape (beaucoup plus graphique que cette description par ouï-dire de la torture mohawk) du même processus. Ce que nous faisons ici - et il est dit plus tôt, en termes plus explicites, lors de leur première rencontre avec la Tuscarora - souligne le fait que la "civilisation" est en grande partie une question de perception.

A.S. -  Vos livres sont romantiques mais pas des romances ; passionnants mais pas des thrillers ; historiquement riches mais pas historiques. Si vous deviez catégoriser vos livres, où les classeriez-vous ?

DG - Comment classer ces livres ? Je ne le ferais pas. Je n'avais aucun genre ou catégorie en tête quand je les ai écrits - et ils sont tous différents les uns des autres, en termes de structure, d'approche et de ton. Alors que c'était une stratégie marketing sensée les appeler "romance" au début (ils ont beaucoup d'éléments romantiques; ils ont juste beaucoup d'autres choses que l'on ne trouve pas normalement dans les romans d'amour), ce label est à la fois limitant (dans la mesure où beaucoup de gens ne regarderaient même pas quelque chose appelé "romance", sentant qu'ils savent exactement ce que ce genre de livre est, et ils ne sont pas intéressés) et trompeur (j'ai beaucoup de lecteurs de romance, qui m'écrivent, au figuré, aux yeux exorbités, en disant: "Mais tu ne peux pas faire ça dans une romance!"). Ils se vendent sous un certain nombre de classifications : je les ai trouvés mis à l'écart sous Romance, Science-Fiction, Fantastique, Fiction historique, Histoire (non-fiction) [Vraiment. Foyle's, à Londres, les conserve dans la section Histoire de non-fiction.], General Fiction, et - à quelques occasions mémorables - Littérature. Je vois qu'Ingram répertorie "Les Tambours de l'Automne" comme General Fiction (défini comme "tout livre qui ne tombe pas dans une autre catégorie spécifique"), ce qui me semble OK. Je suppose que je pourrais les appeler "Fiction historique", juste pour qu'il soit clair qu'ils ont un cadre historique.

A.S. - Quel est votre personnage préféré ? Pourquoi ?

DG - Mon Dieu, je ne pourrais pas en choisir un - je les aime tous (y compris Jack Randall et Stephen Bonnet), ou je ne pourrais pas les écrire.

A.S. - Où écrivez-vous ? Avez-vous écrit tous vos livres au même endroit et de la même manière ?

DG - Partout (j'ai un ordinateur portable), mais le plus souvent dans mon bureau. J'avais l'habitude d'écrire où se trouvait mon ordinateur de bureau (avant d'avoir un ordinateur portable) - soit dans mon bureau de l'Université (le midi), soit dans mon bureau à domicile (un garage converti). Après avoir vendu Outlander, nous avons acheté une nouvelle maison, qui a un vrai bureau). Cependant j'ai aussi écrit dans des avions, dans des chambres d'hôtel et assise au milieu de Discovery Zone (l'un de ces endroits où vous emmenez des enfants et les lâchez).

A.S. - Après toutes vos recherches sur le XVIIIe siècle, voudriez-vous revenir à cette période ?

DG - Bel endroit à visiter, mais je ne voudrais pas y vivre.

 

 Diana

Gabaldon

 

Discussion après les tambours de l'Automne 

 

 Interview Ann Shayne 

Janvier 1997 

Traduction française : Marie Modica