MENU 

MENU 

MENU 

Voici l’entretien en version originale : https://januarymagazine.com/profiles/gabaldon2002.html 

 

 

Les nouveaux romanciers feraient bien de prendre une leçon d'auto-promotion de Diana Gabaldon. Parce que, dit-elle, sa série se compose de «livres si étranges», elle estime qu'il est important que les gens les lisent afin qu'ils puissent en parler à leurs amis. "Pour ce faire", explique l'auteur, une gamine de 50 ans basée en Arizona, "vous devez les amener à les lire en premier lieu."

Dès le début, Gabaldon allait dans les librairies de la ville où elle se trouvait, discutait avec le personnel, proposait de signer des copies de son livre et, si nécessaire, expliquait l'intrigue, parce que, "raconter aux gens l'histoire est vraiment la seule façon que j'ai trouvée de décrire les livres. " Espérons que, dit Gabaldon au moment où elle a expliqué, ils seront accrochés et "à ce moment-là, ils le prendront eux-mêmes".

Le défi d'expliquer ses livres "étranges" a probablement diminué depuis la publication de La Croix de Feu, le cinquième épisode de ce qui est en train de devenir sa série massive de romans Outlander. La Croix de Feu - qui à 500 000 mots et est le plus grand de la série à ce jour - a été publié avec des critiques élogieuses et un statut de best-seller instantané, ce dernier probablement en raison de l'énorme base de fans qu'elle a bâtie avec les quatre livres précédents et du fait que ces les fans ont dû attendre quatre ans depuis la publication du précédent opus, Les Tambours de l’Automne.

L'étrangeté est due en grande partie au besoin des libraires - et des éditeurs - de placer les livres dans les genres. La Croix de Feu, comme ses prédécesseurs, ne tient pas facilement dans un seul endroit. Les éléments de la romance, du voyage dans le temps, dans un contexte historique, ont en fait retardé la publication d'Outlander d'environ 18 mois "parce que [l'éditeur] n'a pas pu comprendre comment le commercialiser". À un moment donné, son contrat d'édition était sur le point d'être annulé en raison de l'impossibilité d'attribuer un genre au livre.

Bien qu'Outlander n'ait pas été une sensation du jour au lendemain, il a tranquillement constitué un lectorat solide qui a grandi avec la publication de chaque livre alors que les lecteurs réclament de savoir ce qui est arrivé à Claire et Jamie Fraser et à leur clan en pleine croissance. Dans La Croix de Feu, on retrouve les Frasers au milieu de la guerre de Régulation. "C'est un livre sur la responsabilité masculine, essentiellement", soutient Gabaldon, mais il nous prépare également à la révolution américaine que l'auteur prévoit de nous faire traverser dans ses deux prochains livres.

Gabaldon soutient qu'après cinq livres avec Jamie, Claire et compagnie, elle a autant de passion pour les personnages et les situations qu'elle en avait lorsqu'elle les a créés. "Ils évoluent à travers les livres. Ils deviennent des personnes différentes. Ils sont plus âgés, leur situation de vie change, ils sont dans un endroit différent."

Gabaldon trouve que travailler avec des personnages en évolution est tout aussi exigeant que d'en imaginer de nouveaux. Elle dit qu'elle doit "ré-imaginer les circonstances et les gens avec qui ils interagissent dans chaque livre. Donc, à certains égards, c'est beaucoup plus difficile que de le faire pour des personnages que vous n'avez jamais traités auparavant."

Diana Gabaldon est une ancienne professeure de recherche. Elle vit à Scottsdale, Arizona avec son mari et ses trois enfants.

Linda Richards - La Croix de Feu est le plus épais de vos romans à ce jour.

Diana Gabaldon - Je sais. C'est de pire en pire !

L.R. - Est-ce définitivement le plus gros ?

D.G. - Et bien non. C'est juste une sorte d'augmentation progressive au fur et à mesure. Là c'est le plus gros.

L.R. - Comment cela se fait-il  ?

D.G. - Eh bien, parce que l'histoire devient plus complexe, d'une part. Mais aussi parce que les autres personnages - Roger et Brianna - leur histoire est maintenant une plus grande partie de l'histoire principale. Ce n'est pas que je porte leur attention sur eux ou que je les prépare à occuper le devant de la scène pendant que je mets à la retraite les personnes âgées et tout ça. C'est juste qu'ils ont maintenant un rôle majeur et important dans cette histoire. En fait, les gens me demandent toujours : quelle est la forme de ce livre  ? Parce qu'ils ont entendu dire que j'imagine des formes pour les livres alors que je les rassemble. Celui-ci est une hélice d'ADN : c’est une histoire tordue et à double brin. Nous avons l'histoire de Jamie et Claire qui tourne autour des événements politiques et nous avons celle de Roger et Brianna, qui fait de même. Ce sont des volets complémentaires, ils vont et viennent. Et les barres transversales entre eux sont tous les autres petits personnages et relations dans les histoires.

L.R. - Était-ce intentionnel ou a-t-il évolué au fil du temps ?

D.G. - Et bien les deux. Il évolue au fur et à mesure. Mais une fois que je l'ai vu, je peux y travailler en gardant cela à l'esprit. Mais la forme me vient assez tard dans la construction d'une histoire.

L.R. - J'ai parlé avec Sara Donati il ​​y a quelque temps et c'était amusant. Et dites-moi encore comment cela s'est-il passé ? A-t-elle emprunté un de vos personnages pour l'une de ses histoires ?

D.G. -Enfin, pas exactement. Nous nous connaissons en ligne et nous nous sommes rencontrées une ou deux fois en personne, mais nous avions parlé sur le forum de l'écrivain et nous savions chacune ce que faisait l’autre et, de temps en temps, elle m'envoyait une courte scène à lire et ainsi de suite. Et un jour, elle m'a envoyé cette scène et elle a dit : Je ne ferai pas cela si vous avez une objection, mais je pensais que c'était assez drôle. Quoi qu'il en soit, ce qu'elle avait fait, c'est que son livre se passait en 1795, je pense. Et le mien, bien sûr, est beaucoup plus tôt. Mais l'un de ses personnages racontait à un autre personnage ce qui s'était passé lors de la bataille de Saratoga en 1777. Et elle savait, grâce à des conversations que j'avais eues ailleurs, que j'entendais finalement me rendre à la bataille de Saratoga dans ma propre série et que j'avais l'intention d’en faire quelque chose. Je ne savais pas encore quoi, mais que Jamie et Claire seraient là. Quoi qu'il en soit, son personnage raconte cet autre personnage de la bataille et c'est une petite histoire sur la façon dont après le combat ce petit garçon qu'il connaissait était malade et ils l’ont envoyé à travers les lignes rebelles pour un médecin et cette femme, nommée Mme Fraser et connue sous le nom de la sorcière blanche, est venue et a traité le petit garçon ; et son mari, le colonel Fraser, est venu la protéger. Elle a également mentionné le jeune Ian qui était venu avec les Mohawks parce que l'une des caractéristiques de cette bataille était que les Mohawks s'y étaient battus, ce qui était très intéressant.

Donc de toute façon, ce n'est pas que mes personnages apparaissent dans son livre, c'est juste que ces personnages sont dans l'une des histoires de son personnage. Mais elle les a traités comme s'ils étaient de vrais personnages historiques, parce qu'ils sont traités exactement comme le général Skylar et les autres personnes dont cette personne parle sont traités. Et donc j'ai dit : Eh bien, oui. Je pense que c'est amusant. C'est une sorte de petite blague à l'intérieur. Je pense que c'est plutôt cool, allez-y et gardez-le et nous verrons si quelqu'un le remarque.

Ensuite, son éditeur a décidé d'en faire tout une affaire, c'est pourquoi cela a attiré autant d'attention. Dans la copie du catalogue de son livre, chaque paragraphe me mentionnait et comment je pensais tellement à elle que je lui avais permis d'emprunter mes personnages. [Rires] Ce n'était pas du tout de sa faute.

L.R. - Combien de livres envisagez-vous dans votre série ?

D.G. - Il y en aura au moins deux de plus car j'ai besoin de traverser la Révolution américaine. Ce qui, comme vous le savez, est une guerre très longue et complexe. Je ne vois pas comment je peux le faire dans un autre livre. L'autre raison probablement de la longueur de celui-ci est que j'avais initialement prévu que la Croix de Feu soit au bord de la Révolution américaine en 1776. Et donc, vous savez comment j'écris : petits bouts puis gros morceaux, puis je fais en sorte de les aligner. Quoi qu'il en soit, quand je les ai alignés, je pouvais voir d'ici à ici et j'ai dit : Eh bien, si je mets tout cela, ça va faire 750 000 mots. Cela ne va pas le faire. [Rires] En termes physiques seuls, cela ne fonctionnera tout simplement pas. Alors j'ai dit : Eh bien, où puis-je m'arrêter pour faire un roman cohérent et joliment thématisé ? Et alors j'ai dit : Et si, au lieu de traiter la guerre de Régulation comme une montée en puissance de ce point culminant, que se passerait-il si nous la considérions comme son propre événement ? Ce qui en fait était, en termes d'histoire de la Caroline et ainsi de suite, c'était un événement très bien résumé. À la minute où j'y ai pensé, cela s'est très bien passé, avec la guerre de Régulation au sommet du roman, pourrait-on dire. Cela constitue pour ainsi dire le tournant du développement et de l'acclimatation de Roger, car l'évolution de la relation entre Roger et Jamie est l'un des fils conducteurs de ce livre.

Cela semblait très bien et il avait ce thème en développement de préparation à la guerre, même si vous savez ce qui va se passer - vous savez que ça va être terrible - quel choix avez-vous ? C'est un livre sur la responsabilité masculine, essentiellement. Je veux dire, c'est la responsabilité de chacun, mais cela se concentre principalement sur Jamie et Roger. Jamie sait quel est son rôle, et il l'a toujours fait. Mais en même temps, vous pouvez voir les difficultés qu'il a à y parvenir. Vous savez comment il rassemble son peuple pour faire face à ce qu'il sait venir et devoir faire des choses qu'il ne veut pas faire, et en même temps, il ne force Roger à rien. Et pourtant, il lui montre.

L.R. - Une montagne de recherches, Diana ?

D.G. - Oh oui.

L.R. - On le sent.

D.G. - Eh bien, c’est le cas pour tous.

L.R. - Vous aimez cette partie, n'est-ce pas ?

Oh, bien sûr. Je fais la recherche avec l'écriture. C'est un peu la même chose pour moi. Elles se nourrissent en quelque sorte l’une de l’autre.

L.R. - Donc, vous pensez au moins à deux autres livres ? [ndlt : un tome 6 et un tome 7]

D.G. - Oui.

L.R. - Parce que vous savez que vous ne pouvez pas faire cela assez rapidement pour vos fans.

D.G. - [Rires] Le fait est que, depuis que j'ai arrêté et encapsulé la guerre de Régulation, ces morceaux que j'avais à l'origine pour la Croix de Feu, je les ai toujours. Donc, ils font maintenant partie du prochain livre, ou une partie du prochain livre, donc j'en ai en quelque sorte des morceaux ... Donc, je sais que beaucoup de choses se passent dans le prochain livre parce qu'à l'origine, ça allait être dans ce livre, mais maintenant c'est celui-là. Je suppose que le prochain livre sortira non seulement un peu plus tôt, mais il sera plus court car je sais déjà où je vais avec et c'est d'ici à ici.

L.R. - Un livre de transition ?

D.G. - Ouais, essentiellement. Il a une forme plutôt triangulaire, je pense. J'en saurai plus quand j'y entrerai.

L.R. - La dernière fois que nous avons parlé, vous étiez sur un mystère contemporain.

D.G. - Oh, je le suis toujours. Ou je l'ai été, devrais-je dire. Mais j'ai dû le mettre de côté pendant les six derniers mois afin de terminer la Croix de Feu parce que les gens respiraient dans mon cou pour ça. Mais j'ai encore des morceaux du premier mystère aussi.

L.R. - Respirer dans le cou ? Pouah.

D.G. - Eh bien, ils étaient tellement impatients de l'avoir qu'ils ont annoncé une date de publication avant que j'aie fini de l'écrire. Ce qui n'est pas du jamais vu, mais c’est très aggravant pour le travail. Une autre raison de la longueur, franchement, c'est que j'ai fini de l'écrire en août et normalement pour un livre de cette taille et de cette complexité, la période de production - l'édition, la révision, la relecture, les épreuves - prendrait de huit mois à un an. Et il est allé à la reliure début octobre : ​​cela fait cinq semaines. Et, en fait, ils n'ont pas du tout modifié les trois dernières sections.

L.R. - L'avez-vous remarqué ?

D.G. - Eh bien, je le savais. Ils me l'ont dit. Ils ont dit : Eh bien, nous le composons directement à partir des fichiers envoyés par courrier électronique à l'éditeur. Je pensais : Eh bien, c'est épouvantable, mais j'aurai une chance avec les épreuves. Parce que c'est la dernière chance que vous avez de corriger les choses. Normalement, idéalement, si vous terminez un livre, vous pourrez le mettre de côté pendant quelques mois, laisser votre esprit clair, séparé du livre. Ensuite, vous pourriez revenir en arrière et le regarder clairement. À ce stade, ce qui est dispensable se voit facilement : vous pouvez couper des morceaux et modifier ici et condenser cette scène et généralement resserrer et tailler et tout cela. Je ne leur donne jamais un livre jusqu'à ce que je sois sûre qu'il est complet et qu'il est achevé et tout ça. Mais en même temps, vous pouvez revenir en arrière et faire ce réglage et ainsi de suite. Et, franchement, j'aimerais avoir la chance de tailler 30 ou 40 000 mots dans ce livre. [Rires] Chance que je n'ai pas eue.

L.R. - Donc, c'était censé être un livre plus mince ?

D.G. - Enfin, pas exactement. Quand je dis "pruneau", je ne veux pas dire retirer des morceaux ou supprimer des scènes, même, mais c'est ce que j'appelle ‘slash and burn’ [ndlt : sabrer et brûler]. Quand vous faites le tour et que vous vous dites : Eh bien, ai-je vraiment besoin de cette ligne ? Ai-je vraiment besoin de cette phrase ? Oui, j'ai vraiment besoin de cette phrase, mais elle contient trois mots de trop et vous la coupez un peu.

L.R. - 30 000 mots, c'est presque un livre entier.

D.G. - Eh bien, la Croix de Feu, c'est 500 000 mots, donc 30 000 mots, ce n'est pas une si grande proportion.

L.R. - Comparez cela à votre précédent roman.

D.G. - Les Tambours de l’Automne faisait environ 425 000 mots, donc [la Croix de Feu] n'est pas beaucoup plus gros.

L.R. - Les Tambours de l’Automne n'est que d'une longueur moyenne de roman plus courte.

D.G. - [Rires] Eh bien, un tout petit peu, peut-être. Mais, comme je l'ai dit, je pensais : c'est horrible, mais je m'assurerai de m'accrocher aux épreuves jusqu'à ce que je sois sûre d'avoir fait tout ce que je veux pour elles. Et ils ont appelé et ont dit : Eh bien, nous vous envoyons les épreuves, elles devraient arriver mardi prochain, vous avez trois jours. Et j'ai dit : que voulez-vous dire, j'ai trois jours ? Ceci est un livre de 500 000 mots que je ne pouvais pas simplement lire pour le plaisir en trois jours, sans parler des épreuves. Et ils ont dit : Nous sommes liés et déterminés à l'avoir pour Noël, ça partira sous presse le quatrième jour, que vous ayez renvoyé les épreuves ou non.

J'ai imprimé à la hâte les trois dernières sections, dont je savais qu'elles avaient définies à partir de mes fichiers. Et j’ai relu celles-ci comme si elles étaient des épreuves : j’ai fait des repères et des corrections. Quand les épreuves sont arrivées, j'ai donné ces feuilles à mon mari et lui et sa secrétaire ont noblement passé trois jours à transférer mes annotations sur les épreuves pendant que je lisais comme une folle dans les six premières sections. En l'état, j'ai toujours une liste d'erreurs typographiques et d'errata aussi longue que votre bras, que je publierai sur mon site Web dès que je rentrerai à la maison.

L.R. - Seront-elles corrigées dans la prochaine édition ?

D.G. - Ils le feront très certainement ! [Rires] Et ils vont définitivement les réparer pour le livre de poche. J'ai juste besoin de les parcourir une fois de plus et de m'assurer que les corrections sont toutes correctes.

L.R. - Vous faites beaucoup de ‘vente à la main’ pour vos livres.

D.G. - Eh bien, je l'ai toujours fait. Depuis le début. Parce que ce sont des livres si étranges. Honnêtement, vous ne pouvez les décrire à personne. Et donc la seule façon de les vendre est de les faire lire aux gens et qu’ils les recommandent à leurs amis. Pour ce faire, vous devez leur demander de lire en premier lieu.

Depuis la publication d'Outlander, je suis allée dans les librairies et j'ai parlé aux vendeurs et je leur ai dit : Oh, je vois que vous avez un exemplaire de mon livre sur votre étagère, cela vous dérangerait-il si je le signais ? Et ils disent : Oh, c’est bon. Et vous le signez, vous discutez avec eux et ils disent : Oh, quel genre de livre est-ce  ? Et cela vous donne la chance de leur raconter un peu l'histoire et ainsi de suite. Parce que raconter aux gens l'histoire est vraiment le seul moyen que j'ai trouvé pour décrire les livres. Vous commencez par dire : Eh bien, en 1946, une ancienne infirmière britannique, etc. Et au moment où vous la voyez rejoindre les Écossais pour s’éloigner de Black Jack Randall, ils seront en quelque sorte accro et ils diront : Eh bien, cela semble intéressant. Et à ce moment-là, ils le choisiront eux-mêmes.

L.R. - Il est difficile pour les gens d'adapter vos livres à un genre.

D.G. - Aucun [des livres] ne se classe. [Rires] Et ils deviennent de plus en plus étranges, j'en ai peur.

L.R. - Cela doit être difficile, car l'industrie aime classer les choses en genres.

D.G. - C'est ainsi que fonctionne l'industrie de l'édition : entièrement par étiquettes. Il est très difficile de commercialiser un livre inter-genres. En fait, un libraire de ma connaissance me disait, lorsque la Croix de Feu est sortie et a commencé à entrer dans les listes des best-sellers : “Vous ne devriez même pas être publiée, de plein droit, sans parler d'être sur les listes de best-sellers, car cela ne fonctionne pas de cette façon. Il est très difficile de vendre un livre qui ne peut pas être catégorisé. Surtout un livre de quelqu'un dont personne n'a jamais entendu parler. Vous pourriez à peine vous en sortir même en ayant déjà une réputation.”

L.R. - Recommanderiez-vous aux lecteurs de commencer par vos livres précédents ?

D.G. - Eh bien, ils ne sont pas obligés de le faire. J'ai parlé à des journalistes et un grand nombre d'entre eux n'avaient pas lu mes livres avant que [La Croix de Feu] n'atterrisse sur leur bureau, mais ils l'ont lu et apprécié. Je recommanderais certainement de recommencer depuis le début [Rires]. Mais quand vous arrivez à ce livre, l'histoire était déjà si longue et complexe que je n'ai vraiment pas passé autant de temps à ramasser tous les fils de la trame de fond que je l'avais fait dans les quatre livres précédents. [J'ai senti que] les livres sont maintenant suffisamment visibles pour que la plupart des gens réalisent que ce n'est pas le premier. Et nous avons dit à l'intérieur de la couverture que cela fait partie de la série et quel sont les quatre autres livres, cela devrait suffire. Nous avons une partie de la trame de fond impliquée là-dedans et cela semble être suffisant parce que de toute évidence ces gens l'ont lu et apprécié.

L.R. - La couverture de La Croix de Feu est très élégante. Minimaliste. Et assez différente, je pense, des couvertures précédentes.

D.G. - Cela fait partie du plan de l'éditeur américain - en fait, c'est mon plan, mais ils sont d'accord avec moi - pour rapprocher les livres du côté de la fiction grand public. Je ne sais pas si je vous l'ai dit dans l'interview précédente, mais lorsque nous avons publié Outlander, ils sont restés dessus pendant 18 mois parce qu'ils ne pouvaient pas comprendre comment le commercialiser. Ils ont dit : Nous allons publier cela, il va faire un bide car personne ne saura de quel type de livre il s'agit. Alors ils ont réfléchi et réfléchi et ont failli annuler le contrat et me rendre le livre.

Finalement, mon agent a appelé et a dit : Eh bien, ils ont décidé quoi faire de votre livre. La couverture rigide n'est pas un problème : elle va juste avec toutes les autres fictions à couverture rigide. Mais ils ont décidé de vendre votre livre de poche comme une romance. Et j'ai dit : comme quoi ? [Rires] Parce que j'aime vraiment les romances historiques bien écrites, mais ce n'est pas ce que j'ai écrit. Et j'ai dit : Eh bien, j'ai deux objections majeures à cela. Vous détruirez toute prétention que je pourrais éventuellement avoir à la respectabilité littéraire si vous faites cela. Je ne serai jamais évaluée par le New York Times. Et j'ai dit : ce n'est pas terriblement grave parce que qui sait si j'aurais de toute façon une respectabilité littéraire et si le New York Times en faisait une note, ils pourraient ne pas l'aimer, donc je m'en fichais beaucoup [rires]. J'ai dit : Mais plus important encore, vous allez couper toute la moitié masculine de mon public. Je n'écrivais pas de fiction féminine. Il y a des trucs dans ces livres qui s'adressent spécifiquement aux hommes et certains, en fait, les femmes ne les voient même pas. Je veux qu'ils aient une chance. En fait, [La Croix de Feu] semble être davantage un livre d'homme, peut-être, que n'importe lequel des précédents. Les gens saisissent très fortement la relation entre Jamie et Roger et toute la responsabilité et ils semblent s'y identifier. Toutes les réponses des hommes que j'ai eues - et j'en ai eu beaucoup plus qu'auparavant - ont toutes été très enthousiastes.

Donc, de toute façon, il a dit : Ils veulent le publier comme une romance. Et j'ai dit : j'ai des objections. Et il a dit : Eh bien, je comprends. Nous pourrions le publier sous forme de fantasy ou de science-fiction en raison des autres éléments étranges, a-t-il dit, mais gardez à l'esprit qu'un best-seller de Science-Fiction et Fantasy est à 50 000 exemplaires en livre de poche, un best-seller en romance est de 500 000. J'ai dit : Eh bien, vous avez raison. [Rires] Parce que, comme je l'ai dit, j'ai beaucoup confiance dans les livres eux-mêmes.

L.R. - Les deux prochains livres de la série seront également basés aux États-Unis ?

D.G. - Ouais, pour la plupart. Sauf que nous avons affaire à la Révolution américaine qui était en fait une guerre entre deux pays. En fait, nous aurons probablement un segment substantiel qui se déroule en Angleterre et en Écosse. Parce que si je les emmène jusqu'en Angleterre, je ne vois pas comment ils n'iraient pas en Écosse. Donc, pour le moment, j'ai l'intention qu'il y ait un passage en Angleterre et en Écosse. Je peux en quelque sorte le voir, même si je ne l'ai pas encore écrit. Nous allons voir comment cela se passe. C'est pourquoi je dis qu'il y a au moins deux livres, parce que cette guerre a duré 11-12 ans et qu'elle est politiquement complexe et alors bien sûr, nous avons beaucoup de personnages assez importants à traiter.

L.R. - Avec la Croix de Feu, vous en êtes à cinq livres dans la série. Pourtant, vous semblez toujours avoir tellement de passion pour ces gens et leur histoire.

D.G. - Eh bien, vous savez, si je perdais tout intérêt, j'arrêterais d'écrire. Ou j’écrirais autre chose. Et, en fait, les gens disent souvent : Eh bien, vous n'avez pas envie d'écrire autre chose ? L'implication étant : N'êtes-vous pas fatiguée de ces mêmes personnes âgées ? Et je le serais probablement s'ils étaient les mêmes, mais ils ne le sont pas. Ils évoluent à travers les livres. Les gens sont devenus différents. Ils sont plus âgés, leur situation de vie change, ils sont dans un endroit différent, ils ont des enfants et des petits-enfants et tout. Et, vous savez, à mesure que vous vieillissez et que vous avez des petits-enfants et qu'ils ont des relations, ils font toujours partie de votre vie et de votre relation et, par conséquent, votre vie a changé juste par leur existence. D’autant plus s'ils habitent près de chez vous ou interagissent avec vous. Je dois réimaginer les circonstances et les gens avec qui ils interagissent dans chaque livre. À certains égards, c'est beaucoup plus difficile que de le faire pour des personnages que vous n'avez jamais traités auparavant. Parce qu'ils ont toute cette histoire et cette trame de fond que vous devez [inclure].

L.R. - Êtes-vous un écrivain discipliné ?

D.G. -  Eh bien, en quelque sorte. Dans le sens où je continue d’écrire. [Des rires]

L.R. - Y a-t-il de la discipline dans votre horaire ?

D.G. - C'est un horaire flexible, mais c'est une routine et chaque écrivain a besoin d'une sorte de routine, quelle qu'elle soit. Cela varie beaucoup. Étant donné que j'ai des enfants et ainsi de suite, le mien a tendance à être flexible et enroulé autour de la journée d'école et tout ça. Mais je suis une personne de nuit ou un hibou et heureusement mon mari est un alouette : il se lève tôt et donc il va heureusement chasser les enfants du lit et les emmener à l'école et tout ça - et notre aîné est maintenant à l'université, donc ça aide - mais je me lève normalement à environ neuf heures et je me réveille lentement et je fais du courrier électronique et je déjeune et je fais les tâches ménagères : lire les contrats, signer les lettres et m'occuper de toutes ces petites choses annexes. Puis vers 11 heures, je me sens généralement prête pour commencer à écrire. J'aime m’attaquer au travail de la journée assez tôt parce que je peux y penser au fond de mon esprit pendant la journée et y revenir. Chaque fois que j'en ai l'occasion, je peux venir m'asseoir et travailler un peu plus. Et puis mon mari rentre à la maison vers midi. Il rentre à la maison pour le déjeuner presque tous les jours et nous allons faire des choses ensemble : nous déjeunerons à l'intérieur ou à l'extérieur et ferons des choses et d’autres pendant une heure ou deux, nous nous installerons pour nous détendre s'il nous reste du temps. Les enfants commencent à rentrer à la maison à deux heures - l'un rentre à la maison à deux heures, l'autre à trois - parfois nous devons aller en chercher un. Il y a des répétitions après l'école si l'un d'eux joue dans une pièce. Nous faisons les courses : aller à l'épicerie, emmener le chien chez le vétérinaire pour les soins, récupérer le nettoyage à sec, juste courir. Arrosez le jardin, déterrez les plants, ce genre de choses. Ensuite, je cuisine le dîner, puis c'est une sorte de temps en famille : nous faisons les devoirs ou allons à la librairie ensemble. Nous avons toujours dit à nos enfants que nous leur achèterions des livres chaque fois qu'ils le voudraient, donc de temps en temps l'un d'eux dit : je n'ai rien à lire et donc nous descendons tous à Barnes et Noble et, vous savez, nous ratissons l'endroit. [Rires] Donc, il y a du temps en famille et ensuite mon mari se couche habituellement vers 10 heures. Je le mets au lit et je m'allonge sur le canapé avec un livre et je lis, donc je suis disponible si quelqu'un a besoin de quelque chose - parce que les enfants restent généralement plus tard que ça - et si personne n'a besoin de moi, je vais dormir après 15 ou 20 minutes et je vais faire la sieste jusqu'à minuit, puis je me lève et je vais travailler. Minuit jusqu'à trois heures du matin est mon moment le plus important.

J’ai donc cette heure-là le matin. Parfois, j'ai une heure l'après-midi, puis j'ai mon bloc de trois heures le soir. Et, bien sûr, lorsque je fais des recherches - et j'en fais beaucoup aux premiers stades d'un livre - alors je transporte généralement un livre avec moi et, quand j'ai le temps, je lis. Assise chez le vétérinaire ou bien j'aurai le livre dans la voiture avec moi si je dois aller chercher quelqu'un et l'attendre ou si je fais mon exercice quotidien sur le tapis roulant ou le vélo, alors je fais mes recherches en lisant.

Je suppose donc que je suis disciplinée. Mais les choses varient en fonction des jours. Parfois, j'ai juste une journée vraiment très occupée et je me couche à 10 heures et je ne me réveille plus. [Rires] Ou je me réveille assez longtemps pour aller ramper au lit, mais c'est tout. Ou je me réveille à minuit et je pense : Oh, ça ne marchera pas ce soir. [Des rires]

L.R. - Vous écrivez donc trois ou quatre heures par jour.

D.G. - Ouais.

L.R. - A vous entendre on croirait que c’est facile. Mais cela ne semble pas beaucoup de temps pour élaborer un livre d’un demi-million de mots.

D.G. -  Eh bien, c'est lent. Je suis un écrivain lent pour ce qu’on peut en dire. Bien que cela dépende aussi de mon avancée dans un livre. Vers la première partie d'un livre, j'écris peut-être une demi-heure par jour car je ne sais pas grand-chose et je fais beaucoup de recherches. Au fur et à mesure que le temps passe et que je passe au milieu d'un livre, mon rythme de travail est généralement d'environ deux pages par jour. Cela dure longtemps. Vers la fin d'un livre quand je sais tout et que je n'ai pas besoin de faire beaucoup de recherches, je vais travailler à fond, 18 heures par jour : peut-être 20 pages.

De plus, je suis un écrivain très lent et délicat. J'ai besoin de ce que j'appelle un noyau pour commencer à écrire, ce qui est très vivant : une ligne principale d'un dialogue, quelque chose que je peux sentir. Je vais donc mettre cela aussi clairement que possible dans une phrase ou deux, puis m'asseoir là et le regarder. [Rires] Je choisis un mot, puis je le remets, puis je le retire et j'en insère un autre, puis je divise la phrase et je mets une clause, puis je dis : Non, je l'ai mieux aimé dans la première manière.

Je continue à faire cela et je travaille progressivement d'avant en arrière, comme une huître constituant une perle et à peu près aussi vite. Au moment où j'ai achevé une scène, je l'aurai traversée, littéralement, des centaines de fois parce que quand je reviens y travailler, je commence par la lecture du haut et, dès que je repère quelque chose que je veux changer, je commence à jouer avec. Donc, au moment où c'est fait, c'est fait. C'est aussi bon que je peux le faire et aussi bon que je pense que ce sera dans le contexte de ce que je pense que ce sera dans le livre, mais je ne sais pas quoi. Je vais donc en rester là et continuer. Si je sais ce qui se passe ensuite, je l'écris. Si je ne le sais pas, je vais chercher un noyau ailleurs et je l'écris.

Peu à peu, j’ai ces pièces et elles commencent à coller ensemble. Je vais en avoir un qui me semble : Oh, ça va avec ce que j'ai écrit il y a quatre mois et je les rassemble. Parfois, à ce stade, je devrai écrire un petit pont ou parfois je devrai ajuster quelque chose dans une scène ou l'autre pour faire correspondre l'arrière-plan. Vous savez, si l'un d'eux a été écrit avec un fond de printemps, par exemple, et que l'autre est évidemment l'automne, je changerai la couleur des feuilles de l'un d'eux, quelque chose comme ça. Mais c'est un peu tard dans le processus, car j'ai beaucoup de morceaux avant que le collage ne commence à se produire.

Ensuite, comme je l'ai dit, j’obtiens des morceaux. Puis de plus gros morceaux, une fois que j'ai beaucoup de pièces. Et une fois que j'obtiens de gros morceaux, je peux les trier par ordre chronologique parce que je peux au moins dire dans quelle séquence ils se produisent. C'est à ce moment-là que je commence à sentir la forme du livre et à ce stade, je peux travailler beaucoup plus consciemment vers une chose ou une autre.

 Diana

Gabaldon

 

Discussion après

La croix de feu 

 

 Interview Linda Richards  

Mars 2002 

Traduction française : Marie Modica