MENU 

MENU 

Ronald D. Moore et Terry Dresbach :

les créateurs

de la série

 

Traduction : Marie Modica

 

Ron Moore veut porter Outlander de Diana Gabaldon à la télévision (2012) 

https://www.thestar.com/entertainment/books/2012/07/18/ron_moore_wants_to_bring_diana_gabaldons_outlander_to_tv.html?fbclid=IwAR1Apncl8mbI7iX9gk1WKEz76j7r6BXmFkh7-3WEamH_j0p9RlUI4jq7too 


Passons juste à la question la plus brûlante ici: qui jouera Jamie? Parce que - OMG - cela pourrait faire ou défaire toute l'entreprise et ... bien. Calmez-vous.

Ron Moore, l’homme derrière la brillante refonte de Battlestar va tenter l’impossible: porter l’incroyable série Outlander de Diana Gabaldon à la télévision. En cette période de Game of Thrones, faire une série épique sur une infirmière qui voyage dans le temps qui rencontre et tombe amoureuse d'un Écossais sexy vivant 200 ans plus tôt ne semble plus aussi fou qu'avant. Sony Pictures TV détient désormais les droits de la série, qui s'est vendue à plus de 20 millions d'exemplaires dans le monde, et Moore va s’y atteler. Espérons que cela arrive sur Showtime ou HBO.
Gabaldon me dit par e-mail:
“ Je suis ravie que Ron Moore se charge du projet. Ron et son assistante de production [ndlt: Maril Davis] en chef sont venus à Scottsdale et ont passé pas mal de temps avec moi, discutant des personnages et de l'histoire de manière très détaillée, des notions générales sur la façon dont l'histoire pourrait être mieux divisée pour être présentée sous forme d'épisodes et de saisons, des approches artistiques de scripts, etc.

J'ai été très impressionnée par sa familiarité et son respect pour le matériau - et je l'aime personnellement. Les projets de films sont notoirement incertains, mais je pense que le projet a de bonnes chances avec lui en charge.”

Quand j'ai parlé à Gabaldon il y a sept ans, à l'occasion de la sortie du tome six, La neige et la cendre, elle ne nourrissait pas beaucoup d'espoir que Jamie et Claire arriveraient jamais à n'importe quel écran:
“Nous recevons deux ou trois demandes par mois de la part des producteurs, mais il est très risqué de faire une grande série [de livres] comme celle-ci”, a-t-elle déclaré. “Les sociétés de production ne veulent pas d'un livre ... elles veulent avoir des options garanties sur les prochains livres. Et elles ne veulent pas seulement les livres. Elles veulent les personnages. Ce qui signifie que vous vendez Claire, Jamie et Lord John, non seulement pour les livres existants, mais pour tous les livres que j'écrirais, ce qui signifie essentiellement tout le travail de ma vie ... Et le risque est qu'ils l'achèteraient et feraient un film et que les chances sont de 100 contre 1, qu’il serait pas terrible. Personne n'en ferait jamais un autre, mais c'est tout pour vos droits cinématographiques.”

Elle a dit à l'époque que son show-runner de rêve pour une série télévisée serait Joss Whedon (Buffy, The Avengers) et si c'était du crédit geek qu'elle recherchait, elle pourrait faire bien pire que Moore dont le travail sur Star Trek: THG, Star Trek DS9, Star Trek: Voyager et, bien sûr, Battlestar Galactica, montrent qu'il peut gérer de grandes sagas tentaculaires et compliquées comme Outlander.

Je suis tellement excitée que je devrai peut-être relire toute la saga. Encore. Pour la troisième fois. Ou la quatrième. Peu importe. Rien à voir ici.

Derrière Outlander, sur Starz, des cœurs vrais dans les Highlands (2015) 

 

https://www.nytimes.com/2015/04/19/arts/television/behind-outlander-on-starz-true-hearts-in-the-highlands.html?fbclid=IwAR3_CsaEfwOJKUMRIbSZr2I6e1jB40jhbYlv5DFo8pIRkYS-Hg6usmcZQRE 

 

Parfois, il est difficile de dire où commence la véritable histoire d’amour entre Ronald D. Moore et Terry Dresbach et où se termine la fiction qu’ils dépeignent dans Outlander.

M. Moore, le producteur exécutif de la série de Starz au sujet d’une infirmière britannique des années 1940 qui est transportée dans l’Écosse du XVIIIe siècle, a rencontré Mme Dresbach, la costumière de l'émission, en 2003, alors qu'ils travaillaient ensemble sur le drame de HBO «Carnivàle». Après une longue réunion de production dans une pièce éclairée par un éclairage fluorescent, M. Moore a avoué ses sentiments à Mme Dresbach.

“Je lui ai dit que lorsqu'elle se penchait en avant, c'était comme si le soleil se levait, et quand elle se penchait en arrière, le soleil s'éloignait”, se souvient M. Moore.

“Je me suis levée et j'ai fait le tour du bureau, et c'était le premier baiser”, a déclaré Mme Dresbach. “Nous nous sommes fiancés six semaines plus tard.”
Nous voilà à l'épisode clé de la première saison d’Outlander dans lequel cette infirmière, Claire Randall (Caitriona Balfe), épouse le guerrier jacobite Jamie Fraser (Sam Heughan). Il lui dit: “Je n’oublierai jamais quand je suis sorti de l’église et que je t’ai vue. C'était comme si je sortais par une journée nuageuse et que le soleil est soudainement sorti.”
“Quand j'ai écrit cela, je me suis dit: « Attends que Terry lise ceci »”, se souvient M. Moore. “C'est une petite lettre d'amour pour elle.”

“J'ai commencé à pleurer”, a déclaré Mme Dresbach. “C'est un incorrigible romantique.”

Des moments à tomber comme celui-là ont contribué à propulser Outlander vers un succès rapide. La récente première de mi-saison [ndlt : la première diffusion de l’épisode 9 de la saison 1] a attiré 1,2 million de téléspectateurs en direct, une augmentation de 69% par rapport à ses débuts l'été dernier.
Dans une récente interview dans les bureaux de Manhattan de Starz, la chaîne câblée qui distribue Outlander aux États-Unis, M. Moore et Mme Dresbach - qui a rejoint la conversation par téléphone depuis l'Écosse, où elle travaille sur la deuxième saison de la série - ont discuté des défis et des joies de travailler ensemble en couple sur un projet avec une base de fans aussi fanatique.
Outlander est basé sur le premier livre de la série de romans à succès de Diana Gabaldon, qui s'est vendue à plus de 20 millions d'exemplaires dans le monde. Mme Gabaldon a maintenant écrit huit livres, tous chevauchant les genres de la fiction historique, de la romance, de la fantasy et de l'aventure, et un neuvième est en route. On s'attend à ce que chaque volume (beaucoup dépassent 800 pages) soit couvert par une saison de la série télévisée.

Les sublimes costumes de Mme Dresbach sont une attraction phare. Pourtant, avant qu'elle et M. Moore ne décident de collaborer sur le projet, elle avait pris sa retraite du monde du spectacle et passait une grande partie de son temps à élever ses deux jeunes enfants d'un précédent mariage, alors que lui travaillait sur des séries de science-fiction comme le reboot très acclamé de Battlestar Galactica.
Pourtant, elle n'a pas pu résister à l'attrait de donner vie aux romans historiques et best-sellers de Mme Gabaldon, qu'elle avait commencé à dévorer peu après la publication du premier en 1991.

“Comme Ron n'arrêtait pas de le souligner - «Qui diable d'autre va faire ça à part toi?» -” a déclaré Mme Dresbach. “Il avait un peu raison.”

Cela s'est avéré être un ajustement parfait. Le couple partage une philosophie similaire en matière de costumes d'époque: les rendre aussi authentiques que possible. “Je veux qu'ils aient l'air habités, battus et réparés à domicile”, a déclaré M. Moore. Pour ce faire, sa femme a mis sur pied un département de vieillissement et de teinture de 15 personnes, dont l'objectif principal est de survivre aux costumes et de “les rendre réels”, a-t-il expliqué.

Parfois, ils s'affrontent lorsque les besoins de l'histoire et la réalité des costumes se heurtent. Par exemple, lorsque le méchant redcoat Capt. Black Jack Randall (Tobias Menzies) déchire littéralement le corsage de Claire, M. Moore a déclaré: “Terry me dit avec des détails épouvantables à quel point il est impossible de déchirer ces robes à moins que vous ne soyez Hulk, parce qu’il y a de nombreuses couches de tissu épais.”
Mme Dresbach a poursuivi: “Ensuite, Ron dit: « Je m'en fiche. Arrange-toi pour que cela arrive!»”

“C’est à ce moment que nous allons contourner la réalité de l’époque”, a déclaré M. Moore, qui a décidé de faire ouvrir la robe de Claire par Black Jack avec un couteau.

Les stars de la série citent leurs costumes comme des clés pour les faire entrer dans leurs personnages. “Une fois que vous êtes aspirée dans ces corsets, vous réalisez à quel point les femmes étaient réprimées”, a déclaré Mme Balfe, mannequin irlandaise devenue actrice. “Votre capacité à émouvoir, à vocaliser et à être physique est si limitée, uniquement à cause des vêtements.” Lotte Verbeek, vétéran hollandaise des séries d'époque (vue dans Les Borgias) dont le personnage est accusé d'être une sorcière, a convenu: “Les costumes aident, mais ils font aussi un peu mal.”

Les acteurs masculins se plaignent moins de leur garde-robe. “C'est une expérience totalement libératrice de porter un kilt”, a déclaré Graham McTavish, qui joue un chef de guerre écossais. “Il représente quelque chose du passé qui a du style et de l'élégance - vous ne sortez pas vêtu d'un pantalon de jogging, de baskets et d'une casquette de baseball.”
Tous les hommes ne partagent pas son enthousiasme. “C’est une chose horrible, le kilt,” a plaisanté M. Menzies, canalisant peut-être la malice de Black Jack. “Je ne sais pas pourquoi vous porteriez ça. Mettez un pantalon.”

Tous ces costumes s’enlèvent presque aussi souvent qu’ils sont mis, car Outlander maintient la réputation de Starz en tant que pourvoyeur de chair historique, construite sur des opus antérieurs comme Spartacus. Pourtant, malgré une scène de fessée sadomasochiste [ndlt : ceci est l’opinion de l’auteur de l’article] dans la récente première de mi-saison de la série, M. Moore et Mme Dresbach résistent aux comparaisons avec un autre morceau de littérature érotique récemment paru à l'écran, Cinquante nuances de Grey.

“Notre intention en tant que cinéastes n'est pas de jouer cela”, a-t-il déclaré. “Mais si le public veut apporter cela à la fête, tout va bien.”
Mme Dresbach a noté: “Dans nos cerveaux du XXe siècle, les corsets sont des tenues sexuelles. Mais au 18ème siècle, c'était comme des T-shirts. Il faut toujours savoir qu’un public moderne ne va pas regarder les choses avec des yeux historiques.”

Pourtant, l'attrait général d’Outlander est moins sur le sexe que sur la chevalerie. “Cela n’a pas honte d’être romantique, et c’est très rare de nos jours à la télévision”, a déclaré M. McTavish. “De nombreuses séries sont cyniques, sans espoir et nihilistes, et nous allons à l'encontre de cette tendance.”

M. Moore a convenu: “Même s'il y a une tragédie, elle a un centre moral, un héroïsme et une croyance, et cela vient des livres. C'est une aventure que vous voulez entreprendre.”

C’est certainement le cas des romans. M. Moore avait au départ des appréhensions quant à plaire aux fidèles des livres, mais Mme Gabaldon, qui est consultante dans la série , était certaine qu'il était l'homme qu'il fallait pour le poste dès qu'elle avait lu son scénario pilote.
“Je lui ai dit: «C’est la première chose que j’ai jamais lue sur la base de mon travail qui ne m’a pas fait blêmir ou prendre feu»”, a-t-elle déclaré depuis sa maison de Scottsdale, en Arizona.

M. Moore et Mme Dresbach reconnaissent qu'ils acceptent de modifier certains détails, mais les fans en sont venus à comprendre. “Au début, ils se disaient: «Attendez, il n’y a pas de petites fleurs sur cette robe comme Diana l’a décrite»”, a déclaré Mme Dresbach. “Et puis j’ai mis les choses au clair: « Écoutez, les gars, je suis fan des livres, mais je dois concevoir ce qui est dans ma tête. Ce n’est pas fait sans amour et sans souci, mais ça doit être mon choix.”
Un choix qui n'était pas négociable était de tourner sur place en Écosse. Et M. Moore et Mme Dresbach sont tellement tombés amoureux du pays qu'ils vivent maintenant dans une maison vieille de 700 ans près d'un château où la série est tournée. “Il y a des passages secrets”, a déclaré Mme Dresbach à propos de leur maison. “Vous abaissez une applique murale et un couloir s'ouvre.”

M. Moore et Mme Dresbach accueillent fréquemment des membres de la distribution et de l'équipe pour des dîners et des jours de congé, ce qui leur a valu les surnoms de Papa Ours et Maman Ourse de la part de Mme Balfe, entre autres. “Une partie de mon travail consiste à prendre soin de la famille”, a déclaré M. Moore. “Ont-ils de la nourriture aujourd'hui? Depuis combien de temps sont-ils sous la pluie?” Mme Dresbach a ajouté: “Je vais donner une tape à Sam Heughan à l’arrière de sa tête s’il surmène trop son costume. C’est comme si je criais à mes enfants: «Ramasse ça par terre!»”
Ces figures de père et de mère se retrouvent souvent également comparées aux personnages centraux de leur série. “Les fans disent que nous sommes les vrais Jamie et Claire”, a déclaré Mme Dresbach. “Je lui ressemble beaucoup - je suis franche, sûre de moi et impétueuse. Ron est vrai, solide et héroïque. C’est le prince charmant. Il est à deux doigts d’avoir ce cheval blanc.”

M. Moore a secoué la tête en désaccord. “Je suis plus imparfait que Jamie”, dit-il. “Mais tu es beaucoup comme Claire.”

Mme Dresbach a conclu: “Il y a beaucoup de moments où tu me tires du feu juste avant que je ne fasse tuer tout le monde, tout comme Jamie le fait avec Claire. Ne dirais-tu pas, chéri?”
“Oui, chérie” dit M. Moore.

Derrière Outlander, la série de Starz, une vraie histoire d'amour entre le créateur et la costumière (2016)

https://www.scpr.org/programs/the-frame/2016/05/18/48967/outlander-starz-ronald-d-moore-terry-dresbach/ 

 

La série de Starz, Outlander, raconte l'histoire de Claire Randall, une infirmière britannique mariée qui remonte dans le temps depuis 1945 jusqu’à 1743. Une romance se développe entre Claire et un guerrier écossais nommé Jamie, et elle est déchirée entre deux mondes qui sont séparés par deux siècles.
La série a été adaptée par Ronald D. Moore à partir de la populaire série de livres de Diana Gabaldon. Les fans de science-fiction connaissent Moore comme le showrunner de Battlestar Galactica et l’un des écrivains de la série Star Trek.

Mais Outlander est une affaire de famille. L'épouse de Moore, Terry Dresbach, est la créatrice des costumes de la série, et le couple s'est depuis installé en Écosse, où la série est tournée.

Avec des séries d'époque comme Downton Abbey, Boardwalk Empire et The Knick capturant le public ces derniers temps, les téléspectateurs ont développé un œil perspicace pour l'exactitude historique. Pour les créateurs d’Outlander de Starz, les attentes étaient tout aussi élevées. Dresbach a un don pour les costumes d'époque, elle a également un super blog où elle documente le processus en détail. [ndlt: son blog n’est plus alimenté de nos jours et de nombreuses pages ne sont, malheureusement, plus accessibles]

Le couple s'est récemment rendu au Frame pour parler de la façon dont ils se sont rencontrés, de la façon dont ils équilibrent le travail et la vie à la maison et pourquoi Outlander a une base de fans aussi dévouée et passionnée.


MOMENTS FORTS DE L'ENTRETIEN 

 

Comment avez-vous commencé en tant que scénariste, Ron?
Moore: J'étais à LA [ndlt : Los Angeles] pour essayer d'être écrivain et j'avais occupé divers emplois comme messager et réceptionniste d'hôpital pour animaux et un jour j'ai commencé à sortir avec une fille qui a découvert que j'étais fan de Star Trek parce que j'avais des affiches du capitaine Kirk dans mon appartement.
Dresbach: Toujours bon pour un rendez-vous.

Moore: ça a marché pour moi. Et elle a dit, “Hé j'ai un lien avec Star Trek the Next Generation parce que j’ai travaillé dessus et je pourrais te faire visiter les décors.” J'ai dit, “Oh, ce serait incroyable si je pouvais aller voir les décors s'il te plait, s'il te plaît, s'il te plaît.” Alors elle a appelé et il y avait un horaire régulier de visite qu'ils avaient l'habitude de faire en ce temps-là. J'ai juste décidé que j'allais tenter ma chance, parce que j'avais en quelque sorte essayé d'écrire des scripts par intermittence avec divers degrés de discipline pendant quelques années. Je pensais juste que c'était ma chance. J'ai écrit un scénario spécifique et je l'ai apporté avec moi lors de la visite et j'ai convaincu le gars qui me faisait faire le tour de le lire.


Vous l'avez donné au guide?
Moore: Il était l’un des assistants de Gene Roddenberry [ndlt : le créateur de la série Star Trek]. Il l'a aimé et l'a donné à une femme qui est devenue mon agent. Elle l'a soumis à la série et il est resté sur un tas pendant sept mois. Un nouveau producteur exécutif est venu à bord ... et l'a acheté et m'a demandé d'en faire un autre. J'en ai fait un autre. Puis il m'a fait faire intégrer le personnel et j’ai été là pendant les 10 années suivantes et ça a juste été une incroyable histoire de Cendrillon.
Pendant que je regardais Outlander, j'ai pensé que vous ne faisiez pas une série d'époque. Terry, ce qui peut être le défi d’un producteur de tourner sur deux périodes semble être le rêve d’un créateur de costumes. Est-ce cela qui vous a attirée?
Dresbach: J'appelle cela mon meilleur rêve et mon pire cauchemar en un seul car, oui, sur la page et dans un sens purement créatif, cela vous donne cette opportunité incroyable, mais la logistique derrière cela et l'exécution sont assez décourageantes. Mais c'est une opportunité remarquable. C'est un livre que j'ai lu lors de sa sortie. J'étais très familière avec le matériel et j'ai contribué à attirer l’attention de Ron dessus. C'était quelque chose qui me semblait devoir être porté à l'écran. Je ne voulais pas vraiment participer à ce processus parce que c'était tellement énorme. Mais c'est une histoire remarquable et créative assez excitante.

Est-il exact qu’à la base vous êtes semi-retraitée?
Dresbach: J'avais complètement pris ma retraite. J'avais quitté le métier depuis plus de dix ans ... J'étais vraiment fatiguée par les procédés de ce travail. C'est un métier difficile et c'est une entreprise difficile pour les costumes : c'est devenu très corporatif et il y a beaucoup de pression pour la sexualisation des personnages féminins que je n'aimais pas. Les temps de préparation devenaient plus courts. C'était juste la nature de la bête qui devenait de moins en moins créative et de plus en plus intimidante.


Qu'est-ce qui vous a convaincue de revenir? Votre mari vous a un petit peu forcé la main?
Dresbach: Oui! Il m’a beaucoup forcé la main. J'ai travaillé assez dur pour rester en dehors de ça.
Moore: J’ai juste dit s'il te plaît!
Dresbach: Il ne l'a pas fait! Il a dit s'il te plaît environ cinq fois et j'ai continué à dire non. En réalité, ils ont fait passer des entretiens à d'autres personnes. J'avais accepté de revenir et de faire décoller le projet. Je devais donc en faire partie pour environ trois mois. Eh bien, c'était il y a presque quatre ans. Je vis maintenant en Ecosse. Je regarde en arrière et il devait en être ainsi. J'ai compris. Je ne sais pas qui d'autre connaîtrait les personnages ou l'histoire aussi intimement que moi. J'ai lu les livres au moins huit à dix fois et donc je la connais très bien et cela aide dans la production car je n'ai pas à attendre les scripts. Je peux aller de l'avant et concevoir en fonction de mes connaissances. Cela nous sauve car c'est une production énorme. On ne pouvait pas attendre et se baser sur les dates de diffusion.


Vous avez donc travaillé sur Star Trek, Ron, et vous étiez également le producteur exécutif de Battlestar Galactica. C'était en grande partie des productions de studio et maintenant vous tournez une grosse production épique d'époque en Écosse. Grande transition pour vous?
Moore: Oui, mais entre Star Trek et Battlestar Galactica, j'ai dirigé une série intitulée Carnivàle pour HBO. C'est là que Terry et moi avons fait connaissance. Elle était la créatrice des costumes là-bas et c'est là que nous nous sommes rencontrés pour la première fois. Cette série était une grande production d'époque. Elle a été tournée en Californie du Sud, mais c'était une production énorme.
Dresbach: cinq mille figurants.
Moore: Elle s’étalait partout de Valence à Malibu Ranch et des points entre les deux. C'était la première fois que je m'occupais de bon nombre des problèmes que je traite actuellement. La taille de la production, faire une production d'époque et essayer de tout trouver qui soit ancien. Faire également une combinaison du travail en studio sur place.


La série Outlander est résolument romantique. C'est quelque chose que vous ne voyez plus beaucoup à la télévision. Dans quelle mesure pensez-vous que la romance a à voir avec la popularité de la série?
Moore: Je pense que c'est élaboré en quelque sorte dans le matériau lui-même. Diana Gabaldon vous dira qu'elle a lutté pendant de nombreuses années avec les libraires pour qu’il ne soit pas stocké dans la section romance des librairies. Les hommes ne descendent jamais dans cette allée. Les livres contenaient davantage que juste la qualité romantique qu’on y trouve. Je pense que les livres et la série sont romantiques au sens large. C'est une idée romantique du passé. C'est une idée romantique de l'idéalisme, de l'héroïsme et de l'honneur. Il y a une romance dans la nature de l'histoire elle-même. Quand vous parlez de romance avec le R majuscule comme s'il s'agissait d'un arrachage de corsage, je pense que cet élément de la série n'est probablement pas aussi important que les gens de l'extérieur le pensent.
Dresbach: Je pense que c'est ainsi que vous définissez la romance. Je pense qu'il y en a si peu dans les médias d'aujourd'hui. Il semble que ce ne soit pas vraiment le cas. Si nous faisions cela dans les années 40, ce ne serait qu'une histoire d'aventure. On pourrait dire que Robin des Bois [ndlt: Terry Dresbach fait certainement allusion à l’adaptation cinématographique datant de 1938 avec Errol Flynn et Olivia de Havilland] était une romance. C'est une aventure romantique. C'est grand dans la portée et c'est la période et grand sur les costumes. C'est un drame épique à l'ancienne. Pour moi, ce qui m'attirait, c'était que c'était une femme moderne très forte des années 1940 qui revenait dans une culture misogyne à l'ancienne et comment elle s'y frayait un chemin. C'est vraiment fascinant pour moi en tant que femme et probablement aussi attrayant pour les femmes. Ce n'est pas seulement le "Romance". C'est une belle histoire.


En parlant de romance, racontez-nous comment vous vous êtes rencontrés tous les deux?
Moore: Nous travaillions à Carnivàle et nous étions assis à une réunion de production et je la regardais avec désinvolture sur la table et j'ai remarqué que chaque fois qu'elle était assise en avant, c'était comme si le soleil se levait et chaque fois qu'elle se redressait était comme le soleil derrière un nuage. Une semaine plus tard, j'étais assise dans son bureau -

Dresbach: Et il m'a dit ça!

Moore: Et je lui ai dit ça avec désinvolture.

Dresbach: Simplement comme une partie de la conversation. Rien ne s'était passé - nous avions tous les deux le béguin l'un pour l'autre - mais c'était sa réplique d'ouverture. C'était stupéfiant d'entendre quelqu'un te dire ça. Je suis moins romantique que Ron. Je pense et j'ai dit quelque chose comme, qu'entendez-vous exactement par là. Je voulais une définition très claire. C'était fascinant. C'est fascinant d'être marié à quelqu'un d'aussi romantique que Ron.


Maintenant que vous travaillez sur la série, qu'est-ce que cela fait pour mettre la pression sur votre relation? Peux-tu penser à une fois où tu n'étais pas d'accord sur quelque chose sur le comment et tu devais y travailler?
Dresbach: Y a-t-il un moment où nous sommes d'accord?

Moore: C'est délicat. Cela met définitivement la pression sur la relation. Surtout parce que je dirige le spectacle.

Dresbach: Il n'arrête pas de penser qu'il peut me dire quoi faire.

Moore: Ouais, il y a ce truc. Parce qu'elle est l'un de mes chefs de département et c'est aussi ma femme. J'essaie également de m'occuper de la production globale et de dire que je sais que vous en avez besoin mais je ne peux pas vous le donner pour le moment.

Dresbach: C'est drôle parce que certaines personnes pensent qu'à cause du népotisme cela me profite en quelque sorte. Il surcompense pour s'assurer qu'il ne me favorise pas.

Moore: Les gens supposent qu'elle reçoit un traitement spécial, mais je fais des heures supplémentaires pour m'assurer de ne pas le faire. Mais ce qui ajoute à la relation, c'est que, du moins pour moi, maintenant nous travaillons sur la même chose tout le temps. Ce n'est pas un cas comme à Battlestar où je travaillais sur ce truc qui était très séparé de ma vie familiale. J'allais au bureau ou je téléphonais ou je recevais des courriels ou je prenais l'avion pour Vancouver. C'était comme si je vivais cette vie complètement séparée et interagissais avec Terry et essayais de lui parler de ces choses. Mais il faut tellement d'efforts pour expliquer qui est Baltar cette semaine.
Dresbach: J'étais tellement séparé de l'entreprise à ce moment-là et je voulais être séparé de l'entreprise que ce serait comme, comment était votre journée chérie? Génial. Fabuleux. Allons-nous en. Je n'étais pas aussi engagé.

Moore: Maintenant, nous vivons vraiment la même vie. Même si nous sommes séparés.

Dresbach: Nous pouvons vraiment nous battre comme chien et chat pour le travail. Notre relation n'a jamais eu à subir ce genre de pression auparavant. Nous avons un mariage vraiment fort et cela nous aide à passer. Nous le mettons de côté et nous sommes bons. Je pense que notre relation en a probablement bénéficié. Je peux vraiment voir à quel point ce serait un défi si vous n'aviez pas une relation incroyablement forte parce que c'est délicat. C'est vraiment délicat.


Ron, la série est tournée sur place en Ecosse. C'est beau, mais qu'est-ce que cela ajoute et en quoi cela complique-t-il les choses pour vous? Y a-t-il déjà eu une option pour tourner ailleurs?
Moore: Au début, il y a eu une brève conversation sur la façon de regarder des endroits comme la Nouvelle-Zélande, mais cela s'est vite passé. J'ai pensé que la meilleure façon de le faire était de le faire à l'endroit où la série avait réellement lieu. Il y a une authenticité et une qualité unique dans l'apparence de l'Écosse et la qualité de la lumière qui donne une certaine vérité à ce que nous faisons. Nous avons également accès à tous les artisans et artisans de la région qui connaissent les méthodes traditionnelles de fabrication. Tout le monde le sait, des paniers aux armes qui ont été transmis. Vous disposez donc de cette énorme base de connaissances. Il existe également un crédit d'impôt très attractif au Royaume-Uni de nos jours, ce qui a rendu tout cela économiquement réalisable. C'était juste, à tout point de vue, la décision intelligente était de réussir en Écosse. Lors de nos voyages de dépistage préliminaires, nous avons réalisé, oui, il était possible de le faire, alors engageons-nous.


Alors maintenant, vous avez une résidence là-bas?
Dresbach: Oui, nous avons une maison là-bas. J'y vis à plein temps et Ron fait des aller-retours, ce qui est fascinant.

Moore: Parfois, je vais trois semaines en Écosse et trois semaines aux États-Unis parce que le bureau des écrivains et la post-production sont toujours là-bas.
Dresbach: J'ai conçu la série avec un crayon et du papier ici à Los Angeles avant d'aller en Écosse. Mais quand je suis arrivée en Écosse, j’ai juste tout jeté à la poubelle parce que c'est une entité si puissante que vous devez l'accepter comme un autre personnage de la série. Les gens là-bas sont les descendants des gens de notre histoire, donc vous pouvez regarder, en termes de costumes, ce qu'ils portent tous les jours et cela aussi est un descendant de ce qu'ils auraient porté au 18ème siècle. Tout le monde porte un foulard en Écosse tous les jours. Vous le prenez et vous l'enlevez en fonction de la météo. Cela se traduit. Ils ont une compréhension innée intégrale de la façon dont les choses fonctionnent qui, comme le dit Ron, se traduit par l'artisanat qu'ils font, les textures et les couleurs. Vous n'obtiendriez pas ça si vous tourniez ça dans un autre pays.


Je veux revenir sur les costumes et la précision. Dans votre blog, il y a une belle histoire sur les achats dans un magasin de tissus. Dites-nous ce qui s'est passé.
Dresbach: C'est mon magasin préféré. Il s'appelle Britex Fabrics à San Francisco. J'y vais depuis que je suis petite. C'est un endroit remarquable comme les choses là-bas le sont souvent. C'est un peu comme Paris. Ils font tout en grand. Ron et moi étions là-bas et je leur ai dit, avez-vous quelque chose de spécial que personne d'autre ne veut acheter. Ils ont dit, oui, allons voir. Ils sont sortis du sous-sol avec ce morceau de tissu fou, l'ont déroulé sur la table et j’en suis tombée immédiatement amoureuse. Une femme en face, une cliente qui passait, s'est arrêtée et a dit, avez-vous déjà vu une série qui s’appelle Outlander? Cela ressemble à un tissu d'Outlander. “Oui, en fait je l'ai vue. J’en suis la créatrice des costumes.” Elle a dit, “Oh mon Dieu! Le producteur exécutif de cette série est Ron Moore et il a fait mon autre série préférée, Battlestar Galactica.” J'ai pointé du doigt Ron et j'ai dit, “Vous voulez parler de ce type?” Je pensais que la pauvre femme allait avoir une crise cardiaque. Elle a commencé à crier au milieu du magasin. C'est devenu un costume dans la saison 2.


Je n'ai pas vraiment commencé à regarder Battlestar Galactica jusqu'à ce que la série soit mentionnée dans un épisode de Portlandia. Ron, comment est-ce arrivé? Vous ont-ils approché pour l’utiliser?
Moore: Ouais. J'ai reçu un appel de mon agent qui m'a dit qu'ils voulaient faire cet épisode où ils font une référence à la série. Ils voulaient voir si certains membres de la distribution seraient intéressés et si je serais intéressé à le faire. J’ai dit “Sérieusement?” Ils ont dit oui, voulez-vous faire quelque chose comme ça. J'ai dit, pourquoi pas. Cela ressemble à un truc à tenter. J'ai donc pris l'avion pour là-bas avec James et Eddie et j'y ai passé une journée et c'était amusant. C'était un tournage de style guérilla réaliste et cru. Ils n'avaient pas du tout une équipe énorme, mais ils étaient vraiment gentils et drôles. C'était juste un bon moment.
Il y a neuf livres [ndlt : à l’époque, le tome 9 était déjà officiellement en chantier] dans la saga de Gabaldon. Souhaitez-vous aller au bout de la réalisation de la saga entière?
Moore: Cela me fatigue d'y penser, mais je pense que c'est le but. Je pense que c'est une série qui tient la distance et que faire tous les livres profiterait à tout le monde.


Lorsque vous êtes dans le métier et que vous êtes dans le métier depuis aussi longtemps que vous l'êtes, vous devez toujours penser à la suite. Dans le cas où cela n’irait pas jusqu'à neuf livres, avez-vous envie de travailler sur des longs métrages?
Moore: De temps en temps, j'ai une idée pour un film que je trouve intéressante. Mais le secteur des films est si différent de la télévision. J'ai fait quelques films mais ça a toujours été une expérience légèrement insatisfaisante pour être honnête. Dans le secteur des longs métrages, vous êtes essentiellement un second couteau et vous savez qu'il y a trois autres écrivains alignés derrière vous. Ils pourraient vous licencier et engager ce type pour rythmer la comédie, puis cette femme va muscler l'action. C'est très décourageant pour un écrivain car le réalisateur est roi dans le long métrage. À la télévision, c'est le contraire. À la télévision, le scénariste / producteur est roi et vous pouvez tout superviser et vous pouvez vraiment accompagner les personnages à travers le voyage et les réalisateurs vont et viennent. Je suppose que je suis un maniaque du contrôle, mais j'aime contrôler la série et avoir la capacité de gérer toute la vision créative du début à la fin et pas seulement d'en faire une partie.