MENU 

MENU 

Les odeurs corporelles du XVIIIe siècle 

par Diana Gabaldon

source : thelitforum - juin 2020

Traduction française : Marie Modica

 

Réponse de Diana Gabaldon à propos des odeurs  

 

Ils ne sentaient probablement pas aussi mauvais qu'on pourrait le penser. Votre peau possède une faune bactérienne naturelle (quelque chose comme le microbiome de votre faune intestinale ), et ces bactéries décomposent la sueur, les huiles corporelles et divers envahisseurs cutanés. Je ne peux pas me souvenir pour le moment où j'ai lu ceci, mais il y a quelques années, je suis tombée sur une étude dans laquelle l'enquêteur avait essayé de laisser les gens sans se baigner pendant de longues périodes (en prenant des raclures de la faune de leur peau à intervalles réguliers), et j'ai découvert que - en supposant que la personne ne faisait pas quelque chose qui ajoutait constamment des trucs puants à sa peau - la bactérie atteignait un équilibre après environ une semaine, et la personne cessait de sentir visiblement «mauvais». Le rapport (évidemment subjectif) a déclaré que les personnes non lavées sentaient différemment des personnes qui se lavaient avec du savon tous les jours (éliminant ainsi les odeurs, mais aussi éliminant les bactéries de la peau), mais que ce n'était ni une odeur forte ni désagréable.
Nous devons également garder à l'esprit que le corps humain a deux types différents de glandes sudoripares: les glandes exocrines sécrètent le type de sueur qui vous refroidit, et fonctionnent également pour garder votre sel (y compris le potassium) et votre eau en équilibre - mais exocrine la sueur est pratiquement inodore. Les glandes sudoripares endocrines sont concentrées dans vos aisselles et votre entrejambe, et bien qu'elles sécrètent de la sueur, elles sécrètent également des composés fortement odoriférants, qui sont a) destinés à être des signaux sociaux et b) lorsqu'ils sont décomposés par des bactéries cutanées, puent _vraiment_ . (Vraisemblablement, nous avons conservé les poils dans nos aisselles et entrejambes pour fonctionner comme des pièges à odeur pour les sécrétions exocrines, en particulier les sécrétions sexuelles.)"

 

Lors d'une autre interview, voici ce qu'elle en disait :  

 

Pour ce que ça vaut, je n'ai pas utilisé de savon sur mon visage (et très rarement sur mon corps, sauf si je dois enlever quelque chose de collant ) depuis trente ans. Je me lave le visage à l'eau froide (mais je dois utiliser du démaquillant si j'ai été maquillée par un professionnel, car ce produit ne s'enlève pas au lavage). J'utilise du shampoing (tous les trois ou quatre jours sauf en plein été, où il fait si chaud et où je transpire que je dois me rincer tous les jours), et je frotte une poignée de mousse sur les aisselles et les zones intimes , mais c'est tout.
Si le XVIIIe siècle (et d'autres époques) était incontestablement malodorant par endroit (l'évacuation des eaux usées avait des limites bien définies, les vêtements n'étaient souvent pas lavés pendant longtemps et il était difficile d'empêcher la nourriture de s'abîmer), des recherches menées plus tard au XXe siècle sur le bain ont montré que les personnes qui ne se baignaient pas établissaient fréquemment un équilibre avec les bactéries de leur peau - et ne puaient pas.
En outre, ce que nous considérons comme une odeur corporelle est en grande partie due à la dégradation des hormones endocriniennes, qui ne sont sécrétées (normalement) que dans les parties poilues du corps, à savoir les aisselles et les poils pubiens. La sueur ordinaire (provenant de la chaleur ou de l'exercice) ne sent pas, car elle ne contient pas d'hormones endocriniennes. (Maintenant, jeter des vêtements pleins de sueur au fond de votre placard et les y laisser... c'est autre chose...)."
 

 

Réponse de Diana Gabaldon à propos des vêtements 


"Essayez de vivre dans un climat comme l'Angleterre / Europe, où vos seules sources de chaleur sont votre cheminée et la chaleur corporelle de votre famille, pendant la période appelée le petit âge glaciaire (qui englobe le XVIIIe siècle), et cela peut sembler plus raisonnable.
En fait, j'ai porté de temps en temps des tenues multicouches et longues (chez Renn Faires, Dragon Con et autres) et en termes de température, elles sont étonnamment confortables. L'isolation fonctionne dans les deux sens, je veux dire - et si vous regardez comment les Bédouins se vêtaient traditionnellement, il est évident que la longueur et les couches fonctionnent aussi bien pour la chaleur que pour le froid."
 

 

Une lectrice soulignait le grand nombre de fois où l'on rencontre des odeurs de sueur ou d'autre chose chez les personnages. Prenant en considération la difficulté de garder une bonne hygiène dans les conditions de l'époque, elle en venait à la conclusion que tout le monde sentait mauvais.


Elle a remarqué aussi à quel point les personnages sont couverts de nombreuses couches de vêtements et s'en étonnait.