MENU 

MENU 

MENU 

J'ai eu un lecteur masculin (Justin Brady (@RandomAngst), qui dirige le site de critique / évaluation de livres Random Angst [ndlt : littéralement ‘angoisse aléatoire’] sur www.randomangst.com) sur Twitter juste aujourd'hui, il m’a dit qu'il venait de terminer la lecture d’OUTLANDER et qu'il a beaucoup apprécié "jusqu'aux chapitres de la prison."

J'ai tweeté en retour que je serais un peu inquiète pour lui s'il avait "apprécié" la partie Wentworth {g}, à laquelle il a dit : "mais pourquoi mettre notre héros dans une telle douleur et souffrance ? ", ajoutant dans le [message] suivant, «Je sais que je suis en retard sur #Outlander et vous avez probablement déjà abordé cette question ; mais c'était une douleur émotionnelle et physique intense. »

 

J'étais en train de sortir pour dîner, alors j'ai dit que je lui répondrais plus tard (je ne l'ai pas encore fait), mais j'ai pensé à de brefs moments juste _ comment_ répondre à cela. La réponse simple est juste que ‘c'est ce que j'ai vu se produire’, mais ce n'est pas suffisant pour le lecteur. Il y a toujours une raison pour laquelle les choses se produisent ou sont nécessaires, que je sache ce que c'est quand je l'écris ou non. Alors qu'est-ce que c'est ici ?

 

C'est en partie parce que c'est une histoire à Enjeux Élevés. Presque tout le monde comprend que vous devez avoir quelque chose en jeu pour qu'une histoire soit bonne. Et bien trop de thrillers et romans de science-fiction et de fantasy supposent que rien de moins que le Destin de l'Univers Connu ne fera l’affaire {g}, ces auteurs confondant échelle et intensité. Quel que soit le contexte, une histoire qui se concentre sur l'impact des événements sur une ou deux vies individuelles sera, de manière générale, beaucoup plus engageante et émotionnellement intense qu'une histoire où tout le monde se précipite pour essayer de sauver une planète ou de mettre leurs mains sur la bombe fortunium qui pourrait Tout Détruire !!

 

OUTLANDER est donc une histoire à enjeux élevés - au niveau individuel - tout au long. C'est une histoire d'amour, bien sûr, et c'est tout ce que les gens vont faire par amour. Claire, par exemple, choisit d'abandonner la vie qu'elle a connue (et était sur le point de récupérer après la guerre), la sécurité du 20e siècle (et elle, parmi tous les gens, apprécierait cette sécurité, après avoir traversé une telle guerre), et le mari qu'elle avait aimé. Elle choisit les difficultés, le danger et la douleur émotionnelle, afin d'être avec Jamie.

 

Mais l'amour pour ces deux est toujours réciproque. Il ne s'agit pas d'un partenaire faisant un sacrifice pour le bien de l'autre. Tout au long de l'histoire, ils se sauvent mutuellement. Et les enjeux sont élevés. Jamie épouse Claire à l'origine afin de la sauver de Black Jack Randall. Serait-ce une chose frappante à faire si Jack Randall n'était pas, en fait, une menace sérieuse ? Il est une menace sérieuse ; nous apprenons cela de la trame de fond de Jamie. L'homme est un véritable psychopathe sadique, qui a essentiellement détruit la famille de Jamie et l'a gravement blessé, physiquement et émotionnellement. Et voici Jamie jurant de donner à Claire tout ce qu'il a ; la protection de son nom et de son clan - et la protection de son corps - afin de la sauver de cet homme.

Il la sauve alors, physiquement et immédiatement, de Randall, quand Randall la capture et l'agresse à Fort William - même si ce faisant, il met non seulement lui-même, mais tout le monde avec lui, en grave danger, et le fait à certains coûts émotionnel et physique. "J'étais attaché à ce poste, attaché comme un animal, et fouetté jusqu'à ce que mon sang coule ... Si je n'avais pas été chanceux comme le diable cet après-midi, c'est le moindre de ce qui aurait pu m'arriver. … [Mais] quand tu as crié, je suis allé vers toi, sans rien d'autre qu'un pistolet vide et mes deux mains. » Les enjeux sont plus importants ; la menace venant du capitaine Randall contre Jamie (et Claire) est augmentée.

 

Un, deux, trois. La Règle de Trois. C’est l’un des modèles sous-jacents importants de la narration ; un événement peut être frappant. L'événement suivant (lié) crée une résonance. Mais le troisième le ramène à la maison — WHAM. (D’ailleurs, c’est de fait pourquoi les contes de fées classiques impliquent toujours trois frères, trois sœurs, trois fées, etc. - et pourquoi la forme de plaisanterie la plus classique commence toujours par "Un prêtre, un pasteur et un rabbin ..." Le point culminant de l’histoire, la punchline de la blague, vient toujours à la troisième itération.) La troisième rencontre avec Black Jack Randall est le point culminant, le point où les enjeux sont les plus élevés. Jamie a été capturé et gravement blessé, Claire est venue le sauver, mais Randall arrive et la prend en captivité, menaçant sa vie.

 

D'ACCORD. Cela doit être une menace crédible. Ergo [ndlt : donc], nous devons avoir vu (et entendu) le vrai mal que Randall a fait à Jamie jusqu'à présent ; nous devons être sûrs qu'il ferait vraiment du mal à Claire. Nous ne pouvons pas simplement dire : « Oh, c'est une personne tellement méchante, vous ne croiriez pas...» Nous devons croire et donc apprécier simplement ce que fait Jamie quand il échange ce qui lui reste de vie contre Claire. (Il s’agit de montrer, pas d’en parler, vous savez ?)

 

Et parce que nous le croyons, nous partageons à la fois le désespoir de Jamie et le désespoir de Claire.

 

Donc OK. Tout au long du livre, nous avons vu que l’amour a un coût réel. Jamie et Claire ont construit une relation grâce à une lutte honnête, une relation qui vaut ce qu'elle leur a coûté. C'est le dernier défi, et Jamie est prêt à payer ce qui sera apparemment le coût ultime.

Pourquoi jetterais-je ça ? Le faire s’échapper au viol et à la torture (il – et nous – savons ce qui va arriver) de justesse reviendrait à saper son sacrifice, à le faire de peu de temps. (Ce serait comme si quelqu'un arrivait à Gethsémani et disait au Christ : "Hé, mon pote, tu n'as pas vraiment à faire ça. Viens avec moi, j'ai un moyen secret de sortir d'ici ...")

 

L'amour a donc un coût, et il est réel. Mais ils se sauvent l’un l’autre, et Claire lui sauve non seulement sa vie, mais son âme. (Oui, c'est la rédemption et la résurrection, et oui, il y a des images du Christ tout au long de l'histoire - c'était mon premier livre, OK ?) Son âme n'aurait pas été en danger, s'il n'avait pas été en réalité et vraiment presque détruit par son sacrifice.

 

C'est-à-dire, si Claire s'était montrée avec des renforts en un rien de temps et l'avait sauvé avant qu'il ne subisse une telle douleur et une telle souffrance ... eh bien, alors ça aurait été une belle histoire réconfortante dans laquelle le Héros et l’Héroïne ont vaincu le mal et partent ensemble au coucher du soleil. Mais cela n'aurait pas la moitié de la puissance d'une histoire dans laquelle Jamie et Claire vraiment conquerraient le mal réel, et montreraient ainsi ce qu'est le véritable amour. Le vrai amour a des coûts réels - et ils en valent la peine.

 

J'ai toujours dit que tous mes livres avaient une forme, et la géométrie interne d’OUTLANDER se compose de trois triangles se chevauchant légèrement. Le sommet de chaque triangle est l'un des trois points culminants émotionnels du livre : 1) lorsque Claire fait son choix déchirant aux pierres, 2) lorsqu'elle sauve Jamie de Wentworth et 3) lorsqu'elle sauve son âme à l'abbaye. Ce serait toujours une bonne histoire, si je n'avais eu que 1 et 2, mais (voir ci-dessus) la Règle de Trois. Une histoire qui va sur un, deux, trois a beaucoup plus d'impact qu'un simple coup un-deux. 

 

 Diana

Gabaldon

 

Jamie ou la règle des trois

Texte de Diana Gabaldon, écrit en 2010, et que l’on peut trouver en ligne sur son site ici :  Jamie ou la règle des trois  

 

Traduction française : Marie Modica