MENU 

MENU 

Roger et Jamie 

Le point de vue d'un historien 

Par Margaret Arlen  

Je suis tombée en amour de James Fraser à travers les yeux de Claire; en tant que narratrice principale, elle le décrit avec tant de détails, je connais l'essence de l'homme ... grâce à la prose descriptive de Diana et à mon odorat très aigu, moi aussi je pourrais le reconnaître dans une salle bondée d'hommes, simplement à son odeur ...... un mélange de café, de whisky, de poudre à canon, de chevaux et de fumier, sa sueur ..... son odeur masculine profonde. Ses longs os gracieux, la façon dont sa crinière de bronze roux cuivré et de cheveux auburn se soulève en mèches parasites sur son visage, parce qu'il est soit farouchement animé, soit comme une crinière de lion, tombant autour de ses épaules dans la passion frénétique de l'amour.
Le petit pli de sa bouche, son humour ironique, son courage, son honneur et ses réalisations.
Un talent unique pour intégrer les personnes, l'apprentissage et les langues dans sa vie.
Un homme aux grandes passions, aux loyautés féroces et à la générosité totale.
Je suis tombée amoureuse de Jamie à travers les yeux de Claire, jusqu'à ce que si profondément absorbée par l'histoire «plus vraie que nature», Claire s'est estompée. J'étais Claire ..... vivant, aimant, le respirant, attendant qu'il revienne de la bataille, de la chasse, des visites avec les voisins Cherokees ou travaillant à ses côtés, et le soignant.

Février 2021

Traduction française : Marie Modica

Et puis je suis tombée à nouveau en amour, à travers les yeux de Roger. Roger connaît Jamie quand il arrive à Fraser's Ridge… Roger, l’historien tel un «chien avec un os», a entendu l’histoire de Claire, faisant des recherches sur l’histoire de Jamie… Culloden, Ardsmuir, Helwater. Il a déjà développé une relation avec Jamie, deux cents ans avant de le rencontrer (Oui, mon esprit aussi fait des nœuds) !!! Avant que Claire ne quitte Inverness pour la deuxième fois, Roger la trouve profondément endormie dans le bureau du révérend Wakefield, serrant les archives de la prison d'Ardsmuir contre sa poitrine, son cœur ... il a une profonde affection pour Claire et dit à sa silhouette endormie et à Jamie mort depuis longtemps : "Je ne sais pas qui tu étais, mon pote", chuchota-t-il à l'Ecossais invisible, "mais tu devais être quelqu'un, pour la mériter."
Et puis il y a le gâchis catastrophique, quand Lizzie confond Roger avec le monstre qui a violé Brianna ..... nous savons ce qui suit, et une fois que les deux hommes arrivent à s'entendre, quelque chose de beau se produit.

 

Roger en tant que narrateur m'a conquise d'une manière complètement nouvelle. Il voit Jamie sous un angle très différent. Il y a bien entendu, au début, un ressentiment persistant, mais cela change subtilement au début, à mesure que les deux hommes se mesurent. Je suis souvent amenée à des larmes inattendues, par la référence que Roger a de Jamie comme «le grand Écossais».
Pourquoi cela devrait-il me faire pleurer ??? Je pense que c’est la connaissance des souffrances endurées par ce grand corps ... et, pour une raison quelconque, ces mots sont un déclencheur de larmes.
Roger fait référence à «la grâce d'une panthère» de Jamie, il veut son approbation et ne peut réprimer la jalousie qu'il éprouve au sujet de Jamie. Une description frappante est celle de Jamie se tenant en retrait, regardant Roger sans passion, comme s'il achetait un bœuf à la cour des enchères. Cela se produit lorsque Roger lui demande «Apprenez-moi à me battre». Il y a un dialogue brillamment spirituel qui suit avec Jamie disant à Roger qu'il a eu sa première épée à cinq ans ... Roger avait un petit train avec un moteur rouge au même âge. Mais Roger est tout aussi têtu, aussi un homme qui sait apprendre et finalement un accord est conclu. Il décrit sa première expérience avec «l'art de l'épée, avec Jamie Fraser comme adversaire, comme un combat contre un nuage».

Mais Jamie développe une forte affection et un grand respect pour Roger, et lors de la Cérémonie Ritualisée de la Croix de Feu, lorsque Jamie lui crie: «Viens me soutenir, Roger Jérémie, fils de ma maison», il y a une intense fierté et un appartenance, un amour pour son beau-père guerrier.
Il y a trop à inclure ici. Roger en tant que Narrateur donne vie à James Fraser, avec des détails saisissants qui sont naturellement complètement différents de ceux de Claire. L'observation par un homme qui, parfois aussi, est froidement clinique avec son point de vue d'Historien sur Jamie.
 

J'ai encore plus aimé Jamie Fraser, en le regardant à travers la narration descriptive de Roger.

Billet original sur le site de Margaret 

Outlander : Margaret Arlen