MENU 

MENU 

MENU 

Diana Gabaldon est, à bien des égards, le genre d'auteur le plus rare. Tout d'abord, sa voix parlante ressemble beaucoup à la voix que le lecteur expérimente dans son travail. Elle ressemble un peu à Katherine Hepburn - profonde et légèrement rauque, joyeusement staccato, avec des phrases élégamment huilées. Mais au-delà du son de la voix, Gabaldon est le rêve d'un intervieweur : la moindre question apporte une réponse longue et enthousiaste. Quoi qu’ait fait Gabaldon durant sa vie d'adulte, la romancière à succès est une conteuse née et elle n'a pas besoin de beaucoup d'incitation pour la lancer sur la voie de se mettre justement à conter.

Le chemin qui a conduit au succès de la série Outlander de Gabaldon est une histoire intéressante en soi. C'est l'un de ces merveilleux contes de Cendrillon qui donne de l'espoir aux auteurs en herbe. Un ensemble de circonstances impossibles a conduit à la publication d’Outlander, le premier livre du docteur en écologie, âgée de 47 ans, au début des années 1990.

Bien que les circonstances se soient empilées favorablement, le succès des livres de Gabaldon n'a pas vraiment de mystère: ils sont merveilleux. Des tapisseries riches et profondes qui ne sont pas des fantasmes, des romances ou des aventures, mais qui ont plutôt des éléments de toutes ces choses de telle façon, dit Gabaldon, qu’elles ont initialement rendu les livres très difficiles à commercialiser.
Aimez-vous faire des tournées de livres?
>> Oh oui. Elles sont très amusantes. Je n'aime pas les faire trop souvent parce que je ne fais pas beaucoup de travail, et bien sûr ma famille se plaint amèrement chaque fois que j'y pars. Mais dans les limites de quelques jours à une semaine ou deux où vous faites une tournée de livres, c'est très amusant. C'est très enivrant de rencontrer des gens qui lisent vos livres et qui sont si enthousiastes à leur sujet.
Vous avez des légions de fans.
>> [Rires] Eh bien, il y en a beaucoup.
Avez-vous un fond écossais ?
>> Non pas du tout.
C'est surprenant. Parce que les éléments écossais semblent si réels.
>> Eh bien, heureusement, les Écossais en général semblent avoir très bien accepté les livres. En fait, je reçois beaucoup de courriers de fans d'Écosse disant : "Combien de temps avez-vous vécu dans les Highlands avant de déménager en Arizona?" Beaucoup d'entre eux viennent aux séances de dédicaces et disent : "Comment avez-vous réussi à saisir l'Écosse si bien?"
Avez-vous fait beaucoup de recherches ?
>> Oh oui. J'ai dû. Parce que j'ai commencé sans rien savoir de l'Écosse ou du XVIIIe siècle alors ...
Ce n'était donc pas vouloir écrire sur l'Écosse qui vous a poussée. Est-ce le voyage dans le temps pour lequel vous vouliez un lieu ?
>> Oh non, pas du tout. C'était un accident. Je veux dire, tout était un accident, étonnamment. Je voulais écrire un livre d’entraînement pour apprendre à écrire des romans. Et je pensais à ce qui serait le plus facile à écrire et je pensais peut-être un mystère, parce que j'en lis plus que tout. Et puis j'ai pensé : "Eh bien, les mystères ont des intrigues. Je ne suis pas sûre de pouvoir le faire." Et je pensais que ce serait peut-être un roman historique parce que j'étais professeur chercheur. Eh bien, j'étais une scientifique mais je savais comment utiliser la bibliothèque et il est plus facile de rechercher des choses que de les inventer entièrement. Alors j'ai dit: "D'accord. J'écrirai un roman historique. Où dois-je situer ça?" Je n'avais aucune expérience formelle dans l'histoire, donc n'importe quand. Et il m'est arrivé de voir un programme à la télévision publique. Vous avez peut-être entendu parler de Doctor Who ?
Oh oui !
>> C'était l'un des premiers épisodes, et il avait un jeune Écossais qu'il [ndlt : le Dotceur] avait ramassé en 1745. Il est apparu dans son kilt, vous savez. Et je me suis dit : "Eh bien, c'est plutôt excitant." Alors j'ai pensé : "Eh bien, peu importe où je mets ce livre, je vais devoir tout chercher de toute façon. L'important est de choisir un endroit et de commencer." Alors j'ai dit: "L'Écosse au XVIIIe siècle. C'est là que je vais commencer." J'ai donc commencé. Mais c'était toujours un roman historique simple.

Vers le troisième jour d'écriture, j'ai dit : «Eh bien, je vais devoir avoir un personnage féminin ici pour donner la réplique à tous ces hommes en kilts. Et étant donné que nous avons affaire à la montée jacobite, je devrais peut-être faire d'elle une Anglaise , de cette façon, nous aurons beaucoup de conflits intégrés. " Alors je l'ai fait, et je l'ai présentée et à la minute où je l'ai introduite, elle a refusé de parler comme une personne du XVIIIe siècle. Elle a immédiatement commencé à faire des remarques modernes et pleines d’esprit et elle a également commencé à raconter l'histoire elle-même. Et j'ai dit : "Eh bien, si tu vas me battre tout au long de ce livre, vas-y et sois moderne et je découvrirai comment tu y es arrivée plus tard." C'est donc entièrement de sa faute s'il y a un voyage dans le temps.

Mais cela a évolué en cours de route. Eh bien, c'était un entraînement. Je n'ai jamais eu l'intention de le montrer à personne. Donc peu importe le genre de chose que je faisais, je pouvais m'en tenir à tout ce que j'aimais. Par conséquent, je me suis retrouvée avec une série de livres qui est absolument non catégorisable. Et personne n'a jamais pu me dire ce que c'était.
C'est merveilleux. Et probablement au moins une partie de la raison de leur succès.
>> Eh bien, c'est possible. Une fois que vous avez dépassé les obstacles marketing d'origine. Les seules règles que je me suis établies étaient, eh bien, de une : Je ne m'arrêterais pas. Vous savez, je continuerais jusqu'à ce que j'aie fini ce livre, peu importe à quoi il ressemblait parce que c'était la seule façon d'apprendre comment. Et deuxièmement, que je ferais de mon mieux en tout temps pour l’écriture. Vous savez : être émotionnellement honnête et techniquement exigeante et tout ça. Je n'allais pas simplement le lancer parce que je voulais apprendre à écrire et la seule façon de le faire était de faire un bon effort. Donc ça s'est assemblé progressivement et comme ça a marché, c'est comme ça que j'ai toujours écrit.
Combien de temps vous a pris ce premier livre?
>> Il m'a fallu environ 18 mois pour écrire Outlander.
Alors à quel moment avez-vous décidé de le montrer aux gens après tout?
>> Eh bien, c'est arrivé pendant que j'écrivais. Comme je l'ai dit, j'étais une scientifique. J'ai été embauchée comme écologiste à l'Arizona State University. Et en raison d'un certain nombre de choses que je n'évoquerai pas ici, j'avais développé ma propre spécialité et étais devenue une experte en calcul scientifique. Dans le cadre de cela, j'ai écrit à la pige pour la presse informatique, pour Byte et Infoworld et, dans ce cadre, j'ai obtenu un abonnement à CompuServe pour rechercher des morceaux de logiciel sur lesquels j'écrivais. Pendant que j'y traînais, je suis tombée sur quelque chose appelé le Forum littéraire qui est un groupe de personnes qui aiment lire et écrire, essentiellement. Il y avait des auteurs publiés, des écrivains en herbe et de simples lecteurs. C'était une atmosphère très agréable pour quelqu'un qui s'intéresse aux livres, comme je l'ai toujours été. C'était aussi la vie sociale idéale pour quelqu'un qui avait un emploi à temps plein, un travail indépendant à temps partiel et trois jeunes enfants de moins de six ans.

J'ai donc commencé à traîner là-bas normalement. J'étais là depuis peut-être un an avant de commencer à écrire ce livre d’entraînement. Pendant un certain temps, je n'ai dit à personne en ligne ce que je faisais. Je ne voulais pas que quelqu'un me dise ce que je faisais mal avant d'en avoir fait le tour moi-même. [Rires] De plus, j'étais très timide à l'idée d'admettre devant tous ces auteurs publiés que j'essayais d'écrire un livre. Donc je ne l'ai pas fait. J'ai juste gardé le silence.
Peut-être huit mois plus tard, je me disputais avec un homme en ligne sur ce que ça fait d'être enceinte. C'était bien avant l'époque des salons de discussion, donc nous ne faisions que poster des messages dans un style tableau d’affichage et je me connectais assez fréquemment pour récupérer mes messages. Quoi qu'il en soit, il a dit : "Oh, je sais ce que c'est. Ma femme a eu trois enfants." Et j'ai ri électroniquement et j'ai dit : "Eh bien, mec, j'ai eu trois enfants." Alors il a dit: "Pouvez-vous me dire à quoi ça ressemble ?" Et j'ai dit : "Eh bien, en fait, je peux. C'est un peu compliqué à expliquer dans un court message, mais j'ai ce morceau que j'ai écrit récemment dans lequel une femme explique à son frère en détail ce que c'est parce qu'il est curieux." Je lui ai dit que je le mettrais dans la bibliothèque électronique pour qu'il puisse le lire. Alors je l'ai mis en place et tous ceux qui avaient suivi la discussion sont allés lire le morceau. Et ils sont tous revenus en courant et ont dit: "C'est super. Qu'est-ce que c'est?" Et j'ai dit : "Eh bien, je ne sais pas." Et ils ont demandé où était le début, et j'ai dit : "Eh bien, je ne l'ai pas encore écrit." Ils m'ont demandé d'en mettre plus, "c'est fascinant". Alors je l'ai fait. Un bout à la fois.
Je n'écris pas du tout en ligne droite. J'écris juste des morceaux et je les colle ensemble. Donc, chaque fois que j'en avais un peu qui semblait tenir seul, je le mettais dans la bibliothèque. C'était peut-être un morceau tous les deux mois environ. Mais j'ai continué à les mettre en place et les gens en parlaient et disaient : "Vous devriez vraiment essayer de publier ceci." Et j'ai dit : "Eh bien, si je voulais faire ça, que devrais-je faire ?" Et ils m'ont dit que j'avais besoin d'un agent. Ils ont dit qu'un agent pourrait vous faire lire beaucoup plus rapidement que si vous l'envoyiez simplement dans une pile de neige fondue. Et aussi si vous pouvez le vendre, un agent pourrait négocier un bien meilleur contrat. Et j'ai dit: "Eh bien, c'est logique. Comment pourrais-je trouver un agent ?" Et ils ont dit qu'il y avait des livres de référence et des choses dans lesquelles vous pouvez chercher des choses, mais comme vous connaissez déjà un grand nombre d'auteurs publiés ici, pourquoi ne discutez-vous pas simplement avec les gens à quoi ressemble leur agent et aussi quel genre de manuscrit et ce que vous devez rechercher chez un agent ? Tout ce genre de chose. Alors je l'ai fait [et quand j'en ai choisi un] je lui ai envoyé ma propre lettre de requête dans laquelle je lui ai dit que j'écrivais et vendais des non-fiction par moi-même depuis 15 ans, mais maintenant que j'écris de la fiction, je comprends que j'ai vraiment besoin d'un bon agent et qu'il m'a été recommandé par toutes ces personnes dont je respecte les opinions et, "Seriez-vous prêt à lire des extraits de ce très long roman que j'ai ?" Je ne lui ai pas dit que je n'avais pas fini de l'écrire. Et il a appelé et a dit qu'il le ferait. Alors je lui ai envoyé mes extraits et un synopsis grossier pour les lier ensemble et il m'a prise. Sur la base d'un premier roman inachevé. Ce qui n'est pas très courant. Donc, environ six mois plus tard, j'ai finalement terminé le livre. Je lui ai envoyé. Et il l'a envoyé à cinq rédacteurs qui, selon lui, pourraient l'aimer et en quatre jours, trois d'entre eux ont rappelé et voulaient l'acheter. Et nous étions partis sur la course comme ça.
Votre karma était complètement en place.
>> Eh bien, je dis aux gens si vous voulez faire quelque chose, commencez à le faire. Les choses viendront et vous trouveront selon vos besoins.
Travaillez-vous latéralement?
>> Je saute de nénuphar en nénuphar. Je pense que c'est comme élever des continents. Vous savez, en regardant cette mer vaste et sans tracteurs et vous commencez à voir des volcans surgir ici et là, jaillissant. Et au fur et à mesure qu'ils montent et que la lave descend sur les côtés, vous obtenez des montagnes qui montent, puis progressivement tout devient clair. Vous commencez à voir comment une montagne descend dans une vallée et monte dans une autre. Mais pour commencer, tout ce que vous voyez, ce sont les montagnes. Au fur et à mesure que vous vous rapprochez de la surface, vous pouvez regarder et voir toutes les vallées et les connexions.
Quand avez-vous commencé à écrire Outlander?
>> J'ai commencé à l'écrire en 1988 et je l'ai terminé à la fin de 1989. Et, comme je l'ai dit, il s'est vendu immédiatement, mais l'éditrice s’est assise dessus pendant plus d'un an parce qu'ils ne savaient pas comment le vendre. L'éditrie l'a acheté et, en fait, m'a donné un contrat de trois livres, car elle aimait l'histoire. Mais ensuite, bien sûr, ils se sont assis avec les gens du marketing et ils ont commencé à dire : "Eh bien, quel genre de livre est-ce? Que pouvons-nous dire aux gens que c'est ?" Et si vous êtes déjà allé dans une librairie, vous avez vu que toutes les étagères sont étiquetées. Vous savez : des mystères ou de la romance, des thrillers ou du suspense ou des westerns ou autre chose. Et vous ne pouvez pas faire ça avec mes livres. Je veux dire, ils ne rentrent nulle part.
Comment les décririez-vous?
>> Je ne peux pas. [Rires] Non. Je n'ai jamais pu. Quand je faisais des séances de dédicaces dans les premiers jours, les gens venaient me voir - et les livres avaient toujours une couverture très intéressante mais ambiguë - et ils disaient: "Cela a l'air fascinant. Quel genre de livre est-ce ?" Donc pendant un moment, si c'était un homme entre 40 et 60 ans, je disais que c'était de la fiction historique. Si c'était une femme entre 15 et 45 ans, je disais que c'était une histoire d'amour. Si c'était un homme plus âgé, je disais que c'était de l'histoire militaire. Si c'était un jeune homme, je disais que c'était de la science-fiction. Cela a très bien fonctionné pendant un certain temps. Mais finalement, j'ai eu plus de gens qui venaient à la fois et dans des mélanges de sexes et d'âges, alors à ce moment-là, j'ai commencé à dire: "Eh bien, je vais vous dire quoi : prenez, ouvrez n'importe où, lisez trois pages. Si vous pouvez le reposer, je vous paierai un dollar." Et j'ai vendu beaucoup de livres, mais je n'ai jamais perdu d'argent.

Si vous deviez le comparer à quelque chose, je suppose que cela ressemble plus au Shogun [de James Clavel]. Énorme fiction historique, avec une sorte de fil conducteur qui la traverse.
Et un fil fantastique aussi.
>> Oui. Voilà la principale différence. Mon personnage principal est une voyageuse du temps. C'est essentiellement une fiction historique très riche, mais elle a ce fil fantastique. Et il y a un fil romantique très fort. Et finalement, les gens du marketing ont dit : "Eh bien, nous ne savons pas quoi faire avec cela. Si nous le publions juste comme une fiction, personne ne saura quoi en faire et il coulera comme une pierre et disparaîtra en deux semaines." Finalement, mon agent a appelé et a dit: "Ils ont décidé que toutes les couvertures cartonnées sortaient comme de la fiction et elles se retrouvaient sur la même étagère. Mais pour le livre de poche, ils ont décidé de le vendre comme une romance." Et j'ai dit : "Comme quoi ?" Parce que j'aime la romance historique, mais ce n'était pas du tout ce que je pensais avoir écrit. J'ai dit que j'avais des problèmes avec cela parce que, d'une part, il ne serait jamais examiné par le New York Times ou tout autre lieu littérairement respectable si vous l'appeliez un roman d'amour. J'ai dit que ce n'était pas vraiment un gros problème, mais - plus important encore - si vous l'appelez romance, vous couperez toute la moitié masculine de mon public. J'ai dit que je n'écrivais pas de fiction pour femmes. Il a dit qu'il comprenait et a dit qu'ils pouvaient appeler cela de la science-fiction ou de la fantaisie à cause d'autres choses particulières mais, a-t-il dit, "Gardez à l'esprit qu'un best-seller en Science Fiction / Fantasy est à 50 000 exemplaires en livre de poche. Un best-seller en romance est à 500 000." Et j'ai dit : "Eh bien, vous avez raison. Vendez-le comme un roman."
Notre accord avec l'éditeur était que nous leur permettions de vendre le livre de poche comme un roman mais de le traiter d’une manière digne. Vous savez, avec des couvertures ambiguës. Pas de Fabio. Pas de fleurs. Rien de tout ça. Parce que le fait que la romance représente plus de la moitié des livres de poche vendus aux États-Unis, c'est un marché énorme. Et les gens qui lisent des romans les lisent avec voracité et ils lisent d'autres types de livres et ils appartiennent à des clubs de lecture et à des groupes de discussion et c'est une sorte de marché très accessible. Il existe plusieurs revues qui traitent de ce marché, il est donc facile de se faire remarquer, car si le livre est bon, il est lu. Donc, ce qu'ils ont dit, c'est qu'ils essaieraient de faire remarquer le livre et s'il commençait à se répandre et s'il devenait visible - publié sur la liste du New York Times - alors ils repositionneraient les livres et les rendraient sûr pour que les hommes lisent en les appelant "fiction". Alors ils l'ont fait et, en fait, le troisième livre a atteint la liste du Times et maintenant tous les livres disent "fiction" sur le quatrième de couverture et ils ont couvert les quelques fleurs discrètes qu'ils avaient sur la couverture.
Parce que c'est maintenant considéré comme une fiction grand public.
>> Oui. Alors maintenant, j'ai toujours une plus grande proportion de lectrices, mais ça commence à changer et je reçois beaucoup plus d'hommes qui viennent à mes signatures et m'écrivent des courriers de fans et tout ça.
L'élément romantique est fort.
>> Oh, bien sûr.
Et le sexe est merveilleux. Subtil, mais très charmant.
>> Je vous remercie. [Des rires]
Et doux. Pas en pleine figure.
>> Hé bien oui. C'est en quelque sorte non explicite. Il y a en fait une section dans ce livre [The Outlandish Companion] intitulée "Controverses" qui traite des quelques personnes qui m'écrivent pour se plaindre d'une chose ou d'une autre. Je reçois une poignée de personnes qui m'écrivent et qui se plaignent du sexe. Non pas qu'il soit mal géré, mais qu'ils considèrent mes livres comme étant autrement de la grande littérature - vous savez, avec un "G" majuscule et un "L" majuscule - et ils pensent que le sexe abaisse le ton de ma réputation littéraire. Et j'ai dit, vous savez, la chose c’est que je traite d’une relation entière dans cette série vue dans son ensemble. Le premier livre contient des éléments romantiques en ce sens qu'il s'agit de réunir ces deux personnes. Mais la série dans son ensemble traite de l'ensemble de leur mariage et de leurs complications sur 50 ans, dans le contexte de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Et il y a peut-être des relations réussies qui sont de nature asexuée, mais la plupart d'entre elles ne le sont pas. Et, j'ai dit, si vous voulez bien montrer cela, je pense que vous allez avoir des relations sexuelles. J'ai peut-être eu trois lettres se plaignant du sexe et peut-être 3000 demandant plus de sexe. Et, bien sûr, n'étant ni politicienne ni chaîne de télévision, je ne réponds pas aux sondages d'opinion.
Très bien dit ! Recevez-vous beaucoup de courrier?
>> Des tonnes. Eh bien, disons-le de cette façon : si j'avais su que le livre Les Tambours de l’Automne allait avoir autant de succès, je n'aurais pas mis mon adresse e-mail dedans. Le jour de sa sortie, il s'est ouvert au n° 2 sur la liste du Times et au n° 1 sur le Wall Street Journal et le lendemain, j'ai reçu 96 e-mails dans la première journée. Et a continué à recevoir 80 ou 90 e-mails par jour pendant des semaines et des mois après. J'en reçois encore 30 ou 40 chaque jour.
Depuis que les livres sont sortis, avez-vous déjà voyagé en Écosse?
>> Oh oui. Eh bien, après avoir vendu le premier et ils m'ont donné un contrat de trois livres, j'ai dit à mon mari: "Je pense que je ferais mieux d'aller voir l'endroit." Nous sommes donc partis pendant deux semaines. Nous avons laissé les enfants chez mes parents et nous sommes allés louer une voiture à Londres et nous sommes allés dans les Highlands et de l'autre côté. Et j’y suis revenue deux ou trois fois depuis.
Vous avez trois enfants?
>> Oui.
Ils ont quel âge?
>> 17, 15 et 13. Ils sont tous nés en mai, alors ils viennent de les avoir. Ils sont fille, garçon, fille.
Quel âge avez-vous?
>> J'ai 47 ans.
Et  c'est Dr Gabaldon?
>> Oui.
C'est une transition amusante. Mais vous ne travaillez plus en tant que telle ?
>> Non. Quand j'ai terminé le deuxième livre, j'ai pris ma retraite de l'université. Mon contrat a été renouvelé et j'ai pensé que ce serait bien de voir ce que c'était que de dormir plus de quatre heures d'affilée. J'ai donc démissionné et je suis devenu romancière à plein temps.
Quel est le prochain projet?
>> Eh bien, je travaille simultanément sur le cinquième des romans d'Outlander et le premier d'une série de mystères contemporains. Je travaille donc en va-et-vient sur ceux-ci. Le mystère sera probablement fini le plus tôt. Par écrit, c'est à peu près tout. Nous parlons à deux sociétés de production différentes qui veulent faire une mini-série à partir des livres [d’Outlander], mais c'est juste en pourparler en ce moment, alors qui sait ? Nous avons déjà vendu des options, mais j'ai des sentiments très mitigés à ce sujet. Les gens disent qu'ils veulent voir les livres transformés en mini-série à la télévision, mais ils veulent que tout soit exactement comme dans les livres. Ils ne veulent rien laisser de côté. Mais si quelqu'un voulait faire une très belle adaptation, je serais ravie.
Parlez-moi du mystère sur lequel vous travaillez.
>> Il se déroule dans le Phoenix contemporain. C'est une voix assez différente. C'est une voix masculine, pour une raison quelconque, mais c'est celle qui me parle. Donc, je vais l'écrire aussi longtemps que j'entends quelque chose.

Il semble y avoir tellement de synchronisme dans les choses que vous avez faites. Les choses qui vous sont arrivées. Y a-t-il une sorte de fil spirituel à travers tout cela pour vous? Quelque chose, peut-être, qui vous lie au mysticisme celtique. Ou quelque chose.
>> Non. Je pratique la religion catholique romaine. La famille de mon père est originaire du Nouveau-Mexique, où ils vivent depuis environ 500 ans. La famille de ma mère vient respectivement du Yorkshire et de l'Allemagne. C'est donc un héritage assez divers. Surtout dans le sud américain. Les gens me regardent toujours et disent : "Oh. Êtes-vous une Indienne Cherokee?" Et bien non. C'est juste le mélange de couleur hispanique et d'ossature allemande.
Pouvez-vous parler du mystère contemporain? Ou le laissez-vous mystérieux?
>> Bien sûr, si vous voulez en entendre parler.
Avez-vous une date ?
>> J'espère le terminer au début de l'année prochaine, mais je ne peux pas en être sûre. Cela dépend en quelque sorte du temps que je suis obligée de passer avec ça. Je ne savais pas avant hier ou avant-hier comment ce livre [The Outlandish Companion] serait reçu. Mais les gens semblent vraiment enthousiastes à ce sujet. C'est bien. Mais, encore une fois, cela signifie que je dois aller dans des endroits et en parler et le signer et ainsi de suite et c'est une sorte de fuite sur le temps. Mais je pense que je pourrai peut-être le terminer au début de l'année prochaine, car il est plus court que l'une des énormes fantasias historiques.
C'est donc contemporain. Et c'est à Phoenix?
>> Oui. Et le narrateur principal est une voix masculine. C'est un journaliste d'investigation de Philadelphie. L'histoire commence - plus ou moins - dans une sorte de flashback prolongé et il a récemment repris contact avec une femme qui était son amoureuse du lycée et avec qui il était romantiquement impliqué au début de la vingtaine et tout ça. Ils se sont séparés et elle a épousé un politicien en devenir et là ils se sont revus 20 ans plus tard. Et elle était mécontente de son mari qui était dans des choses qu'elle considérait très contraires à l'éthique et peut-être criminelles et elle a repris contact avec le journaliste et voulait qu'il enquête sur son mari et le dénonce. Elle a prévu de quitter son mari, mais elle veut aussi le détruire pour qu'il ne puisse pas la poursuivre.
Le journaliste, bien sûr, est très impressionné par le potentiel de cette histoire très juteuse, alors il l'accepte. Il commence à réaliser que la femme a un double motif. Elle veut non seulement qu'il expose et détruise son mari, elle veut qu'il lui revienne. Elle a l'intention de laisser son mari pour lui. Et ce n'est certainement pas ce qu'il a en tête, mais il veut l'histoire. Quoi qu'il en soit, il joue le jeu et il vient la rencontrer un soir et elle apporte avec elle les documents incriminants qu'elle a réussi à voler du bureau de son mari. La journaliste sait qu'elle a l'intention de s'enfuir avec lui ce soir-là avec les documents et donc il va à ce rendez-vous en essayant de penser comment il va obtenir les documents et partir sans la femme. Lorsqu'il y arrive, il la trouve sur le siège arrière de la voiture, la gorge tranchée. Le mari l’a découvert. Donc, le reste de l'histoire concerne ce qui se passe après cela, car bien sûr, il a un énorme sentiment de culpabilité à propos de ce qui est arrivé à cette femme. Et, bien sûr, il veut toujours l'histoire. Encore plus maintenant, puisqu'il a un double motif. Le politicien quitte Philadelphie sous couvert de deuil et déménage en Arizona.
Laissez-moi une pensée pour vos fans. Que veulent savoir les gens?
>> Quand le prochain livre sera sorti. Vraiment. Et comme je l'ai dit, j'espère finir le mystère au début de l'année prochaine. Et quand je le ferai, l'éditeur le mettra sur l'étagère six mois plus tard. Donc, avec un peu de chance, il y aura un livre l'année prochaine.
-------------------------------------------------------
[ndlt : cette histoire contemporaine a été en partie publiée sous le titre “Dirty Scottsdale”, dans une anthologie éditée en 2009. Diana G. en parle sur son site, ici : https://www.dianagabaldon.com/books/novellas-and-short-fiction/phoenix-noir/ ] 

Entretien de Diana Gabaldon après la sortie du livre

"The Outlandish Companion" (1999)

Par Linda Richards, juin 1999

Traduction française : Marie Modica