MENU 

MENU 

Saison 3 : les cinq étapes de la tristesse de Jamie, selon Sam Heughan

La troisième saison d'Outlander a été dévastatrice jusqu'à présent.
Qui est Jamie Fraser maintenant ? L'homme que nous connaissions des saisons 1 et 2 d'Outlander a traversé un changement monumental après avoir perdu l'amour de sa vie, et dans chaque épisode de cette saison jusqu'à présent, il a presque été un personnage différent, avec un nouveau nom et une nouvelle vie . "J'ai vraiment l'impression que chaque épisode a été un mini-film", a déclaré l'acteur Sam Heughan à ELLE.com, "et l'épisode quatre est comme Downton Abbey." Lorsque nous avons rencontré l'acteur dans sa caravane sur le tournage d'Outlander à Cape Town, en Afrique du Sud, il nous a expliqué son processus de représentation de Jamie Fraser dans le rôle de Dun Bonnet (le rebelle hors-la-loi), Mac Dubh (le chef des hommes d'Ardsmuir. en prison) et Alex MacKenzie (le serviteur à Helwater). Pourtant, même s'il peut prendre différentes formes, il est toujours un homme recherché - à plus d'un titre.

Découvrez ici comment Heughan a relevé le défi d'un Jamie en constante évolution.

- Joli costume ! Ce sont des bottes en satin ?
- Oui ! C’est bien de porter quelque chose de plus raffiné qu’un kilt. [Des rires]
- Pour quelqu’un qui doit avoir pris 20 ans, vous avez bien vieilli.
- Je ne suis pas d'accord avec vous, en fait ! À l’écran, évidemment, Jamie vieillit très bien, mais je pourrais vous montrer une liste de tout ce que nous lui avons fait, de tout ce que les maquilleurs ont fait. Un peu de cheveux gris, des prothèses sur mon front, un petit travail des yeux. Mais c’est plus son cheminement, ce qui lui est arrivé, ce qu’il a vécu. Il est vraiment difficile de perdre quelqu'un et de trouver un moyen de continuer.

Article écrit par Jennifer Vineyard , octobre 2017 pour le journal : Elle 
Lien vers l'original: https://www.elle.com/culture/movies-tv/a12765243/sam-heughan-outlander-season-3-interview/ 

Traduction français : Marie Modica

- D’après ce que j’ai compris, vous avez modelé le cheminement de Jamie sur les cinq étapes du deuil [ndlt : voir le modèle de Kübler-Ross] ?
- Oui ! C'est tout un voyage dans les premiers épisodes, où il accepte le fait que Claire est vraiment partie, et trouve une volonté et une façon de vivre. En fait, il ne veut plus être Jamie Fraser, et donc il crée tous ces personnages différents pour lui-même, dans chaque ville, dans chaque épisode. C’est en fait fantastique. C’est un vrai cadeau, cette saison. J'ai écrit ça avec les réalisateurs, toutes les étapes du deuil, et nous avons essayé de voir à quel moment les mettre en avant.

- La bataille de Culloden a-t-elle été le stade de la colère ?
- Oui. C’est un excellent début de saison. Il perd Claire, et il se bat, et je voulais le montrer recevant des blessures et ne s'en souciant pas. C'est presque comme s'il se suicidait. Il est très dur. Il y a une scène, où il tranche la gorge d'un gars, et nous avions prévu qu’il écraserait la tête de ce type avec une pierre ou quelque chose comme ça, parce qu'il utilise la bataille pour éliminer sa colère de l’avoir perdue.

Et puis nous passons par son incrédulité. Toute cette séquence après la bataille où il hallucine ? Il se rapproche de plus en plus de la mort, il se vide de son sang et il voit Claire alors qu'il est dans cet état onirique. Rupert le sauve, et la douleur le maintient, mais j’ai pensé qu’il était si mal physiquement et avec son chagrin qu’il ne voulait pas vivre. Mais il est tellement détérioré que ça ne l’a pas complètement atteint. Il est juste perdu. La première fois que vous le voyez vraiment conscient et lutter avec, c'est quand il se cache sous le nom de gris-Bonnet. Pour moi, c’est alors qu’il est au pire endroit.

- Et même, il parle à peine.
- Ils avaient mis dans le script qu'il parlait un peu plus, mais je pensais qu'il ne devrait pas. J'avais l'impression qu'il devrait être très calme. Il a le sentiment que ses actions ont blessé tout le monde autour de lui et il ne veut pas vraiment être à Lallybroch. Il y avait construit une vie avec Claire. Il la voit partout. Il y a une section où nous la voyons apparaître devant lui, mais je pense que cela se passe souvent. Tout lui rappelle elle. Il souffre tellement qu’il a perdu toute forme de communication. C'est aussi un peu d'auto-punition.
Mais quand cette chose arrive à Fergus, il se rend compte qu'il a cette famille et une sorte de responsabilité envers eux. En fait, il y a eu une séquence, une séquence assez grande qui a été coupée, où ce Redcoat écossais suivait Fergus et a trouvé la caverne de Jamie, et il y a eu une bagarre. Jamie finit par le noyer dans la rivière. Et j'aimais bien ça, parce que nous y voyions cet autre côté de Jamie : ce côté impitoyable et sauvage. Il a tellement l'habitude de vivre en marge, de manger des animaux sauvages, et il y a maintenant quelque chose de sauvage en lui.
- Pourtant il arrive a se connecter avec Mary McNab.
- l a juste besoin d'une sorte d'interaction humaine qui ne rappelle pas Claire. Et la façon dont nous l'avons tournée, il ne peut tout simplement pas… Il ferme simplement les yeux, parce qu'il veut faire taire tout ça. Le meilleur endroit pour lui, vraiment, c'est la prison. C'est pourquoi il est plus que disposé à s'abandonner, à aider ces autres personnes. Il sent que sa vie est sans valeur, alors pourquoi pas ? Mais tout le temps passé à la prison d'Ardsmuir est vraiment difficile pour lui, car il veut simplement mourir dans un coin, et pourtant il obtient ce statut avec les hommes, à contrecœur. Il ne veut pas être un leader d’hommes. Il ne veut pas attirer l’attention. Mais les hommes ont ce respect pour lui et il veut s'occuper de Murtagh. J'ai l'impression qu'à ce stade, il voit ce que ces hommes veulent, et il sait qu'il doit les aider à avancer. Il a donc trouvé un peu un but.
Lorsqu’il lui est demandé de traduire ce que dit le vagabond, ses mots donnent à Jamie l’espoir que Claire pourrait revenir.
Il sait que c'est de la folie, mais il ne peut pas s'en empêcher. Il veut se raccrocher à elle. Il lui parlait, rêvait d'elle, pensait à elle, et donc il fait cette espèce de course insensée pour s'échapper sur cette île. Mais il n'y a rien là-bas qu'il cherche, bien qu'il y ait autre chose. Et c'est à ce moment-là qu'il dit: «Oh, mon Dieu. Elle est vraiment partie. Elle ne va pas revenir. C’est alors qu’il trouve finalement son acceptation. Ce qui est génial, car cela signifie qu'il peut passer à autre chose. Et c'est vraiment difficile pour quelqu'un d’accepter ça.

-Au moment où nous arrivons à ses aventures à Helwater, il a traversé toutes les étapes ?
-Exactement. Je voulais jouer de cette façon : avant, il n’était pas sûr de ce que John Grey allait lui faire, car il a encore un peu de méfiance [inspirée] de Black Jack, mais ensuite il voit ce qu'on lui a donné. Et il peut y trouver un peu de paix. Il est revenu auprès des chevaux, ce qu’il aime. Après avoir été partout dans le monde et être impliqué dans l'histoire, la politique, la révolution, il a maintenant une vie tranquille. Il est heureux d'être dans l'ombre au service de quelqu'un d'autre.
-Et pourtant être au service de quelqu’un d’autre l’amène à se retrouver encore dans le lit d’une autre femme !
-[Rires] C’est un peu complexe ! Il n'essaye pas de remplacer Claire. Cela se fait soit pour trouver du réconfort, une sorte de camaraderie, ou, dans le cas de Geneva, à cause du chantage. Et puis cela signifie qu'il a un enfant dont il peut s'occuper, même s'il doit le faire de loin. Pour lui, avoir Willie est très gratifiant. Il a toujours voulu des enfants, a toujours voulu s’occuper d’eux, alors c’est déchirant de devoir laisser Willie derrière lui. Et en si peu de temps pour se faire à tout ça ! Nous n'avons littéralement qu'une seule scène là-bas. Mais il porte Willie partout où il va maintenant. Au moins, il y a quelqu'un d'autre pour qui vivre pour le moment.