1 - Descriptions détaillées
Les objets
  Les souvenirs - Flash back
l'environnement, la vie quotidienne à Fraser's Ridge
  3 - L'impact émotionnel sur le spectateur
2 - L'état d'esprit des personnages

MENU 

Autres textes qui pourraient vous plaire  

 

La lumière dans la sixième saison 

 

1 - Descriptions détaillées  

Haut de page 

– La Saison 6  est basée sur le livre « La neige et la cendre ».

Le premier visionnage m’a laissé un souvenir glauque et sombre avec un manque de lumière. En lisant les différents commentaires positifs sur le groupe Facebook, j’ai voulu étudier de plus près pourquoi j’avais eu ce ressentiment.

 

J’ai donc revu toute la saison avec un œil analytique focalisé sur la lumière. Je me suis alors aperçue que contrairement à ce que j’avais retenu, c’est très lumineux et vif sauf à certains moments prégnants qui ont impacté ma mémoire. Je me suis alors rendu compte que c’est l'affect qui a orienté mes souvenirs. Je n'ai retenu que certaines ambiances sombres qui m'ont touchée et marqué l'esprit. Aucun plan n’est là par hasard ou pour meubler. Tout a du sens et au service de l’intention du réalisateur.

 

Dans la série Outlander, et depuis la 1ere saison, la matérialité de la lumière est très soignée et souligne le processus de narration. Elle est délibérée, narrative, expressive et traitée comme un personnage supplémentaire avec des sentiments. Elle accompagne chaque scène pour affirmer et raconter cette fabuleuse histoire tirée des livres de Mme Gabaldon.

 

Mon analyse du traitement de la lumière qui sublime la narration de cette Saison 6 va se diviser en trois parties :

- 1 - Montrer les sentiments avec des descriptions détaillées.

- 2 - Faire ressentir l’état d’esprit des personnages.

- 3 - Créer des émotions chez le spectateur qui résulte de l’addition des deux premiers.

 

Dans chacune de ces partie, la lumière sera travaillée de manière spécifique : Couleur - Matière – Intensité – Contraste – Rondeur – Ombre - Chaleur – Froideur - ...

Il y a beaucoup de situations différentes, voici une classification par thèmes émotionnels, après tout c’est le job de ce "personnage" particulier. En voici quelques-unes :

- SOUVENIR : nostalgie, avec des flash-backs, qui nous informent sur la vie passée des personnages.

- ENVIRONNEMENT : détails, informe sur le contexte de l’histoire et souligne l’ambiance de la scène avec des objets et les fonds derrière les personnages.

- ÉMOTION : ressenti, il y a celle des personnages de la fiction et celle du spectateur qui résulte du mécanisme de la narration à l’instant présent. Le développement de l'histoire et l’émotion des personnages révèlent le ressenti du spectateur.

- EXPRESSIVITÉ : nous fait éprouver ce que les personnages ressentent. Il faut bien le montrer puisque nous ne sommes pas dans leur tête.

- ESPOIR : résilience, joie, bonheur, la résilience est l’ADN de cette saga et particulièrement dans cette saison pour tous les personnages principaux.

Les exemples présentés en trois documents sont illustratifs et non exhaustifs.

 

En annexe, à la fin de cette analyse, vous trouverez deux articles sur les différentes manières de travailler la lumière dans la série et particulièrement celle des bougies pour la Saison 1 et dans la Saison 6.

 

— « The Making of Outlander – The official guide to seasons 1&2 par Tara Bennett, introduction by Diana Gabaldon “. 

— Alasdair Walker, directeur de la photographie, et Scott Napier, chef électricien, parlent de l'éclairage et de la capture du monde d’Outlander. Du 9 Mai 2022. 

 

Par Gratianne Garcia

Descritptions détaillées  

  

 

// Les souvenirs - flash-back 

 

Episode 1 - La prison d’Ardsmuir. Nous sommes en Écosse, la lumière uniforme se répand de manière étendue et voilée en extérieur. Elle est sombre et souligne à l’intérieur les matières qui montrent la misère par exemple sur les vêtements ou avec l’humidité des murs, l’enfermement avec des gros plans sur les détails des grilles, des chaines et la désespérance avec des couleurs sans intensité dites désaturées ou ternes avec des ciels gris, bouchés.

— Episode 4 - L’heure du loup : Ian se confie à Jamie sur sa vie passée chez les Mohawks. Les couleurs sont toutes désaturées, sans éclat, avec une lumière diffuse à dominante grise pour nous faire ressentir l’immense tristesse qu’éprouve Ian. Seuls les moments intimes sont montrés avec un contraste qui dessine les corps ou les visages.

— Episode 5 - La fuite de Bonnie Prince Charles, se passe la nuit, la lumière est sombre avec un filtre bleu qui souligne la tristesse et la peur ressenties par Charles Edouard, Flora MacDonald et le spectateur. Ce moment est dramatique, rempli de nostalgie, accentué par cette lumière homogène qui est douce avec des ombres aux bords flous pour nous plonger dans cet immense chagrin et le deuil que vivent les protagonistes et tous les Jacobites.

Souvenirs de Claire dans un Fast-food américain avec Brianna. La lumière n’est pas naturelle ; elle est jaune, électrique et nous plonge immédiatement dans les années 1970 avec les néons et les tables en formica. Le filtre jaune donne une ambiance surnaturelle où seuls les objets, les Hamburgers avec les frites et les verres de coca-cola, sont bien visibles. Cette nostalgie du passé sera reprise par Claire quand elle raconte à Jamie qu’un condamné à mort au XX° demande ce qu’il veut comme dernier repas et c’est souvent un plat de son enfance. Par associations d’idées, il y a un contraste entre le bonheur sécurisé avec du jaune lumineux agressif et le bonheur dans le danger avec des tons très sombres juste éclairés par la chaleur douce de la cheminée.

// L’environnement, la vie quotidienne à Fraser’s Ridge 

 

Les paysages sont filmés en lumière naturelle, neutre et souvent sans effet particulier. Elle est juste, informative et évoque le quotidien en montrant où se passe l’action. Seule l’intensité de la luminosité du ciel change et donne l’ambiance émotionnelle de la scène. Les teintes sont diluées par l’atmosphère et créent la perception de la profondeur et de l’espace. Les lumières et les couleurs varient selon

— Episode 1- L’arrivée de Tom Christie à Fraser’s Ridge nous annonce de la morosité rendue par un manque de lumière et des tons gris. Nous retrouvons cette même ambiance terne et sinistre pour la prière et le camp des pêcheurs. Tout est filmé dans des nuances de gris.

 

—Episode 6 - Le camp des nouveaux arrivant reste dans la même tonalité, pour retranscrire leur puritanisme.

— Episode 3 - Le petit berceau qui flotte sur l’eau est éclairé par un fort contraste lumineux. Le drame annoncé est ressenti par une luminosité en clair-obscur qui mélange le ciel et l’eau pour engloutir un peu plus le bébé et plonger le spectateur dans l’effroi de l’impensable. Alors que tout semble serein dans ce paysage, la perspective de la rivière embarque au loin le couffin et renforce la représentation du drame.

— Episode 3 - Ian et Malva se rencontrent dans les bois avec une lumière chaude et vive qui accompagne leurs sentiments pendant une discussion intime.

— Episode 2 et 4 - Le camp des Indiens est lumineux, vif et très coloré. En contraste avec la mélancolie ressentie au Ridge, un sentiment de joie et de paix se dégage dans cette lumière naturellement ensoleillée.

— Episode 5 -

 

Cross Creek et les jardins chez Jocasta où se déroule le barbecue en l’honneur de Flora MacDonald, la lumière y est neutre et terne, avec un ciel gris qui fait ressentir une tension que l’on voit très bien entre Jamie et Lord John.

Bonheur et espoir pour Roger, Brianna et Jem qui sont dans une forêt luxuriante baignée dans une lumière naturelle, vive. C’est la saturation des couleurs qui fait ressentir leur joie.

— E8 - La milice de Richard Brown emmène Jamie et Claire loin de Fraser’s Ridge et entame un long voyage dans une lumière neutre et terne, qui met en valeur de magnifiques paysages. Leur beauté contraste avec ce que vit le couple, la vie à l’extérieur continue comme si de rien n’était, alors qu’elle est au ralenti et incertaine pour eux. L’arrivée à Wilmington est représentée avec une lumière tout en clair-obscur, crue et violente soulignée par des ombres nettes et droites comme des lames de couteau qui nous communiquent la peur, le déchirement et le désespoir ressentis par Claire à ce moment-là.

—Episode 8 

 

- Jamie, Ian et les Indiens  chevauchent sur la plage vers un avenir meilleur et vers Claire.

C’est le final et cette lumière chaude qui les enveloppe nous emporte joyeusement avec eux.

// Les objets : 

 

Comme dans une peinture de nature morte du XVIII°, les différents objets filmés dans l’intimité de la maison sont mis en scène avec une lumière qui révèle la diversité des textures et des volumes qu’elle éclaire.

 

Dans le cabinet médical, dans la salle commune, la chambre ou l’écurie, les objets construisent un espace limité, dense et riche. Associé à une recherche esthétique, leur réalisme nous montre la position sociale de la famille Fraser. En créant une atmosphère particulière, la lumière a un grand rôle dans le processus de la narration. Son but est de nous faire ressentir les intentions et les émotions des personnages, en combinant les objets avec l’ambiance colorée et les dessins des ombres sur les fonds.

 

La lumière et les objets décrivent un lieu et racontent :

— Episode 2

 

– L’intérieur de la cabane de Brianna et de Roger est sombre. Une ambiance chaleureuse est communiquée par les sources de lumière qui ont des couleurs chaudes. Les objets sur le bureau sont contrastés et nous informent sur les activités d’ingénieur de Brianna.

— Episode 3

 

– Le rouet de Marsali est lumineux, un magnifique contraste fait ressortir ses formes avec une couleur chaude. Le plaisir de cette belle image photographique nous fait ressentir le bonheur de Marsali d’avoir un si bel outil.

— Episode 1

 

- A l’intérieur, la lumière fixée sur les objets donne un caractère riche et précieux au lieu, filmé à hauteur des yeux de Tom Christie. On est dans son regard admiratif qui va se transformer et aiguiser sa jalousie.

— Episode 3 – La cabane d’Amy McCallum, le manque de lumière insiste sur la misère et le vide et nous montre le dénuement de cette famille.

—Episode 4 – La grange est décrite par la lumière qui fait ressortir la matière des objets : les cordes, les caisses, les sangles

 

— Episode 4 – Malva avec Ian, les roseaux sont clairs et vifs, aiguisés comme des flèches de Cupidon.

— E4 – La tentative de suicide de Fergus, le violent contraste de la lame du couteau au contact de la peau, pointe notre regard vers la tache de sang et nous fait ressentir une vive émotion.

— E8 - La violence des événements est affirmée par une lumière vive et très contrastée qui souligne les formes.

Par exemple, la rampe de l’escalier ressemble à un arc tranchant qui fait penser à la lame d’une épée.

Les objets pulvérisés à des éclats de verres aigus et acérés

—E7 - Claire et Jamie préparent le couvert, plusieurs sources de lumière chaude font briller avec netteté chaque objet. C’est l’espoir et la joie qui transparait à travers cette scène lumineuse et sereine.

— Episode 8 - La maison dévastée est dans le noir, seuls les objets éparpillés et les éclats de verre sont éclairés par le feu de cheminée et filmés ras du sol, à hauteur des yeux de quelqu’un qui est tombé.

 

-  Dans le wagon qui est sombre, il y a un faisceau de lumière orienté sur l’assiette de nourriture, les tissus et la corde. C’est la seule partie éclairée et colorée qui est là pour attirer notre regard sur les souris qui mangent et souillent tranquillement leur seul repas.

 

-  À la prison, l’enfermement est signifié par les grilles en contre-jour avec une lumière vive et contrastée sur la matière et par la brillance du mur.

Les exemples de cette première partie ne sont pas exhaustifs. J’ai choisi des scènes significatives qui utilisent de manière représentative, la lumière au service de l’arc narratif.