MENU 

MENU 

MENU 

Les différents noms de Jamie

S’il est un fait que nul ne peut contredire, c’est à quel point la saga de Diana Gabaldon fourmille de personnages divers et variés, de rebondissements époustouflants et d’informations détaillées.

Bien que, régulièrement, l’auteure prenne la peine de rappeler quelques faits antérieurs pour permettre aux lecteurs de s’y retrouver, il est tout de même conseillé à ces derniers de garder l’œil vif et la concentration affutée.

Pour exemple, le nombre de pseudos dont notre cher Jamie est affublé tout au long de la saga.

Voici une liste non exhaustive que je vous invite à compléter dans les commentaires.

Au tout début de l’aventure, alors qu’il chevauche au côté de Dougal et de ses hommes, c’est un Jamie blessé et dépenaillé, et surtout dont la tête est mise à prix, que Claire rencontre, et qui porte le nom de Jamie Mac Tavish .  

Un pseudo qui lui permet de vivre tranquillement dans les murs de Leoch, à l’abri des Tuniques rouges qui le recherchent pour le pendre. 

Mais bien sûr, pour que son mariage avec Claire soit officiel, Jamie n’a d’autre choix que de révéler l’intégralité de son nom. 

James, Alexander, Malcolm, MacKenzie Fraser. 

Un nom à rallonge dans lequel il piochera à l’occasion pour se fournir des identités mieux adaptées aux situations qu'il rencontre.  

Alors qu’il vient d’extirper Claire de la fougue des villageois de Cranesmuire qui voulaient la brûler en tant que sorcière, Jamie s’en revient enfin à sa chère Lallybroch qu’il a quittée 4 années auparavant. 

Se croyant à l’abri des foudres britanniques grâce au duc de Sandringham, il revient enfin dans son domaine en tant que lord Broch Tuarach. 

Nous apprenons lors d’un moment particulièrement touchant que, durant son enfance, Willie, le frère de Jamie, le nommait Sawny. ce qui veut dire Alexander en gaélique. C’est le nom inscrit sur le serpent en bois que Willie avait sculpté pour son frère et que Claire donne à Jamie juste avant qu’il ne se fasse capturer par les Anglais et enfermer à Wentworth..   

Nous voilà dorénavant à Paris loin de la suprématie britannique. Mais Claire et Jamie n’ont pas traversé la Manche pour des vacances françaises ! Non, ils sont là pour faire échouer le futur soulèvement jacobite, rien de moins que ça !  

C’est également à Paris qu’ils vont faire la connaissance de Fergus, qui n’est alors qu’un très jeune garçon. Ils le retirent de la rue pour le prendre à leur service et l’adoptent. 

Pour autant, quel que soit le temps qui passe, quel que soit l’attachement indéniable entre Jamie et Fergus, celui-ci ne cessera de l’appeler Milord.    

Malgré les efforts déployés, la révolte jacobite aura lieu. Les Fraser n’ont d’autre choix que d’y participer car le prince Charles a officiellement déclaré l’allégeance de Jamie à sa cause. 

Dès lors, il est considéré comme traître à la couronne et sera surnommé par les Britanniques : Jamie le Rouge. 

Comme l’avait annoncé l’Histoire, les Jacobites sont vaincus sur la lande de Culloden. 

Jamie, malgré son désir de mourir, est toujours en vie et se cache dans une grotte sur les terres de Lallybroch, tel un ermite. Pour cacher sa chevelure rousse qui avait fait de lui Jamie le Rouge, il s’affuble d’un béret et devient dorénavant Gris bonnet. 

Afin de libérer les habitants de Lallybroch des soupçons qui pèsent contre eux, Jamie décide de se livrer aux Anglais. Il est emprisonné à Ardsmuir avec les quelques Jacobites survivants. 

Là-bas, il est surnommé Mac Dubh (prononcer Mac Dou) ce qui veut dire « fils du noir » en référence à son père, Brian, dont la légende dit qu’il est un selkie, ou « soyeux », c’est-à-dire un phoque venu sur terre pour épouser une humaine. 

Grace à lord John, Jamie n’a pas été déporté dans les colonies américaines avec les autres détenus d'Ardsmuir, mais a trouvé refuge en Angleterre comme palefrenier à Helwater, dans le domaine de la famille Dunsany. 

Le fils Dunsany ayant péri à Culloden au sein de l’armée britannique, Jamie, suit les conseils de lord John et se présente en tant que Alex MacKenzie. 

Pour un petit garçon comme Willie, MacKenzie est trop long, trop compliqué, trop impersonnel. 

Alors que Mac, c’est plus court. 

 Ça ressemble un peu à ‘Pa, non ? 

Nous retrouvons Jamie quelques années après son départ de Helwater. Les guerres et les privations sont derrière lui. Il vit à Édimbourg où il semble mener une vie paisible en tant qu’imprimeur et, pour ce faire, il a endossé le nom de Alexander Malcolm, qui sont ses deuxième et troisième prénoms. 

Un pseudonyme qui a son importance puisque c’est grâce à lui que Roger retrouvera sa trace au cours du XXe siècle. 

Voici venu le temps des rencontres. Brianna a rejoint ses parents dans l’Amérique du XVIIIe siècle pour les prévenir de leur mort annoncée lors d’un incendie.  Elle s’adapte à la vie de Fraser’s Ridge et apprend à connaître son père qu’elle ne parvient cependant pas à appeler papa, pour ne pas trahir la mémoire de Frank. Jamie lui propose alors de l’appeler Pa. 

 C’est un nom gaélique ? lui demande Bree. Non, c’est plus court, c’est plus simple, lui répond-il. 

Les Fraser s’installent enfin sur leurs terres dans l’arrière-pays de la Caroline du Nord. Ils ont délimité leur terrain, planté leurs piquets et entamé les fondations de leur future maison. Tout semble aller pour le mieux même si leur rapport avec les Indiens cherokee est encore un peu fragile. 

Mais voilà que Jamie vient à bout de Tskili yona (l’ours fou) qui terrorise la tribu et leur apporte la dépouille en signe de paix. Il sera désormais connu des Cherokees sous le nom de Yona Dihi, ce qui veut dire Tueur d’ours.   

L’une des particularités de Jamie est qu’il ne porte pas le même nom selon les personnes qui s’adressent à lui.  Autant ses anciens compagnons d’Ardsmuir continuent de l’appeler Mac Dubh et Fergus s’en tient à un Milord, autant son neveu Young Ian n’oublie jamais de rappeler le lien de sang qui les unit et l’appelle donc : Oncle Jamie. 

Bien que rien ne fasse plus envie à Jamie que de vivre en paix sur ses terres, la guerre est à nouveau à sa porte et tout le monde attend de lui qu’il reprenne son rôle de leader. C’est ainsi qu’il se retrouve à la tête d’une milice coloniale pour le compte de l’armée britannique et devient, par là-même, le colonel Fraser.   

Valérie Gay-Corajoud