MENU 

MENU 

Une réflexion en trois temps

Partie 1 - 

 

Un détail intéressant mais qui aurait tendance à nous échapper quand on découvre Outlander longtemps après sa première diffusion, c'est que la première saison avait tout d'abord été diffusée en deux parties (et plusieurs mois de distance entre l'épisode 8 et le 9... le premier droughtlander d'une longue liste !) 

La première partie se conclut par l'épisode "Entre deux mondes" où l'on peut voir notamment Frank et l'enquête sur la disparition de sa femme tandis que Claire tâche de s'accoutumer à l'époque de Jamie avant de, finalement, tenter de retourner au XXe siècle... sans y parvenir puisque des soldats anglais la retiennent au dernier instant. De son côté Frank comprend que l'enquête l'emmène à une impasse et il décide d'abandonner et de repartir pour Oxford sans elle.

Je vous propose de nous pencher d'un peu plus près sur ce récit qui paraît simple mais qui a été très travaillé puisqu'il était une sorte d'épisode semi final de la première saison.

 

Ceux qui ont lu le tome 1 ont en tête une version différente de ce chapitre. En effet, puisque le récit est raconté par notre héroïne coincée au XVIIIe siècle, on ne peut rien savoir sur les événements qui se passent au XXe siècle. Quant à son échappée, elle s'est mal déroulée et Claire n'arrive même pas aux pierres. Elle manque d'ailleurs de se noyer mais elle est sauvée par des soldats anglais qui la repêchent et l'emmènent avec eux jusqu'à leur caserne...

Pourquoi ces changements ? L'ajout des scènes sur Frank était une option scénaristique rendue possible et même nécessaire par le format télévisuel. Dans la série, nous pouvons et devons voir plus que dans les livres et suivre davantage de points de vue que celui de l'héroïne. À partir de là, nous voyons que l'arrivée de Claire devant les pierres est beaucoup plus dramatique puisque Frank et elles sont à deux doigts de se retrouver mais ils en sont empêchés. Ils crient, ils s'appellent et s'entendent l'un l'autre à travers les pierres, comme l'avait raconté le chant du barde de Leoch. Tout cela rend la scène plus poignante, plus romantique... Les redcoats interviennent et, tandis que Frank décide de tourner la page à la fin de l'épisode, nous voyons Claire s'enfoncer plus avant dans les ennuis de sa nouvelle époque et Jamie arriver à son secours tout juste à temps avant le générique de fin !

 

Par Marie Modica  

Tout tourne ainsi autour du triangle amoureux et l'épisode débute avec Frank, dans le poste de police. L'enquête a duré 7 semaines sans apporter la moindre piste et le voilà venu chercher des réponses et marteler un affirmation "Ma femme n'est pas partie avec un autre homme !" Quand il comprend que les investigations n'iront pas plus loin, il trouve refuge auprès de son ami, Reginald Wakefield. Celui-ci lui témoigne son amitié en l'encourageant dans sa thèse de l'enlèvement. Cependant, au fur et à mesure que le révérend déploie son raisonnement, Frank prend conscience que cette thèse est bien moins réaliste que celle de la police. Il faudrait qu'il se fasse une raison et décide de se rendre dans un bar où le voilà immensément seul face à lui-même... et l'effet de sa solitude est accentué par le miroir qui lui projette son propre reflet.

Va-t-il écouter les propos prometteurs de la jeune femme mystérieuse qui lui affirme tenir la piste du mystérieux Highlander ? Le lieu et l'heure présagent d'un coup fourré mais il décide pourtant de s'y rendre car il ne veut négliger aucune piste même celles qui pourraient s'avérer dangereuses pour sa sécurité. Armé d'une matraque, il se présente au lieu convenu et, bien sûr, tombe dans un guet-apens. Nous le voyons alors faire preuve d'une grande violence. Après avoir contenu son anxiété et s'être efforcé de rester toujours bien poli avec les officiers de police qui se sont tant moqués de lui, l'attaque de ces malfrats fait sauter en lui le verrou des convenances. Ils en veulent à sa vie, il se défend de toutes ses forces... mais les rôles s'inversent rapidement et, d'agressé, c'est lui qui devient l'agresseur. Battre à mort un homme ou étrangler une femme, voilà deux options qui s'offrent à lui et qu'il n'est pas loin de saisir tant il brûle de colère trop longtemps contenue et de toutes ses questions auxquelles ne répond qu'un silence sidéral. Tout ce qui lui arrive l'a profondément ébranlé, cependant il trouve tout de même au fond de lui la force de se ressaisir. Il ne va pas jusqu'au meurtre et rentre, bien penaud, au presbytère.

Haut de page

Autres textes qui pourraient vous plaire  

 

Haut de page 

Le moment de son retour chez le révérend ne nous est pas montré, ni le récit qu'il aura pu lui faire des événements de la soirée. Nous comprenons tout de même que Frank a franchi un cap. Il semble mûr désormais pour accepter l'évidence : partie ou pas de son plein gré, Claire n'est plus là et c'est bien cette réalité qu'il doit accepter. Nous le voyons laisser derrière lui les affaires de son épouse. Ce geste a suscité la controverse parmi les spectateurs : serait-il en train d'abandonner ses souvenirs de Claire pour partir froidement, sans un regard en arrière ? D'après ce que je comprends, son geste montre au contraire à quel point son amour pour elle est fort. La prudence lui dicte de ne pas les emmener : si elle ne devait jamais revenir, il ne serait pas bon pour lui de garder des objets qui pourraient lui évoquer sa femme et, qui sait, le pousseraient à invoquer son fantôme bien malgré lui. Pour son propre équilibre, il a besoin de commencer un travail de deuil. Pour cela, il n'abandonne pas les affaires de son épouse mais il les laisse à la garde de son ami, comme des souvenirs pieux. En rapprochant cet instant avec ceux du premier épisode de la saison 3, nous voyons la mesure de l'amour qu'il a continué de porter à sa femme depuis tout ce temps-là : il se précipitera à l'hôpital pour la rejoindre et la rapatriera auprès de leurs amis commun. Mais, pour le moment, nous sommes loin de ces autres moments tragiques. Frank quitte Inverness et, oui, il a un dernier regard en arrière. Il va à Craigh na Dun. Là-bas, le mystère évoqué par Mrs Graham se produit et il entend sa femme l'appeler à travers les pierres. Le silence a donc été rompu, mais aucune explication ne lui sera donnée et, bien qu'il l'appelle de tout son cœur, Claire finit par se taire et ne revient pas. Comment interpréter ce qui vient de se passer ? Il comprend que son épouse ne rentrera pas avec lui ce jour-là et probablement pas non plus à un autre moment. Il se détourne d'elle parce que tout l'y force (y compris le souci légitime de sa propre santé morale et mentale) et s'en va pour Oxford où, seul, il devra apprendre à ne plus se soucier d'elle.

Claire est au cœur de l'épisode. Elle participe à toutes les scènes car, même là où l'on ne la voit ni ne l'entend pas, ce sont les autres qui parlent d'elle.

Au début, elle semble avoir trouvé une forme de stabilité : au sommet de cette haute colline, elle est avec Jamie, ils se caressent les mains, partageant un moment privilégié, hors du temps. Elle semble presque accepter sa situation et se laisse timidement embarquer quand soudain une flèche interrompt leur moment idyllique.

À partir de là, tout l'épisode sera pour elle une grand huit émotionnel : cette fois-ci, elle les avait cru attaqués mais il s'agissait d'un ami ; plus tard, le groupe a subi une attaque de pillards que les hommes ont repoussés haut la main...Au fur et à mesure que l'on avance dans la narration, nous la voyons intégrer sans sourciller un style de vie dangereux et ponctué par la violence. La proximité de tous ces guerriers lui donne peut-être l'illusion d'être en terrain connu. Ne retrouve-t-elle pas l'ambiance de camaraderie virile qui avait été son quotidien durant ses années d'infirmière de guerre ? Ainsi, sans avoir le temps de prendre de recul, elle accepte de se voir confier une arme puis elle accepte d'apprendre à s'en servir... et elle se trouve finalement contrainte d'en faire usage pour sauver sa peau et celle de son mari. Là où Frank avait dû se faire violence pour ne pas tuer, nous voyons Claire concentrer tous ses efforts pour le faire.

Après le meurtre de son agresseur, elle se retrouve sous le choc : le plaisir, la peur, l'adrénaline, le soulagement... tout s'est déroulé si vite. Dans le flou des secondes qui ont suivi son geste fatal, Jamie l'a emportée au loin et maintenant le brouillard se dissipe. Pas seulement le brouillard de son état de choc mais aussi celui de ces sept dernières semaines que Claire a vécues hors du temps, comme si elles n'avaient pas été tout à fait réelles. Elle reprend lentement conscience et, hébétée, elle regarde longuement ses mains comme si celles-ci ne faisaient pas partie d'elle. Elle ne les reconnaît pas : ses mains faites pour soigner et qui viennent de donner la mort. Ce qu'elle vient de vivre va tellement à l'encontre de sa nature profonde qu'elle le voit comme un signal lui rappelant qu'elle n'a pas sa place dans cette époque.

À partir de cet instant, sa résolution d'origine est revenue et, au lieu de suivre les consignes de Jamie, elle décide de reprendre sa vie en main et de retourner au XXe siècle. La silhouette de Craigh na Dun s'offre à ses yeux et elle s'y précipite. Les redcoats anglais l'interceptent au dernier moment et la conduisent à Fort William. Encore un ascenseur émotionnel pour cette femme hors du commun. Elle aspirait à rejoindre son premier époux mais elle se retrouve à nouveau confrontée à son aïeul. Chacune de leurs rencontres a jusque-là été ponctuée d'une agression mais elle ne se laisse pas démonter et trouve la force de jouer les intrigantes dans l'espoir d'intimider Black Jack Randall. Malheureusement, celui-ci la démasque rapidement et la revoilà bousculée, menacée. Alors que Randall la malmène, l'arrivée de Jamie arrête tout et nous terminons l'épisode avec le sentiment que d'une manière ou d'une autre, Claire devrait être sauvée.

Jamie n'est pas en reste pour les ascenseurs émotionnels : tout à la félicité de son nouveau mariage, le jeune homme baisse un peu sa garde. Lui qui a l'habitude de dormir avec son épée près de lui s'est laissé surprendre par Munro. Finalement, ce n'était qu'une fausse alerte, un mauvais présage que l'on ne reconnaîtra pas tout de suite comme tel. De fait, la rencontre avec le mendiant remplit encore plus le capital confiance de Jamie : la femme qu'il aime a reconnu qu'il se passait quelque chose entre eux - même si elle ne lui a pas exactement dit qu'elle l'aimait, son aveu est déjà certainement pour lui la source d'une grande joie. L'arrivée de Munro, avec qui il a la compétence de communiquer, lui porte la piste d'une résolution, de quoi peut-être faire tomber les accusations qui le maintiennent hors-la-loi... à cet instant-là, tout semble lui sourire.

 

Lors de la veillée avec le reste du groupe, Jamie est vigilant et perçoit l'arrivée du danger malgré la nuit. Il donne de bonnes consignes à Claire et, après la victoire contre les pillards, il est heureux de la retrouver saine et sauve. Une fois de plus, tout va bien. Et, le lendemain, lorsque Claire se débrouille si bien pour apprendre à se servir de l'arme qu'il lui a donnée, nous pouvons voir sa fierté pour elle mais aussi, certainement, une joie à peine contenue car elle lui prouve d'une certaine manière qu'elle accepte sa nouvelle vie.

Arrivé à ce moment-là, le jeune homme oublie de prendre des précautions. Absorbé par l'appel tout neuf de leurs activités conjugales, il s'isole avec son épouse et s'abandonne inconsidérément à des ébats passionnés. Sûr de sa chance et sûr de son mariage, il est un peu trop confiant et prend Claire pour acquise. Mais tout s'effondre d'un coup avec l'arrivée des déserteurs. Le voilà sans défense, arraché à son épouse et sur le point de la voir violée sous ses yeux. Il était au 7e ciel, la redescente est extrêmement brutale. Claire parvient à les sauver et il est profondément désolé de l'avoir ainsi exposée au danger. L'image de Jamie prenant les mains ensanglantées de Claire pour les réchauffer fait alors douloureusement écho aux premières images de l'épisode : ils étaient insouciants et elle se confiait en lui, posant ses mains dans les siennes, mais c'est elle qui finalement s'est protégée toute seule. Une fois de plus dans l'épisode, nous voyons les rôles attendus se retrouver inversés et nous apprendrons même, plus tard, que Jamie est alors persuadé que son épouse lui en veut de n'avoir pas rempli son devoir de protection envers elle.

C'est donc le cœur troublé qu'il laisse ensuite Claire derrière lui, en croyant cette fois la préserver au mieux. Lorsqu'il rencontre l'homme qui devait l'aider à se disculper, il a la déception d'apprendre que personne ne pourra le blanchir car le véritable assassin n'est autre que son accusateur et celui qui fut son bourreau, Black Jack Randall. Dans la foulée, on lui annonce que son épouse a été enlevée par les redcoats et se retrouve à la merci de ce maudit officier anglais.

Sans avoir plus de détails sur son expédition à Fort William, nous le voyons arriver de manière spectaculaire à la fenêtre du commandant, juste à temps pour sauver Claire du pire. Nous n'en attendions pas moins de lui, mais encore fallait-il qu'il en eût le courage. Si l'organisation du sauvetage est, pour l'instant, cachée pour conserver le suspense jusqu'à l'épisode suivant, la mise en avant de Jamie seul à la fenêtre de BJR nous permet de réaliser à quel point il connaissait l'endroit et de percevoir tout ce qu'il lui aura fallu surmonter de mauvais souvenirs et de peurs pour venir à la rescousse de sa femme. Il lui a déjà fait défaut une première fois le matin même, il n'a pas d'autre option que de la sauver coûte que coûte. Ne lui avait-il pas solennellement déclaré qu'il lui ferait un rempart de son corps contre leur ennemi commun ?

Ainsi cet épisode "Entre deux mondes" est, pour chacun des trois protagonistes principaux l'occasion d'une étape décisive dans leur cheminement. Chacun, à sa manière et en fonction des circonstances qui lui sont données, s'est trouvé des forces insoupçonnées pour surmonter les épreuves morales et physiques semées sur son chemin :

Frank a su se maîtriser au moment où tout le poussait au meurtre et, puisque le mystère subsiste, il renonce à comprendre et à retrouver sa femme.

Claire, déjà bien secouée depuis son arrivée au XVIIIe siècle, a su frapper un homme à mort pour préserver sa vie et celle de son époux. Elle a su aussi trouver au fond d'elle suffisamment de ressources après l'échec de Craigh na Dun pour affronter BJR, même si sa stratégie ne s'est pas avérée payante.

Quant à Jamie, son épreuve ici aura été moins physique que morale : il est passé d'une promesse de liberté totale à une assurance de condamnation définitive et, si l'enthousiasme de la chair lui a fait momentanément oublier ses devoirs, il se rattrape largement en allant directement se jeter dans la gueule du loup pour sauver celle qu'il aime, manifestement, plus que sa propre vie.

 

 

Cet épisode est un vrai petit bijou méconnu, car on revisionne plus volontiers celui de la rencontre ou du mariage. Il tricote adroitement les scènes entre les deux époques et la progression des personnages se fait vraiment en parallèle. Il se termine avec la conclusion de la sous-intrigue de Frank et avec suffisamment de suspense sur ce qu'il adviendra de Claire et de Jamie pour la suite de l'histoire... ... mais aussi bien ficelé peut-il nous paraître à lui tout seul, il prend une tout autre dimension quand on a visionné toute la saison 1 et qu'on le met en parallèle avec l'épisode final, "La rançon d'une âme". En y regardant de plus près, on s'aperçoit même que ces deux récits sont montés en miroir. Ce n'est, d'ailleurs, certainement pas un hasard s'ils ont tous les deux été réalisés par Anna Foerster et écrits en entier ou en partie par Ronald D. Moore !

.

.

Fin de la première partie...

... la suite de l'analyse suivra prochainement