MENU 

MENU 

MENU 

Histoire de la médecine dans les romans et la série Outlander

Claire médecin

Auteur : Stephen J. Greenberg, chef de section, Livres rares et manuscrits anciens, Division d'histoire de la médecine, Bibliothèque nationale de médecine, Bethesda, MD

Traduction : Marie Modica 

Lien vers le texte original : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7069811/ 

Star Wars est terminé. Game of Thrones est terminé. Downton Abbey a (peut-être) vidé sa dernière tasse de thé en porcelaine. Mais pour ceux d'entre nous qui aiment nos longues séries de livres, de séries télé et de films, il y a encore Outlander, les aventures de Claire Beauchamp Randall Fraser, infirmière et docteure, qui fait des va-et-vient entre les XVIIIe et XXe siècles en Écosse et en Amérique. Au moment d'écrire cet article, l'auteur Diana Gabaldon met la touche finale au neuvième roman d'Outlander (provisoirement intitulé Go Tell the Bees that I Am Gone), et la chaîne STARZ a signé pour produire deux autres saisons pour la télévision [ndlt : saisons 5 et 6], la diffusion ayant débuté en Février 2020.

Ce qui rend tout cela pertinent ici, c'est comment le personnage de fiction Claire Fraser, formée au XXe siècle d'abord comme infirmière puis comme médecin, applique (ou du moins essaie d'appliquer) sa médecine moderne au XVIIIe siècle. Ses résultats sont mitigés mais très intéressants. Ses points de concentration sont évidents : l’antisepsie, les antibiotiques, l’anesthésie ou l’analgésie, la nutrition et la médecine préventive en général. Mais il sera utile d’esquisser la biographie et la formation du Dr Fraser pour voir comment sa créatrice prépare le terrain. (Remarque : il y a quelques légers spoilers ici, et le sujet de Jamie Fraser ne sera pas beaucoup abordé.) Il y a aussi quelques variations mineures entre les chronologies des livres et des saisons de STARZ, mais rien qui nous préoccupe ici. La biographie suit les livres, car Diana Gabaldon fournit des indications utiles.

Claire Beauchamp est née en 1918. Orpheline à l'âge de cinq ans, elle passe une enfance par monts et par vaux auprès de son oncle paternel, archéologue spécialisé dans les antiquités persanes. En 1937, elle épouse Frank Randall, historien et généalogiste. Tous deux entrent dans l'armée britannique au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Frank rejoint le renseignement militaire et Claire entre dans un programme de formation d'infirmière. Claire passe quatre ans en tant qu'infirmière militaire, à la fois dans des hôpitaux de campagne et des installations plus permanentes sur l'île de Malte. Elle est clairement témoin de beaucoup, notamment en tant qu'infirmière en chirurgie. Quelque part en cours de route, elle développe un intérêt et une expertise considérable en phytothérapie.

En avril 1946, la guerre terminée, elle prend des vacances avec Frank à Inverness dans les Highlands écossaises. Grâce aux propriétés magiques d'un cercle de mégalithes, elle est transportée en Écosse en avril 1743. Elle pratique la médecine du mieux qu'elle peut dans un certain nombre de lieux et de situations, des champs de bataille des Highlands à une abbaye hospitalière à Paris. Dans les jours qui précèdent immédiatement la bataille de Culloden en 1746, sous-alimentée, enceinte et l’esprit alourdi de savoir que les clans des Highlands seront complètement écrasés à la bataille (Bonnie Prince Charlie et tout ça), Claire accepte à contrecœur de revenir à travers les pierres. Au vingtième siècle. Elle émerge en avril 1948 avec une absence inexpliquée de deux ans et une grossesse tout aussi mystérieuse.

Claire et Frank émigrent aux États-Unis, où Frank s'est vu offrir un poste d'enseignant à Harvard et le bébé, Brianna, est née. Quand Brianna est assez âgée pour commencer l'école en 1957, Claire entre à la faculté de médecine de Boston. En 1968, elle est une chirurgienne respectée et voyage avec Brianna en Écosse. Elle décide de tenter un retour au XVIIIe siècle à travers les pierres. Après avoir emballé une cape spécialement conçue avec toutes les fournitures médicales du XXe siècle qu'elle peut gérer, elle traverse les pierres et resurgit en Écosse en novembre 1766. En tant que Claire Fraser, elle et Jamie émigrent en Amérique, où elle pratique la médecine dans toutes les situations imaginables, y compris les campagnes de la Révolution américaine. Il y a beaucoup plus dans l'intrigue, mais cela suffira pour le CV de Claire.

 En bref, Claire est avant tout une chirurgienne, habituée aux conditions du champ de bataille et opérant uniquement avec les matériaux les plus rudimentaires. Elle a également une compréhension d’un médecin militaire de la nutrition, de l’hygiène, des infections et des maladies épidémiques. Forte de son expérience en soins infirmiers, elle possède de formidables compétences organisationnelles et établit rapidement des stations de terrain avec triage et traitement pendant que les mousquets tirent encore. Elle est bien préparée (au moins à un certain niveau) pour être envoyée dans une zone de guerre, ce qui est exactement ce qui se passe. Quelques heures après son arrivée inattendue en Écosse, elle est appelée à réduire une luxation de l'épaule et à panser à la fois les blessures à la baïonnette et les blessures par balle… le tout sur le même patient. Claire bénéficie également du fait qu'elle a reçu toute la série de vaccinations que tout soldat moderne et la plupart des civils auraient eues bien sûr, mais qui semblaient presque magiques dans le passé. La rougeole, le tétanos, le typhus et, surtout, la variole ne sont tout simplement pas une menace pour elle. Son immunité de fait est un peu terrifiante pour les Écossais, et elle est accusée de sorcellerie plus d'une fois. On lui demande aussi occasionnellement de faire des potions d'amour.

Chaque fois que Claire a la chance de s'installer, elle commence à pratiquer une forme moins dramatique de ce que l'on pourrait appeler la médecine de santé publique, en se concentrant sur la nutrition et l'assainissement de base. Elle a peu de succès en expliquant la théorie des germes, même après avoir mis la main sur un microscope en 1767 (tout à fait possible, puisque c'est un siècle après que Robert Hooke et Antonie van Leeuwenhoek ont ​​démontré les possibilités de l'appareil). Bien sûr, Claire a beaucoup plus de compréhension de ce qu'elle regarde que ses contemporains du XVIIIe siècle. En quelques mois, elle montre à sa famille élargie le plasmodium qui cause le paludisme sous son microscope, qui ne sera identifié qu'en 1885 par Alphonse Laveran. Pour traiter le paludisme, elle a accès à l'écorce des jésuites (également connue sous le nom de quinquina), la source naturelle de quinine est déjà une thérapie bien connue. Mais l'écorce des jésuites était chère et difficile à trouver dans les bois de Caroline du Nord, où Claire atterrit après avoir quitté l'Écosse. Au lieu de cela, avec les conseils de guérisseurs amérindiens, elle concocte ce qui semble être une infusion assez infâme d'écorce de cornouiller, qui ne contient pas de quinine mais aide à contrôler les accès de fièvre.

Claire réussit mieux à lutter contre les maladies nutritionnelles, en particulier le scorbut. Même dans le meilleur des cas, le régime écossais traditionnel n'était pas riche en vitamine C et la période qui a précédé le soulèvement de 1745 n'a pas amélioré les choses. Lors de sa première «visite» dans le passé (1743–1746), Claire essaya de faire manger aux Écossais la verdure qu'elle pouvait trouver, mais se heurtait généralement à la résistance des Highlanders qui étaient heureux de vivre d'avoine, de lait et de viande. James Lind ne publiera pas son traité sur la prévention du scorbut à l’aide d’agrumes avant 1753 (d’autres avaient écrit avant lui suggérant un lien entre la nutrition et le scorbut), mais l’influence de Lind ne s’est développée que progressivement. Le succès de Claire repose entièrement sur sa persévérance professionnelle et la prise de conscience progressive de sa famille élargie du XVIIIe siècle qu’ils gardaient au moins leurs dents, tandis que d’autres autour d’eux perdaient les leurs. Parler de vitamines ne sert à rien : les vitamines en général ne sont identifiées que dans les années 1880 et la vitamine C, isolée en 1912, n'est liée positivement au scorbut qu'en 1928.

Les situations les plus dramatiques surviennent lorsque Claire effectue des interventions chirurgicales, généralement à la suite d'une blessure sur le champ de bataille, mais aussi en cas d'accouchement difficile et même de hernie occasionnelle. Les défis technologiques de Claire sont les problèmes auxquels tout chirurgien est confronté : les conditions opératoires stériles, l’anesthésie, l’hémorragie, l’imagerie médicale, la gestion de la douleur et l’infection postopératoire. La façon dont celles-ci sont abordées dans les histoires est uniformément ingénieuse (après tout, Claire Fraser * EST * un personnage fictif, répondant aux diktats d'un auteur très imaginatif), mais à aucun moment la suspension de l’incrédulité n'est vraiment exagérée.

Les conditions stériles sont le premier problème auquel Claire doit faire face. Elle passe beaucoup de temps à faire bouillir des choses et à verser du cognac et du whisky sur ses instruments chirurgicaux. Plus tard, quand elle est plus installée, elle distille de l'alcool pur, que les patients, les voisins et, apparemment, tout le monde veut voler et boire. Elle et son «équipe» portent des masques lorsqu'ils sont disponibles. Lorsqu'elle se prépare au combat, elle stérilise les sutures et les aiguilles à l'avance et les porte dans des bouteilles d'alcool. Le plus dur de tout cela semble être de convaincre ses patients que tout cela est vraiment nécessaire.

La gestion de la douleur pendant et après la chirurgie est complexe. Claire a accès à BEAUCOUP d'alcool à usage interne, mais un patient ivre n'est pas toujours docile. L'opium, en particulier sous forme de laudanum (opium dissous dans l'alcool, à prendre par voie orale), est généralement disponible, mais comme dans le cas de l'alcool, l'intoxication aux opiacés n'est pas la même chose qu'une anesthésie appropriée. Claire commence donc à distiller l’éther dans son cabinet / laboratoire à Fraser’s Ridge dans les collines reculées de la Caroline du Nord.

L'éther est un truc qui peut jouer des tours. La méthode de synthèse la plus simple (lire: la plus grossière) implique la déshydratation de l'alcool brut à une température de 125 ° Celsius (257 ° Fahrenheit) en utilisant l'acide sulfurique (huile de vitriol au XVIIIe siècle) comme catalyseur. Le produit qui en résulte est efficace mais hautement volatil et inflammable. Claire a un certain nombre d'accidents impliquant la création et le stockage de son produit, avec des résultats allant de la brûlure des sourcils à l'incendie d'une maison de bonne taille. Il est efficace mais difficile à contrôler en chirurgie. Manquant de ventilation, de masques appropriés et d'un anesthésiste qualifié pour l'aider, Claire s'anesthésie presque elle-même et toute son «équipe» pendant les procédures. Historiquement, la première démonstration d'une intervention chirurgicale où l'éther a été utilisé pour anesthésier le patient s’est notoirement déroulée à l’Hôpital Général du Massachusetts en 1846. Ce n'est que plus tard que Claire découvre que l'éther était disponible dans le commerce dans les années 1770 et était utilisé à titre préventif. Pour le mal de mer (un point de l'intrigue trop compliqué à expliquer ici).

L'imagerie et la perte de sang sont deux domaines dans lesquels Claire ne trouve aucune solution au XVIIIe siècle. Il n'y a aucun moyen de bricoler une machine à rayons X, bien que Claire déplore son absence, surtout lorsqu'elle cherche des fragments de balles de mousquet brisées et en plomb mou. Un peu étrange est son désintérêt pour remplacer la perte de sang. S'il est certainement vrai que Claire aurait difficilement pu mettre en place une banque de sang et ne dispose pas des réactifs pour effectuer un typage sanguin correct (codifié pour la première fois par Karl Landsteiner en 1900, avec des recherches beaucoup plus tardives), elle aurait pu surveiller l'agglutination du sang dans les échantillons de test. C'est ainsi que Landsteiner a fait sa percée pour la première fois. Au XVIIe siècle, des chercheurs comme Richard Lower en Angleterre et Jean-Baptiste Denys en France transfusèrent du sang entre les animaux, et entre les animaux et les humains avec des résultats mitigés (!), Mais avec sa connaissance de ce qu'il fallait rechercher, elle aurait pu, dans au moins certains cas, débrouiller quelque chose. Peut-être dans le prochain livre ? Après tout, c'est un médecin qui synthétise sa propre pénicilline.

Avec son expérience chirurgicale de la Seconde Guerre mondiale qui précède ses expériences écossaises, Claire n'est que trop consciente des dangers de l'infection des plaies. La pénicilline n'était pas nouvelle en 1946 ; ses propriétés antibiotiques avaient été notées et enregistrées en 1928, mais les méthodes de production de masse n'étaient pas vraiment perfectionnées par Howard Florey et son équipe avant 1942. Lorsque Claire a traversé les pierres en 1946, la pénicilline était en train de devenir largement disponible. En Écosse des années 1740, Claire est limitée aux onguents topiques à l'ail et à l'hamamélis, qu'elle complète plus tard avec des concoctions de miel brut, qui contient des propriétés antibiotiques reconnues. Cependant, lorsque Claire revient en Écosse pour la deuxième fois, de 1968 vers 1766, elle est beaucoup mieux préparée. Elle apporte les fournitures médicales et chirurgicales qu'elle peut cacher, notamment des aiguilles de suture, des seringues et de la pénicilline sous forme de comprimés. Mais ce petit stock est vite épuisé, et bientôt elle essaie d'en faire plus.

Le pain moisi est sa première source, même si elle admet volontiers qu'elle n'a aucun moyen réel de juger quel moule est le «bon» moule. Ses tentatives de culture de spores prometteuses sont constamment interrompues par toutes sortes de dangers, des chats domestiques aux incendies domestiques. Ses bouillons médicinaux éventuels sont pris par voie orale. Claire s'inquiète de la posologie et des effets secondaires, mais elle continue. Les patients ont tendance à suivre ses prescriptions ; le consentement éclairé n’était pas très important dans les colonies dans les années 1760, et Fraser’s Ridge ne fait pas partie du Triangle de la recherche. Mais les patients semblent vraiment s’en remettre.

Plus tard, Claire passe à la fabrication de la pénicilline à partir du fromage de Roquefort (dire où elle obtient le fromage est un autre spoiler qui ne sera pas divulgué ici). C'est une solution intéressante au problème. La moisissure qui produit le veinage caractéristique du fromage est une sous-espèce de pénicillium et dérive finalement de la moisissure du pain, mais la recherche démontre que le P. roqueforti ne produit pas de pénicilline [*]. Cependant, il contient d’autres protéines de prévention des infections, alors peut-être que cela ne pourrait pas faire de mal.

Claire Fraser a d'autres aventures médicales intéressantes aux XVIIIe et XXe siècles, notamment l'utilisation de l'acupuncture pour traiter le mal de mer, qu'elle apprend d'un praticien chinois du XVIIIe siècle en Écosse qui est exilé de son pays natal. Mais dans l'ensemble, la question est nette : Claire est créative, débrouillarde, la tête solide, indépendante, loyale, totalement dévouée à la pratique de la guérison, et tout à fait sans ruse ni prétention. Sa créatrice nous a donné un personnage admirable soutenu par des problèmes médicaux historiques très solides et des solutions du meilleur type : imaginatives au bord de l'incrédulité, mais toujours tout à fait réalisable, à chaque fois.

 

Auteur : Stephen J. Greenberg, MSLS, PhD, AHIP

Chef de section, Livres rares et manuscrits anciens, Division d'histoire de la médecine, Bibliothèque nationale de médecine, Bethesda, MD

 

Note :

[*] Wilkowske HH, Krienke WA. Assay of various mold-ripened cheeses for antibiotic activity. J Dairy Sci. 1954 Oct;37(10):1184–9. 

 

Note de la Traduction : 

Cet article, publié le 1er avril 2020 semble avoir été rédigé par plaisanterie, pour l’occasion. Il n’en est pas moins solidement référencé et très sérieusement enregistré parmi les publications de la Bibliothèque Nationale de Médecine et de l’Institut National de la Santé américains !