MENU 

MENU 

Traduction : Marie Modica et Lucie B. 

 

Il est évident que les extraits ci-dessous contiennent des spoliers sur les 8 tomes précédents.

Dis aux abeilles que je suis parti

En attendant la sortie du 9ème tome,  quelques extraits fournis pas Diana Gabaldon elle-même

- Sans titre -

 

Brianna et les enfants dormaient comme des morts, affalés sur le sol du grenier comme des victimes d'une peste soudaine, tombés là où ils gisaient parmi les tonneaux de vernis et de suie et les piles de livres et de brochures. Malgré la longue journée, les retrouvailles émouvantes et la quantité impressionnante de vin bu, Roger se retrouvait réticent à s'endormir tout de suite. Non pas qu'il en fût incapable, il pouvait encore sentir la vibration du chariot et des rênes dans ses mains, et une sorte d'hypnose se cachait dans le fond de son esprit, le pressant de tomber dans un tourbillon lent de rizières et d'oiseaux tournoyants, les rues pavées et les feuilles des arbres bougeant comme de la fumée au crépuscule. Mais il se retint, voulant garder ce moment aussi longtemps qu'il le pouvait.

Destination. Destin, s'il pouvait se résoudre à penser une telle chose. Les gens normaux, les gens ordinaires, avaient-ils un destin? Il semblait que ce soit un manque de modestie de penser qu'il en avait un - mais il était un ministre de Dieu; c'était exactement ce qu'il croyait: que chaque âme humaine avait un destin et avait le devoir de le trouver et de l'accomplir. Juste à ce moment, il sentit le poids de la précieuse confiance qu'il détenait et voulut ne jamais abandonner le grand sentiment de paix qui le remplissait.

Mais la chair est faible, et sans en avoir pris la décision consciente de le faire, il se dissout tranquillement dans la nuit, le souffle de sa femme et de ses enfants endormis, le feu atténué en contrebas et les bruits des marais lointains.

 

source : https://www.facebook.com/.../a.28721680.../3574884869220990/ 

 

 

- Pour Murtagh et Ian -

 

 "Oh, tu as ton chapelet finalement," dit Jenny, surprise. "Tu ne l'avais pas en Ecosse, alors je pensais que tu l'avais perdu. J'avais prévu de t'en faire un nouveau, mais il n'y avait pas le temps, avec Ian..." Elle leva une épaule, le geste englobant l'ensemble des terribles mois de la longue agonie de Ian.

Il toucha les perles, gêné. "Oui, eh bien… je l'avais en quelque sorte perdu. Je… l'avais donné à William. Quand il était tout petit et que j'ai dû le quitter à Helwater. Je lui avais donné le chapelet pour qu'il garde quelque chose  pour… se souvenir de moi."

"Mmphm." Elle le regarda avec sympathie. "Oui. Et je suppose qu'il te l'a rendu à Philadelphie, n'est-ce pas?"

"Oui," dit Jamie, un peu laconique, et un amusement ironique traversa le visage de Jenny.

"Je vais te dire quelque chose, a brathair - il ne t'oubliera pas."

"Oui, peut-être pas," dit-il, ressentant un réconfort inattendu dans cette pensée. "Eh bien, alors…" Il laissa les perles glisser entre ses doigts, saisissant le crucifix. "Je crois en un seul Dieu…"

Ils dirent le Credo ensemble, et les trois Je vous salue Marie et le Gloire soit au Père.

"Joyeux ou Glorieux?" demanda-t-il, les doigts sur la première perle des dizaines. Il ne voulait pas faire les mystères Douloureux, ceux sur la souffrance et la crucifixion, et il ne pensait pas non plus qu'elle le voulait. Une pie appela depuis les érables, et il se demanda brièvement si c'était une pie qu'ils avaient déjà vue, ou une troisième. Trois pour un mariage, quatre pour une mort.

"Joyeux," dit-elle aussitôt. "L'Annonciation." Puis elle fit une pause et lui fit signe de prendre le premier tour. Il n’eut pas besoin de réfléchir.

"Pour Murtagh," dit-il doucement, et ses doigts se resserrèrent sur la perle. "Et Mam et Da. Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni."

"Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs maintenant et à l'heure de notre mort, Amen." Jenny terminait la prière et ils dirent le reste de la dizaine à leur manière habituelle, dans les deux sens, le rythme de leurs voix douces comme le bruissement de l'herbe.

Ils atteignirent la deuxième dizaine, la Visitation, et il fit un signe de tête à Jenny - son tour

"Pour Ian Òg," dit-elle doucement, les yeux rivés sur ses perles. "Et Ian Mòr. Je vous salue Marie…" .

.

source : http://www.dianagabaldon.com/.../excerpt-1-for-murtagh.../ 

 

Le premier étage avait maintenant été muré de l'extérieur, même si une grande partie de l'intérieur n'était encore que des colombages en bois, ce qui donnait à l'endroit un sentiment plutôt informel, alors que nous traversions joyeusement des murs squelettiques.

Mon cabinet n'avait pas de revêtement pour ses deux grandes fenêtres, ni de porte - mais il y avait des murs complets (encore non plâtrés), un long comptoir avec quelques étagères au-dessus pour mes bouteilles et mes instruments, une haute et large table de pin lisse (je l'avais poncée moi-même, en prenant grand soin de protéger mes futurs patients des échardes dans leurs fesses) sur laquelle effectuer des examens et des soins chirurgicaux, et un tabouret haut sur lequel je pouvais m'asseoir tout en les administrant.

Jamie et Roger avaient commencé le plafond, mais il n'y avait pour le moment que des solives au-dessus de leur tête, avec des bouts de toile marron fanée et gris crasseux (récupérées dans un tas de tentes militaires décrépites trouvées dans un entrepôt à Cross Creek) offrant un véritable abri contre les éléments.

Jamie m'avait promis que le deuxième étage - et mon plafond - seraient posés dans la semaine, mais pour le moment, j'avais un grand bol, un pot de chambre en étain bosselé et le brasier éteint disposés stratégiquement pour attraper les fuites. Il avait plu la veille et je jetai un coup d'œil vers le haut pour m'assurer qu'il n'y avait pas d'endroits affaissés dans la toile humide retenant l'eau au-dessus de ma tête avant de sortir mon cahier de son sac en tissu ciré.

"Qu'est-ce que… c'est?" Demanda Fanny en l'apercevant. Je l'avais mise au travail pour récupérer les peaux parcheminées d'un énorme panier d'oignons pour les faire tremper et en faire un colorant jaune, et elle tendait le cou pour voir, en tenant soigneusement éloignés ses doigts parfumés à l'oignon.

"C'est mon livre des cas", dis-je, avec un sentiment de satisfaction à son poids. "J'écris les noms des personnes qui viennent me voir avec des difficultés médicales, je décris l'état de chacune d'elles, puis je note ce que j'ai fait ou prescrit pour elles, et si cela a fonctionné ou non."

Elle regarda le livre avec respect - et intérêt.

"Est-ce qu'ils vont toujours mieux?"

"Non", admis-je. "J'ai bien peur que ce ne soit pas toujours le cas, mais très souvent. 'Je suis médecin, pas un escalator', ai-je cité en riant avant de me souvenir que ce n’était pas à Brianna que je parlais.

Fanny hocha simplement la tête sérieusement, classant manifestement cette information.

Je toussai.

"Euh. C'était une citation d'un ami médecin du nom de McCoy. Je pense que l’idée générale est que, quelle que soit la compétence d’une personne, chaque compétence a ses limites et il est bien avisé de s’en tenir à ce dans quoi vous êtes bon."

Elle hocha de nouveau la tête, les yeux toujours fixés sur le livre.

"Pensez-vous… que je pourrais le lire?" demanda-t-elle timidement. "Seulement une page ou deux", ajouta-t-elle à la hâte.

J’ai hésité un moment, puis je posai le livre sur la table, l’ouvris et parcouru l’endroit où j’avais noté l’utilisation d’une pommade aux baies de galle pour le paludisme de Lizzie Wemyss, car je n’avais pas d’écorce de jésuite. J'avais parlé à Roger de ce manque, mais jusqu'à présent personne n'était venu. Fanny m'avait entendu parler de la situation à Jamie, et la fièvre récurrente de Lizzie était de notoriété publique sur le Ridge.

"Oui, tu peux, mais uniquement les pages avant ce marqueur." J'ai pris une fine plume de corbeau noire du pot de piquants et je l'ai posée à côté du dos du livre sur la page de Lizzie.

"Les patients ont droit à la vie privée", expliquai-je. "Tu ne devrais pas lire sur les gens qui sont nos voisins. Mais ces pages précédentes concernent des personnes que j'ai traitées ailleurs et - pour la plupart - il y a longtemps. "

"Je prrromets", dit-elle, son sérieux lui faisait mettre l’accent sur ses r, et je souris. Je connaissais Fanny depuis à peine un an, mais je ne l’avais jamais connue pour mentir - sur quoi que ce soit. 

 

source : https://www.facebook.com/.../a.287216804.../3710312489011560 

 

 

 

- Calibrer grossièrement -

 

 C'était en début d'après-midi et il y avait une tempête à venir ; le ciel était suffisamment sombre pour que je doive apporter le globe de lecture de Jamie à mon cabinet et allumer une bougie pour voir ce que je faisais.

Le seul moyen que j'avais de calibrer grossièrement le dosage d'un médicament liquide était d'estimer la couleur et la turbidité relatives d'un échantillon, comparées à un ensemble d'échantillons de référence que j'avais testés sur l'un ou l'autre membre de la famille. Je les interrogeais sans relâche à intervalle de dix minutes à l'occasion d'un mal de tête, d'un mal de ventre, de la fièvre ou d'une plaie fraîchement recousue afin d'estimer l'efficacité de la solution. Le principal inconvénient de cette méthode - autre que les réactions irritables de mes sujets - était que je devais faire de nouveaux échantillons de référence au moins une ou deux fois par mois.
"Soit ça, soit on frappe Jamie sur la tête tous les mardis avec un maillet en guise de standardisation", me murmurai-je, tenant une fiole contre la douce lumière claire qui traversait le globe rempli d'eau.
L'écorce de saule blanc - la meilleure pour cet usage [vérifier disponibilité (sic)], préparée en un thé allant de l'or brillant au rouge vif, en passant par une couleur qui ressemblait à du sang séchant, si vous la laissiez infuser assez longtemps. Et la saveur variait d'une saveur agréable à quelque chose qui devait être mélangé avec du miel, du whisky, ou les deux, pour se faire avaler.

"Pourquoi veux-tu me frapper à la tête, Sassenach ?" S'enquit Jamie, se manifestant dans l'embrasure de la porte avec un silence inattendu qui me fit pousser un cri et je lui lançai mon pilon par réflexe. Il l'attrapa, également par réflexe.
"Oh, tu le pensais vraiment", dit-il en me regardant avec méfiance. "Qu'est-ce que j'ai fait?"
"Dieu sait", dis-je en venant lui prendre le pilon. "Mais si tu te blesses en le faisant, j'ai besoin que tu essaies le dernier lot de thé à l'écorce de saule." Il chassait depuis deux jours avec Ian et les garçons Beardsley et sentait le sang, les poils d'animaux, les feuilles fraîches et son propre musc.
Il fit un bruit écossais indiquant une répulsion polie et se pencha pour m'embrasser sur le front.
"Ce n'est pas obligé que ce soit moi, n'est-ce pas ?"
"Non. Pourquoi ? Quelqu'un d'autre a-t-il une plainte, un mal de tête ou une autre plainte douloureuse ?"
Le regard amusé sur son visage s'estompa.
"Oui, c'est ce que je suis venu te dire." 

 

source : http://www.dianagabaldon.com/.../boo.../crudely-calibrating/ 

 

- Une petite leçon de gaélique -

Jamie se réveilla le lendemain matin dans un lit vide, soupira, s'étira et roula hors de sa couche. Il avait rêvé, plutôt agréablement, des navires d’Achille et aurait aimé en parler à Claire. Il s'ébroua pour se débarrasser des restes du sommeil et alla se laver, notant mentalement certaines des choses dont il avait rêvées, pour ne pas les oublier. Avec de la chance, elle serait à la maison avant le souper.

"Monsieur Fraser ?" Un coup sec et délicat à la porte, la voix de Frances. "Votre fille dit que le petit-déjeuner est prêt."

"Oui ?" Il ne humait rien de savoureux, mais «prêt» était un terme relatif. "Je viens, jeune fille. Taing."

"Tang ?" dit-elle, semblant surprise. Il sourit, passa une chemise propre et ouvrit la porte. Elle se tenait là comme une marguerite des champs, délicate mais droite sur sa tige, et il s'inclina devant elle.

"Taing," dit-il en le prononçant aussi soigneusement qu'il le pouvait. "Cela signifie 'merci' en gaélique."

"Êtes-vous sûr ?" dit-elle en fronçant légèrement les sourcils.

"Je le suis", lui assura-t-il. Moran taing signifie 'merci beaucoup' si tu veux quelque chose de plus fort."

Une légère rougeur monta à ses joues.

"Je suis désolée, je ne voulais pas vraiment le dire comme ça. Bien sûr, vous savez ce que vous dites. C’est seulement que Germain m’a dit 'merci', c’est «tabag leet». Est-ce faux ? Il s'est peut-être moqué de moi, mais je ne le pensais pas."

"«Tapadh leat,»"dit-il, retenant son envie de rire. "Non, c’est vrai ; c'est seulement que Moran taing est… décontracté, pourrait-on dire. L’autre est quand tu veux être formelle. Disons que si quelqu'un t'a sauvé la vie ou a payé tes dettes, tu diras «Tapadh leat», mais s'il t'a passé le pain à table, tu diras «Taing», tu vois ?"

"Oui", dit-elle machinalement, et elle rougit plus fort quand il sourit. Elle lui sourit en retour, cependant, et il la suivit dans les escaliers, pensant à quel point elle était étrangement engageante ; elle était réticente, mais pas du tout timide. Il supposait qu'une personne ne pouvait pas être timide si elle était élevée dans l'objectif de devenir une putain. >>

source : http://www.dianagabaldon.com/books/outlander-series/book-nine-outlander-series/a-brief-gaelic-lesson/ 

 

  

 

- Dernière musique -

 

"Je dois y rencontrer quelques hommes", avait déclaré Jamie, avec une réserve décontractée qu'elle savait destinée à protéger ses sentiments personnels. Elle savait que ses affaires étaient celles de la guerre, et il savait à quel point cela la troublait, mais elle savait à quel point cela le troublait et ne le forcerait pas à dire ce qu'il pensait, encore moins ce qu'il savait.

Elle en avait parlé - de la guerre - en général, à l'Assemblée. Jamie venait presque toujours, mais parlait rarement lui-même. Il entrait doucement et s’asseyait sur un banc arrière, la tête baissée, écoutant. Écouter, comme n'importe quel Ami, le silence et sa lumière intérieure. Lorsque les gens se sentaient inspirés pour parler, il les écoutait aussi courtoisement, mais quand elle regardait son regard lointain à ces occasions, elle pensait que son esprit était toujours seul, dans une recherche silencieuse et persistante.

"Je suppose que le jeune Ian t'a beaucoup parlé des catholiques", lui avait-il dit une fois, lorsqu'il s'était arrêté après la réunion pour lui donner une toison qu'il avait rapportée de Salem.

«Ce n'est que lorsque je le lui demande», dit-elle avec un sourire. "Et tu sais qu'il n'est pas théologien. Roger Mac en sait plus, je pense, sur la croyance et la pratique catholiques. Veux-tu me dire quelque chose sur les catholiques ? Je sais que tu dois te sentir sérieusement dépassé en nombre chaque Premier Jour.»

Il avait souri à cela, et elle s'était réjouie en voyant cela. Il était si souvent troublé ces jours-ci, et ce n'était pas étonnant.

«Non, petite, Dieu et moi nous nous entendons bien par nous-mêmes. C’est seulement que lorsque je viens à ton Assemblée, cela me rappelle parfois une chose que les catholiques font de temps en temps. Ce n’est pas du tout formel, mais quelqu'un ira s’asseoir pendant une heure devant le Saint-Sacrement. Je le faisais de temps en temps quand j'étais jeune, à Paris. Nous l'appelons Adoration.»

"Que fais-tu pendant cette heure?" avait-elle demandé, curieuse.

"Rien en particulier. Prier, la plupart du temps. Lire peut-être la Bible ou les écrits d'un saint. J'ai vu des gens chanter parfois. Je me souviens d'une fois, j'étais entré dans la chapelle de Saint-Sébastien aux petites heures du matin, bien avant l'aube - presque toutes les bougies étaient consumées - et j'ai entendu quelqu'un jouer de la guitare et chanter. Très doucement, il ne jouait pas pour être entendu, tu vois. Juste ... il chantait devant Dieu."

Quelque chose d'étrange bougea dans ses yeux à ce souvenir, mais il lui sourit de nouveau, un sourire triste. "Je pense que c'est peut-être la dernière musique que je me souviens d'avoir vraiment entendue."

"Quoi?"

Il toucha l'arrière de sa tête, brièvement.

«J'ai été frappé à la tête avec une hache, il y a de nombreuses années. J'ai survécu, mais je n'ai plus jamais entendu de musique. Les cornemuses, les violons, les chants… Je me rends compte que c'est de la musique, mais pour moi, ce n'est guère plus que du bruit. Mais cette chanson… Je ne me souviens pas de la chanson elle-même, mais je sais ce que je ressentais quand je l'ai entendue.»

Elle n'avait jamais vu un regard sur son visage comme celui qu'il avait eu quand il avait évoqué cette chanson pour elle. Tout à coup, elle ressentit ce qu'il avait ressenti au fond de cette nuit lointaine et elle comprit pourquoi il trouvait la paix dans les espaces silencieux. 

 

source : [http://www.dianagabaldon.com/.../book-nine.../last-music/) 

 

- La patience est une vertu -

 

 Jamie avait parlé à tout le monde pendant le dîner de Sylvia Hardman, une femme quaker qu'il avait rencontrée par hasard chez elle près de Philadelphie et qui s'était occupée de lui pendant plusieurs jours, son dos ayant choisi de le neutraliser.

«Outre sa grande gentillesse», dit-il, «j'ai été saisi par ses petites filles. Elles étaient aussi gentilles que leur mère, mais ce sont leurs noms que j'ai aimés le plus. Elles s'appelaient Patience, Prudence et Chasteté. Je voulais donc te demander, Rachel - les Amis appellent-ils souvent leurs enfants d'après les vertus ?"

"Ils le font," dit-elle et, souriant à Jemmy qui avait commencé à se contracter un peu, elle ajouta: "Jérémie - si tu ne t'appelais pas Jérémie, quel nom choisirais-tu ? Si tu devais être nommé d'après une vertu, je veux dire."

"C'est quoi vertu ?" Avait demandé Mandy, en fronçant les sourcils vers son frère comme si elle s'attendait à ce qu'il en fasse germer une à l'instant.

«Quelque chose de bien», lui avait dit Germain. "Comme ..." il jeta un regard dubitatif à Rachel pour confirmation, "... la paix ? Ou peut-être la bonté? "

"Exactement", avait-elle dit en hochant gravement la tête. «Quel nom choisirais-tu, Germain, pendant que Jemmy réfléchit ? Piété ?"

"Non !" avait-il dit, horrifié. Et, au milieu d'un éclat de rire général, les gens avaient commencé à proposer des noms-de-vertu, à la fois pour eux-mêmes et pour divers membres de la famille, avec des éclats de rire qui s'ensuivaient ou - une ou deux fois - des discussions animées concernant la pertinence d'une suggestion.

"Tu as commencé, Pa," dit alors Brianna, amusée. "Mais j'ai remarqué que tu n'avais pas choisi de nom vertueux."

"Il a déjà les noms de trois rois écossais", protesta Roger. "Il ne se sentira plus si tu lui donnes d'autres noms avec lesquels jouer."

"Tu n'en as pas choisi non plus, n'est-ce pas maman ?" Je pouvais voir le mécanisme tourner dans l’esprit de Bree et je me lançai pour la devancer.

"Euh… que diriez-vous de la douceur ?" Dis-je, faisant éclater de rire nombre des personnes présentes.

"Un caractère impitoyable est-il une vertu ?" Demanda Jamie en me souriant.

"Probablement pas," dis-je plutôt froidement. "Bien que je suppose que cela dépend des circonstances."

"C'est vrai", dit-il et, prenant ma main, il l'embrassa. «Résolue», alors - ou peut-être «Résolution ?»"

"Eh bien, Résolution Fraser a une certaine résonance, dis-je. "J'en ai un pour toi aussi."

"Oh, oui?"

"Endurance."

Il n’arrêta pas de sourire, mais un certain air de tristesse lui vint aux yeux.

"Oui," dit-il. "Ça fera l'affaire." 

 

Source inconnue, si vous la retrouvez, merci de me l'indiquer dans les commentaires.  

 

 

 

- Sans titre -

 

William examina son mouchoir d'un œil critique. Il n'en restait plus grand-chose ; ils avaient essayé de lui lier les poignets et il l’avait déchiré en lambeaux en l’enlevant. Pourtant… Il se moucha dedans, très doucement. Toujours sanglant, il en tamponna le saignement avec précaution. Des pas montaient les escaliers de la taverne vers la pièce où il était assis, gardé par deux soldats méfiants.

"Il dit qu'il est _ qui_?" dit une voix agacée à l'extérieur de la pièce. Quelqu'un dit quelque chose en réponse, mais cela se perdit dans le grattage de la porte sur le sol irrégulier lors de son ouverture. Il se leva lentement et se redressa de toute sa hauteur, face à l'officier - un major des dragons - qui venait d'entrer. Le major s'arrêta brusquement, forçant les deux hommes derrière lui à s'arrêter également.

"Il dit qu'il est le pntain [sic] de neuvième comte d'Ellesmere," dit William d'un ton rauque et menaçant, et il fixa le major avec l'œil qu'il pouvait encore ouvrir.

«De fait, il l'est,» dit une voix plus légère, semblant à la fois amusée et familière. William cligna des yeux vers l'homme qui entrait maintenant dans la pièce, une silhouette élancée aux cheveux noirs en uniforme de capitaine d'infanterie. «_Capitaine_ Lord Ellesmere, en fait. Bonjour, William.

«J'ai rendu ma commission», déclara William d'un ton catégorique. «Bonjour, Denys.»

«Mais pas votre titre.» Denys Randall le regarda de haut en bas, mais évita de commenter son apparence.

«Vous avez démissionné de votre commission, n'est-ce pas ? Le major, un jeune homme épais qui avait l'air d'avoir une culotte trop serrée, lança à William un regard désagréable. «Pour retourner votre manteau et rejoindre les rebelles, je suppose ?»

William respira deux fois pour éviter de dire quoi que ce soit d'imprudent.

«Non», dit-il d'une voix hostile.

"Naturellement non," dit Denys, réprimandant doucement le major. Il se tourna vers William. «Et naturellement, vous auriez voyagé avec une compagnie de milice américaine parce que…?

«Je ne voyageais pas avec eux», déclara William, réussissant à ne pas ajouter «espèce de crétin» à cette déclaration. «J'ai rencontré les messieurs en question hier soir dans une taverne et j'ai gagné une somme substantielle de leur part aux cartes. J'ai quitté la taverne tôt ce matin et j'ai repris mon voyage, mais ils m'ont suivi, avec l'intention évidente de reprendre l'argent par la force.

«Intention évidente?» fit écho au major sceptique. «Comment avez-vous discerné une telle intention? Monsieur, » ajouta-t-il à contrecœur.

«J’imagine que le fait d’être poursuivi et battu comme plâtre aurait pu être une indication assez claire», déclara Denys. «Asseyez-vous, Ellesmere; vous ruisselez sur le sol. Ont-ils, de fait, repris l'argent ? Il tira de sa manche un grand mouchoir blanc comme neige et le tendit à William.

"Oui. Avec tout ce qui était dans mes poches. Je ne sais pas ce qu’est devenu mon cheval. » Il tamponna le mouchoir contre sa lèvre fendue. Il pouvait sentir l’eau de Cologne de Randall dessus, malgré son nez gonflé - la vraie Eau de Cologne, sentant l’Italie et le bois de santal. Lord John l'utilisait de temps en temps, et l'odeur le réconforta un peu.

«Vous prétendez donc ne rien savoir des hommes avec lesquels nous vous avons trouvé ? dit l'autre officier, celui-ci un lieutenant, un homme de l'âge de William, avide comme un terrier. Le major lui lança un regard de dégoût, indiquant qu'il ne pensait pas avoir besoin d'aide pour interroger William, mais le lieutenant ne faisait pas attention. «Si vous jouiez aux cartes avec eux, vous devez sûrement avoir glané des informations?»

«Je connais quelques-uns de leurs noms,» dit William, se sentant soudain très fatigué. "C'est tout."

En fait, ce n'était pas tout, et de beaucoup, mais il ne voulait pas parler des choses qu'il avait apprises - qu'Abbot était un forgeron et avait un chien intelligent qui l'aidait à sa forge, allant chercher de petits outils ou des fagots pour le feu lorsqu'on le lui demandait. Justin Martineau avait une nouvelle épouse, dans le lit de laquelle il désirait revenir. La femme de Geoffrey Garland fabriquait la meilleure bière du village, et celle de sa fille était presque aussi bonne, même si elle n’avait que douze ans. Garland était l'un des hommes que le capitaine avait choisi de pendre. Il déglutit, la gorge chargée par la poussière et les paroles tues.

Il avait échappé au nœud coulant en grande partie à cause de son habileté à jurer en latin, ce qui avait déconcerté le capitaine assez longtemps pour que William s'identifie lui-même, son ex-régiment et une liste d'éminents officiers de l'armée qui se porteraient garant de lui, à commencer par le général Clinton (Dieu, où était Clinton maintenant ?).

Denys Randall murmurait au major, qui avait toujours l'air mécontent, mais qui était passé d'une ébullition complète à un frémissement mécontent. Le lieutenant regardait William attentivement, à travers les yeux plissés, s'attendant visiblement à ce qu'il saute du banc et se précipite. L'homme n'arrêtait pas de toucher inconsciemment sa boîte de cartouches, puis son pistolet dans son étui, imaginant clairement la merveilleuse possibilité d'abattre William alors qu'il courait vers la porte. William eut un bâillement, énorme et inattendu, et s'assit en clignant des yeux, un épuisement soudain le submergeant comme la marée. En ce moment, il ne se souciait vraiment pas de ce qui se passerait ensuite. 

 

source : https://www.facebook.com/.../a.28721680.../3395890483787097/ 

 

 

GROS SPOILERS

 

- Sans titre - 

 

Vous aurez affaire au colonel Marion, révérend", lui déclara son escorte, et il précisa : "Lorsque vous aurez fait vos affaires avec lui, l'un de ses hommes vous ramènera dans la tente du général Lincoln." L'homme se tourna pour partir, mais se retourna pour ajouter une mise en garde. "Ne vous promenez pas seul, révérend. Ce n'est pas sûr. Et n'essayez pas non plus de quitter le camp. Les plantons ont reçu l'ordre de tirer sur n'importe quel homme qui tenterait de partir sans laisser passer signé du général Lincoln."

"Non," dit Roger. "Je ne le ferai pas." Mais le caporal n'avait pas attendu sa réponse ; il se hâtait de rentrer dans le corps principal du camp, ses bottes craquant sur une coquille d'huître blanche. C'était proche, beaucoup plus proche qu'il ne le pensait. Il pouvait sentir tout le camp bourdonner, un sentiment d'énergie nerveuse, des hommes se préparant. Mais il était sûrement trop tôt pour…

Puis il franchit la haute porte de pierre du cimetière, son linteau décoré de l'étoile de David, et vit tout de suite ce qui devait être le lieutenant-colonel Francis Marion, chapeau à la main et un uniforme bleu et chamois jeté sur ses épaules, profondément en conversation avec trois ou quatre autres officiers.

Le mot malheureux qui surgit dans l’esprit de Roger était «marionnette». Francis Marion était ce que Jamie appellerait un petit homme, ne mesurant pas plus d'un mètre soixante, selon l'estimation de Roger, maigre et le jarret fuselé, avec un nez français très proéminent.

Son apparence était rendue plus saisissante par un nouvel arrangement de la coiffure, comprenant de fines mèches de cheveux peignées en une touffe prudente au sommet d'une calvitie et deux touffes en peu plus grandes de chaque côté de sa tête, comme des cache-oreilles. Roger brûlait de curiosité de savoir à quoi les oreilles de l'homme devaient ressembler pour exiger ce genre d'artifice, mais il rejeta cette pensée avec un effort de volonté, et attendit patiemment que le lieutenant-colonel termine ses affaires.

Des chasseurs [ndlt : nom donné en français], avait dit le caporal. Des troupes françaises, donc, et elles le regardaient, très bien rangées dans des manteaux bleus et verts et des dessous blancs, avec des cocardes et des plumes tirant sur le jaunâtre qui se dressaient sur le devant de leurs chapeaux telles des cierges étincelants du 4 juillet. Ils parlaient aussi indéniablement français, beaucoup d'entre eux à la fois.

D'un autre côté… ils étaient noirs, ce à quoi il ne s'attendait pas du tout.

Marion leva une main et la plupart d'entre eux cessèrent de parler, bien qu'il y ait eu beaucoup de mouvements d'un pied sur l'autre et un air général d'impatience. Il se pencha en avant, prenant la parole en face d'un officier qui le dépassait de quinze centimètres, et les autres arrêtèrent de s'agiter et grognèrent avant d'écouter.

Roger ne pouvait pas entendre ce qui se disait, mais il était très conscient du courant électrique traversant le groupe - c'était le même courant qu'il avait senti traverser le camp, mais plus fort.

_Jésus-Christ tout-puissant, ils se préparent à se battre. Maintenant._

Il n'avait jamais été sur un champ de bataille en direct, mais il en avait traversé quelques-uns avec son père. Le révérend Wakefield avait été un grand historien de la guerre et un bon conteur; il avait pu évoquer le sentiment d'un combat confus et paniqué depuis le sol ouvert de Sheriffmuir, et le sentiment de malheur et de massacre de la terre hantée de Culloden.

Roger ressentait à peu près la même sensation, montant de la terre calme du cimetière à travers son corps, et il serra ses poings, voulant de toute urgence la sensation d'une arme dans sa main. 

 

Source inconnue, si vous la retrouvez, merci de me l'indiquer dans les commentaires.  

 

- Mon père -

 

 La galerie supérieure d'Ellesmere. Un large escalier carré ouvert menait au deuxième étage. Ici, le toit s'élevait au-dessus des têtes et une galerie entourait la cage d'escalier sur trois côtés, avec de hautes fenêtres d'un côté et divers portraits sur les trois autres murs.

"Isobel m'a dit que cela avait été peint peu de temps après son mariage", avait déclaré Lord John, faisant un signe de tête au portrait d'une très belle jeune femme. Le peintre n'avait pas été particulièrement habile - les cheveux de la femme étaient simplement foncés, une couleur entre le brun et le noir, et sa robe maladroitement rendue - mais William reconnut son visage ; le même visage qu'il avait vu tous les jours pendant des années, dans une miniature qu'il avait emportée avec lui de la maison à Londres, à l'école, et qu'il emporterait maintenant avec lui à l'armée.

Il pensait que le peintre l'avait aimée, peut-être ; le visage avait été rendu avec soin et émotion.

"Quelqu'un m'a dit que j'avais sa bouche", dit-il doucement, comme pour ne pas la surprendre.

"Tu l'as", a déclaré Lord John, en levant un sourcil. "Qui t'a dit ça?"

"Mère Isobel." Il se détourna du portrait, se sentant soudain troublé. "Il semble étrange de la voir - Mère Geneva - ici, seule." Il y avait plusieurs portraits d'elle à Helwater, mais toujours des portraits réalisés avec sa sœur cadette, avec ses parents. Même les portraits d'elle-même étaient toujours côte à côte avec des portraits similaires d'Isobel.

"Alors c'est le cas." Lord John avait également parlé doucement. Le son était étouffé comme dans une église ici sur le palier, une illusion renforcée par les hautes fenêtres silencieuses avec leurs bordures en vitrail. Et par le fait que tout le monde sur ces photos était mort…

Il se détourna avec agitation, vers le mur opposé, à travers le puits ouvert de l'escalier. Le mur était dominé par un grand portrait d'un homme âgé portant une perruque formelle et la robe d'un comte. Pas mal pour son âge, pensa William. Un peu dur, cependant, de son expression. Cette pensée fit sourire William.

"C'est lui, non ? Mon père ?" 

 

source : http://www.dianagabaldon.com/.../book-nine.../my-father/ 

 

- Le dernier adieu -
(ndlt : une sommité militaire est décédée)
.
Elle s'assit, discrète dans l'ombre. La tête penchée, le doux frottement de son charbon de bois perdu dans les éclaircissements de gorge et le bruissement des vêtements. Mais elle les regarda, par un, par deux et par trois, alors qu’ils se baissaient sous le rabat ouvert de la tente et se dirigeaient vers le général. Là, chaque homme s'arrêtait pour regarder son visage, calme à la lueur des bougies, et elle aperçut ce qu'elle put des courants à la dérive qui traversaient leurs propres visages : des ombres de peine et de chagrin, des yeux parfois sombres de peur, ou vides par l'effet du choc et de la fatigue.
Souvent, ils pleuraient.
William et John Cinnamon la flanquaient, se tenant juste derrière de chaque côté, silencieux et respectueux. Le préposé du général [*] leur avait offert des tabourets, mais ils avaient refusé avec courtoisie, et elle trouvait leur présence de soutien étrangement réconfortante.

Les soldats venaient par compagnies, les uniformes (dans certains cas, uniquement les insignes de milice) changeant. John Cinnamon changeait d'appui de temps en temps et prenait parfois une profonde inspiration ou s'éclaircissait la gorge. William ne le faisait pas.

Que faisait-il ? se demandait-elle. Compter les soldats? Evaluer l'état des troupes américaines? Ils étaient minables ; sales et négligés et, malgré leur attitude respectueuse, ils étaient peu dans les compagnies à avoir une grande notion de l'ordre.

Pour la première fois, il lui vint à l'esprit de se demander quel était le motif de William à venir. Elle avait été si heureuse de le rencontrer qu’elle avait accepté pour argent comptant sa déclaration selon laquelle il ne laisserait pas sa sœur se rendre non accompagnée dans un camp militaire. Mais était-ce vrai ? D'après le peu que Lord John lui avait dit, elle savait que William avait démissionné de sa commission militaire - mais cela ne voulait pas dire qu'il avait changé de camp. Ou qu'il n'avait aucun intérêt dans l'état du siège américain, ou qu'il n'avait pas l'intention de transmettre les informations qu'il aurait obtenues au cours de cette visite. De toute évidence, il connaissait encore des membres de l'armée britannique.
La peau de ses épaules piqua à cette pensée, et elle voulut se retourner et le regarder. Un instant d’hésitation et elle a fait exactement cela. Son visage était grave, mais il la regardait.

"Ça va ?" demanda-t-il dans un murmure.

"Oui," dit-elle, réconfortée par sa voix. "Je me demandais juste si tu t'étais endormi debout."

"Pas encore."

Elle sourit et ouvrit la bouche pour dire quelque chose, s'excuser de les forcer, lui et son ami, à rester dehors toute la nuit. Il l'arrêta avec un petit geste des doigts.

"Tout va bien," dit-il doucement. "Tu fais ce que tu es venue faire. Nous resterons avec toi et te ramènerons à la maison le matin. Je le pensais vraiment quand je te l'ai dit : Je ne te laisserai pas seule." >>

[*] Le nom du général n'est pas dévoilé par Diana G.

 

source : http://www.dianagabaldon.com/.../book-nine.../taking-leave/ 

 

 

- Piété -

 

Rachel avait expliqué le fonctionnement de base d'une réunion d'Amis aux participants - que l'on s'assit en silence, écoutant sa lumière intérieure, à moins ou jusqu'à ce que l'esprit vous pousse à dire quelque chose - que ce soit une inquiétude que vous vouliez partager, une prière que vous ayez envie de dire, une chanson à chanter, ou une pensée que vous pourriez vouloir partager.

Elle avait ajouté que bien que de nombreuses réunions commençaient et se terminaient en silence, elle sentait l'inspiration de commencer la réunion d'aujourd'hui en chantant, et même si elle ne prétendait pas le faire avec l'habileté de l'Ami Walter Cunningham ou de l'Ami Roger (les MacKenzies était venu, bien sûr, mais pas les Cunningham, ce qui ne me surprit pas), si quelqu'un voulait se joindre à elle, elle serait reconnaissante de cette compagnie.

Une ambiance chaleureuse s'était mise en place grâce à la chanson - et à la contribution de Jacinthe [ndlt : ???] - tout le monde s'était assis tranquillement pendant quelques minutes. J'avais senti Jamie, à côté de moi, se redresser un peu, comme s'il avait pris une décision, et il avait parlé à la congrégation de Sylvia Hardman, une femme Quaker qu'il avait rencontrée par hasard dans sa maison près de Philadelphie, et qui l'avait soigné pendant plusieurs jours, son dos ayant choisi de le neutraliser.

«Outre sa grande gentillesse», dit-il, «j'ai été saisi par ses petites filles. Elles étaient aussi gentilles que leur mère, mais ce sont leurs noms que j'ai aimés le plus. Elles s'appelaient Patience, Prudence et Chasteté. Je voulais donc te demander, Rachel - les Amis appellent-ils souvent leurs enfants d'après les vertus ?"

"Ils le font," dit-elle et, souriant à Jemmy qui avait commencé à se contracter un peu, elle ajouta: "Jérémie - si tu ne t'appelais pas Jérémie, quel nom choisirais-tu ? Si tu devais être nommé d'après une vertu, je veux dire.

"C'est quoi vertu ?" Avait demandé Mandy, en fronçant les sourcils vers son frère comme si elle s'attendait à ce qu'il en fasse germer une à l'instant.

«Quelque chose de bien», lui avait dit Germain. "Comme ..." il jeta un regard dubitatif à Rachel pour confirmation, "... la paix ? Ou peut-être la bonté? "

"Exactement", avait-elle dit en hochant gravement la tête. «Quel nom choisirais-tu, Germain, pendant que Jemmy réfléchit ? Piété ?"

"Non !" avait-il dit, horrifié. Et, au milieu d'un éclat de rire général, les gens avaient commencé à proposer des noms-de-vertu, à la fois pour eux-mêmes et pour divers membres de la famille, avec des éclats de rire qui s'ensuivaient ou - une ou deux fois - des discussions animées concernant la pertinence d'une suggestion... 

 

source : http://www.dianagabaldon.com/.../book-nine.../piety/ 

 

- 1739 -

 

Roger ouvrit la bouche pour répondre, mais sa gorge s'était fermée aussi fort que s'il avait avalé une pierre, et rien ne sortit sauf un grognement étouffé.

Jamie sourit et toucha son bras, le poussant vers une grosse pierre de ce que Roger supposait être la façade de la maison. Deux cordes chevillées se déroulaient à quatre-vingt-dix degrés de la pierre, décrivant les deux côtés de l'empreinte de la maison. Ça allait être une maison assez grande - peut-être même plus grande que la grande maison d'origine.

"Viens marcher avec moi sur la fondation, d'accord ?"

Roger secoua la tête et suivit son beau-père jusqu'à la grosse pierre, et fut surpris de voir que le mot «FRASER» y avait été ciselé, et en dessous, «1779».

"Ma pierre angulaire", déclara Jamie. "Je pensais que si la maison devait brûler à nouveau, au moins les gens sauraient-ils que nous étions ici, oui ?"

"Ah… mm," réussit à sortir Roger. Il s'éclaircit la gorge, toussa et trouva assez d'air pour quelques mots. "Lallybroch ... t-ton pa ..." Il pointa vers le haut, comme vers un linteau. "Il a mis… la date." Le visage de Jamie s'éclaira.

"Il l'a fait", a-t-il dit. "L'endroit est toujours debout, alors ?"

"Ça l'était la dernière fois que je… l'ai vu." Sa gorge s'était détendue alors que l'emprise de l'émotion le quittait. "Bien que ... j'y pense ..." Il s'arrêta, se rappelant juste la dernière fois qu'il avait vu Lallybroch.

"Je me suis demandé, tu sais." Jamie avait tourné le dos et ouvrait la voie vers ce qui serait le côté de la maison. Une odeur de poulet rôti émanait du feu ; ce devait être les pigeons. "Brianna m'a parlé des hommes qui sont venus." Il jeta un bref coup d'œil à Roger, son visage prudent. "Tu étais alors parti, bien sûr, à la recherche de Jem."

"Oui." Et Bree avait été forcée de quitter la maison - leur maison - abandonnée aux mains des voleurs et des ravisseurs. C'était comme si le rocher était tombé de sa gorge dans sa poitrine. Inutile de penser à cela tout de suite, cependant, et il poussa la vision de gens tirant sur sa femme et ses enfants dans le fond de son cerveau - pour le moment.

"Comme on en parle", dit-il, rattrapant Jamie. "La dernière fois que j'ai vu Lallybroch, c'était… un peu plus tôt que ça."

Jamie fit une pause, un sourcil levé et Roger s'éclaircit la gorge. C'était ce qu'il était revenu ici pour dire ; pas de meilleur moment pour le dire.

«Quand je suis allé trouver Jem, j'ai commencé par aller à Lallybroch. Il connaissait l'endroit, c'était sa maison - je pensais que s'il s'éloignait de Cameron, il irait peut-être là-bas."

Jamie le regarda un instant, puis prit une inspiration et acquiesça. "Ma fille a dit ... 1739 ?"

"Tu devais avoir dix-huit ans. Loin à l'université à Paris. Ta famille était très fière de toi", ajouta Roger doucement. Jamie détourna brusquement la tête et resta immobile ; Roger pouvait entendre l'altération de son souffle.

"Jenny," dit-il. "Tu as rencontré Jenny. Alors."

«Oui. Elle avait peut-être vingt ans. Alors." Et alors, pour lui, ce ne faisait pas plus de six mois dans le passé. Et Jenny avait maintenant quoi, soixante ans ? "Je pensais - je pensais que je devrais peut-être te dire quelque chose, avant de la revoir." 

 

source : http://www.dianagabaldon.com/.../book-nine.../1739-2/) 

 

 

- Jamie et Jenny -

 

"Mon Dieu, le vieux bougre me manque," dit Jamie impulsivement. Jenny le regarda et sourit tristement.

"Moi aussi. Je me demande parfois s'il est avec eux maintenant - maman et pa."

Cette idée surprit Jamie - il n'y avait jamais pensé - et il rit en secouant la tête. "Eh bien, s'il l'est, je suppose qu'il est heureux."

"J'espère que c'est ainsi", déclara Jenny, de plus en plus sérieuse. "J'ai toujours souhaité qu'il puisse être enterré avec eux, à Lallybroch."

Jamie hocha la tête, la gorge soudainement serrée. Murtagh gisait avec les morts de Culloden, enterré dans une fosse anonyme sur cette lande silencieuse, ses os se mêlaient aux autres. Pas de cairn pour permettre à ceux qui l'aimaient de venir laisser une pierre pour en témoigner.

Jenny posa une main sur son bras, chaude à travers le tissu de sa manche.

"N'y pense pas, a brathair," dit-elle doucement. "Il a eu une bonne mort, et tu étais avec lui à la fin."

"Comment saurais-tu que c'était une bonne mort ?" L'émotion le fit parler plus brutalement qu'il ne le voulait, mais elle cligna des yeux une seule fois, puis son visage se calma à nouveau.

"Tu me l'as dit, idiot," dit-elle sèchement. "Plusieurs fois. Tu ne t'en souviens pas ?"

Il la regarda un instant, sans comprendre.

"Je te l'ai dit ? Comment ? Je ne sais pas ce qui s'est passé."

Maintenant, c'était à son tour d'être surprise.

"Tu as oublié ?" Elle fronça les sourcils. "Oui, eh bien ... c'est vrai que tu as perdu la tête avec cette fièvre pendant une bonne dizaine de jours quand ils t'ont ramené à la maison. Ian et moi avons veillé à tour de rôle à ton chevet - autant pour empêcher le médecin de t'enlever la jambe que pour tout le reste. Tu peux remercier Ian, d'avoir toujours celle-là ", ajouta-t-elle, hochant la tête brusquement vers sa jambe gauche. "Il a renvoyé le médecin ; il a dit qu'il savait bien que tu préférerais être mort." Ses yeux se remplirent brusquement de larmes et elle se détourna.

Il l'attrapa par l'épaule et sentit ses os, fins et légers comme un crécerelle sous le tissu de son châle.

"Jenny," dit-il doucement. "Il ne voulait pas être mort. Crois-moi. Moi si ... mais pas lui."

"Non, il le voulait, au début", dit-elle, et elle déglutit. "Mais tu ne l'aurais pas laissé faire, dit-il - et il ne t'aurait pas laissée non plus." Elle s'essuya le visage avec le dos de sa main, grossièrement. Il la saisit et l'embrassa, ses doigts froids dans sa main.

"Tu ne penses pas que tu as quelque chose à voir avec ça ?" demanda-t-il, se redressant et lui souriant. "Pour nous deux ?" >

 

source : http://www.dianagabaldon.com/.../excerpt-8-jamie-and-jenny/ 

 

- Sans titre -

 

Je faisais ce genre de rêve délicieux où vous réalisez que vous êtes endormi et que vous l'appréciez énormément. Je me sentais au chaud, tellement détendue que je ne sentais plus mon squelette, et mon esprit était un vide exquis. Je commençais à peine à sombrer à travers cette couche nuageuse de félicité dans les royaumes plus profonds de l'inconscience quand un violent mouvement du matelas sous moi me poussa à une vigilance instantanée. Par réflexe, je me roulai sur le côté et je cherchai Jamie. Je n'avais pas encore atteint le stade de la pensée consciente, mais mes synapses avaient déjà tiré leurs propres conclusions. Il était toujours au lit, donc nous n'avions pas été attaqués et la maison n'était pas en feu. Je n’entendais que sa respiration rapide ; les enfants allaient bien et personne n'était entré par effraction. Donc… c'était son propre rêve qui l'avait réveillé. Cette pensée pénétra dans la partie consciente de mon esprit au moment où ma main toucha son épaule. Il recula, mais pas avec le violent recul qu'il montrait habituellement si je le touchais trop brusquement après un mauvais rêve. Il était donc réveillé ; il savait que c'était moi. Dieu merci, pensai-je, et j'inspirai profondément. "Jamie ?" dis-je doucement. Mes yeux s'étaient déjà adaptés à l'obscurité ; je pouvais le voir, à moitié recroquevillé à côté de moi, tendu, face à moi. "Ne me touche pas, Sassenach," dit-il tout aussi doucement. "Pas encore. Laisse passer." Il était venu au lit dans une chemise de nuit ; la pièce était encore froide. Mais il était nu maintenant. Quand l'avait-il enlevée ? Et pourquoi ?

 

Source inconnue, si vous la retrouvez, merci de me l'indiquer dans les commentaires.  

 

 Les âmes des chiens -

 

Je regardai en bas de la colline et je vis Jamie sortir de sous les saules qui bordaient le ruisseau, chassant les enfants devant lui comme un troupeau de petits moutons désobéissants, se heurtant les uns les autres et riant. Ce n'était pas la première fois que Rollo me manquait, lui qui aurait pris ce travail en main - ou à la patte - avec enthousiasme, et je me signai à cette pensée avec un sourire triste.

"Penses-tu qu'il est approprié de prier pour l'âme d'un animal ?" demandai-je à Roger, qui allumait le feu pour la cuisine, aidé par Mandy, qui se rendait utile en lui tendant des bâtons et d'autres objets qu'elle pensait devoir y être inclus. Il se redressa, époussetant ses mains, et me sourit.

"Je pense que toute prière est une bonne prière, mais je ne pense pas que les Presbytériens aient des points de doctrine concernant les animaux. À quel animal pensiez-vous ? Parce que si c'est la truie blanche..."

"Non," dis-je pensivement. "Je suis raisonnablement sûre que la truie blanche est au-delà du rachat. Je pensais à Rollo."

"Oh, les chiens. Non, ma chérie, le feu est assez haut maintenant - nous devons le laisser brûler un peu pour que Grand-Mère puisse avoir des charbons pour préparer notre dîner. Va te laver les mains - et peut-être ton visage pendant que tu y es, oui ?"

"Et demande à Germain de m'apporter un seau d'eau, veux-tu, Mandy ?" lui criai-je de loin. Elle hocha la tête aimablement et se dirigea vers le puits, Esmeralda au creux de son bras et sa chasuble miteuse - maintenant maculée de charbon de bois - battant autour de ses jambes.

"Les chiens", répéta-t-il en se tournant vers moi. "Eh bien ... J'ai rencontré un jour un prêtre catholique à Inverness - il chantait dans la chorale de St. Stephen, pour le plaisir, vous savez ; un beau baryton - enfin, un soir je l'ai invité à prendre un verre et, au cours de la conversation, nous en sommes venus à parler de chiens. Il venait de perdre un de ses animaux de compagnie, un petit chien très doux et plein de poils, qui venait avec lui pour les répétitions et se pelotonnait à ses pieds pendant les chants. J'ai donc proposé un toast à Tippy, et tous les membres du bar se sont joints à moi - enfin, voilà, quelqu'un a demandé à Peter - Peter Drummond, le père Pete, ils l'appelaient - il lui a demandé si les chiens avaient une âme."

"Eh bien, bien sûr." Jamie avait dispersé son troupeau et remonté la colline à temps pour entendre cela. "Comment pourrais-tu regarder dans les yeux d'un chien et en douter ?"

"Tu marques un point," dis-je. "Bien que la question était… attends ! Pourquoi es-tu mouillé ?" Il était pieds nus, l'ourlet de son kilt sombre et dégoulinant.

"J'ai dû patauger dans le ruisseau pour aller chercher Orrie Higgins. Il a pris peur quand Myers est entré dans l'eau et…"

"John Quincy est dans le ruisseau ?"

"Oui, pour se laver et laver ses vêtements. Amy Higgins lui a donné un peu de savon liquide pour le faire. Qu'est-ce que c'est que cette question sur l'âme des chiens ? "

"Je me demandais s'il était approprié de prier pour l'âme d'un chien", expliquai-je. "Rollo, tu sais ..."

"Si jamais j'ai rencontré un chien avec une meilleure chance d'aller au paradis, je ne m'en souviens pas." Jamie secoua la tête. "C'était un bon chien."

"Oui, il l'était", acquiesça Roger. "Mais je disais à Claire le point de vue d'un prêtre que je connaissais. Il a dit que les chiens sont pur amour et donc quand ils meurent, ils sont instantanément en présence de Dieu. Donc, théoriquement, ils n'auraient pas besoin qu'on prie pour eux."

Jamie fit un bruit écossais d'approbation à ce bout de raisonnement théologique.

"Je veux un chien !" déclara Mandy, apparaissant avec Germain et le seau d'eau, "Pouvons-nous avoir un chien, Papa ?"

"Plus tard", répondit Roger, ajoutant avec ruse : "Demande à ta mère."

"Nous avons d'abord besoin d'une maison", lui dis-je. "Le chien aura besoin d'un endroit pour dormir."

"Il peut dormir avec moi !"

"Il pourrait manger Esmeralda", déclara Germain, taquin. Mandy serra la poupée contre sa poitrine, se renfrognant.

"Non ! Grand-Mère, dis-lui non !"

"A Germain, ou au chien?" demandai-je. «Jamie, aide-moi avec ça, veux-tu ? Et où sont Jem et Fanny? " 

 

source : [http://www.dianagabaldon.com/.../book.../the-souls-of-dogs/) 

 

-Beauté - 

 

 

Ian ne fit pas semblant de ne pas savoir pourquoi elle avait demandé.

"Petite," dit-il, tenant sa main à environ 7 centimètres au-dessus de son coude. "Dix centimètres de moins que moi… Soignée, avec un… un joli visage."

"Si elle est belle, Ian, tu peux le dire," dit sèchement Rachel. "Je suis une Amie; nous ne donnons pas dans la vanité. "

Il la regarda, ses lèvres légèrement crispées. Puis il se ravisa sur ce qu'il avait prévu de lui dire. Il ferma les yeux un instant, puis les ouvrit et lui répondit honnêtement.

"Elle était charmante. Je l'ai rencontrée au bord de l'eau - un bassin dans la rivière, où l'eau se répand et il n'y a même pas d'ondulation à la surface, mais on sent l'esprit de la rivière se déplacer à travers." Il l'avait vue se tenir dans l'eau jusqu'aux cuisses, vêtue seulement de sa chemise relevée et attachée autour de sa taille avec un foulard rouge, tenant une fine lance de bois aiguisé et guettant les poissons.
"Je ne peux pas penser à elle en… en parties séparées," dit-il d'une voix un peu rauque. "À quoi ressemblaient ses yeux, son visage…" Il fit un petit geste étrange et gracieux avec sa main, comme s'il prenait la joue de Wakyo’teyehsnohsa, puis parcourait la ligne de son cou et de son épaule. "C'est seulement… quand je pense à elle…" Il la regarda et fit un petit 'hem' dans sa gorge. "Aye. Bien. Aye, je pense à elle de temps en temps. Pas souvent. Mais quand je le fais, je ne la considère que comme un tout, et je ne peux pas te dire avec des mots à quoi cela ressemble."

"Pourquoi ne penserais-tu pas à elle?" Dit Rachel, aussi doucement qu'elle le pouvait. "Elle était ta femme, la mère de - de tes enfants."

"Aye," dit-il doucement, et il baissa la tête. Elle pensa qu'elle aurait pu choisir une meilleure place; ils se trouvaient dans le hangar qui servait de petite grange et il y avait une truie qui avait mis bas dans un enclos juste en face d'eux, une douzaine de gros porcelets poussant et grognant à ses tétines, un témoignage de fécondité.
"Il faut que je te dise quelque chose, Rachel," dit-il en levant brusquement la tête.

"Tu sais que tu peux tout me dire, Ian," dit-elle en le pensant, mais son cœur voulait dire quelque chose de différent et commença à battre plus vite. 

 


source : http://www.dianagabaldon.com/.../book-nine.../beautiful/ 

 

 

- Sans titre -

 

William a trouvé Moira, la cuisinière, dans le jardin de la cuisine, en train de tirer des oignons de printemps. Elle parlait à Amaranthus, qui s'était apparemment rassemblé également ; elle transportait un trug qui contenait un gros tas de raisins et quelques poires du petit arbre qui poussait près de la maison de cuisine. Avec un œil pour le fruit, il s'est épanoui et a rendu les femmes bonjour. Amaranthus lui a donné un coup d'œil haut et bas, inhalé comme s'il essayait de juger son état d'intoxication à partir de son arôme, et avec une petite secousse de la tête, lui a donné une poire mûre.
′′ Café ?" il a dit avec un peu de chance à Moira.
′′ Eh bien, je ne dirai pas qu'il n'y en a pas," a-t-elle dit de manière douteuse. ′′ C ' est reparti d'hier, cependant, et assez fort pour enlever l'éclat de vos dents."
′′ Parfait," lui a-t-il assuré, et a mordu dans la poire, en fermant les yeux alors que le jus pulpeux inondait sa bouche. Il les a ouverts pour trouver Amaranthus, le dos tourné vers lui, s'est abaissé pour regarder quelque chose sur le sol parmi les radis. Elle portait un emballage mince au-dessus de son quart, et le tissu s'est étiré sur son fond très rond.
Elle s'est levée soudainement, se retournant et il s'est penché sur le sol qu'elle regardait en disant ′′ Qu ' est-ce que c'est ? ′′ bien qu'il n'ait personnellement vu que de la saleté et beaucoup de hauts de radis
′′ C ' est un coléoptère," a-t-elle dit en le regardant de près. ′′ Très bon pour le sol. Ils roulent des petites boules d'ordures et les tronchent."
′′ Que font-ils d'eux ? Les boules d'ordures, je veux dire."

 

 

′′ Mangez-les," a-t-elle dit, avec un léger haussement. ′′ Ils enterrent les balles pour leur sécurité, puis les mangent selon les besoins - ou parfois elles se reproduisent à l'intérieur des plus grandes."
′′ Comment... cosy. Avez-vous pris un petit déjeuner ?" William a demandé, en soulevant un sourcil.
′′ Non, ce n'est pas encore prêt."
′′ Moi non plus," a-t-il dit, atteignant ses pieds. ′′ Bien que je n'ai pas aussi faim que je l'étais avant que tu ne me dises ça." Il a jeté un coup d'œil à son gilet. ′′ Est-ce que j'ai des coléoptères dans ce noble assemblage ?"
Ça l'a fait rire
′′ Non, tu ne l'as pas fait," a-t-elle dit. ′′ Pas assez coloré."
Amaranthus était soudainement proche de lui, même s'il était sûr qu'il ne l'avait pas vue bouger. Elle avait l'étrange astuce de sembler apparaître soudainement hors de l'air ; c'était déconcertant, mais plutôt intrigant.
′′ Ce vert brillant," a-t-elle dit, pointant un long doigt et délicat vers son milieu, ′′ est un coléoptère à feuilles de chien, Chrisosuchus auratus."
′′ Est-ce vraiment ?"
′′ Oui, et cette charmante créature avec le long nez est un Billbug."
′′ Un pillbug ?" William a écrasé sa poitrine.
′′ Non, un Billbug," a-t-elle dit, en tapant sur le bug en question. ′′ C ' est une sorte de charançon, mais ça mange des queues de chat. Et jeune maïs."
′′ Plutôt un régime varié."
′′ Eh bien, à moins d'être un coléoptère, vous avez vraiment le choix dans ce que vous mangez," a-t-elle dit en souriant. Elle a touché un autre des coléoptères, et William a senti une secousse faible mais notable à la base de sa colonne vertébrale. ′′ Maintenant ici," a-t-elle dit, avec de petits robinets distincts de son doigt, ′′ nous avons un coléoptère frêne émeraude, un coléoptère tigre festif et le faux scarabée patate."
′′ À quoi ressemble un vrai scarabée de pommes de terre ?"
′′ C ' est vraiment pareil. Celui-ci s'appelle un fausse coléoptère de pommes de terre parce que pendant qu'il _ wil _ je mange des pommes de terre dans une pincée, il préfère vraiment les orties de chevaux."
′′ Ah." Il pensait qu'il devrait exprimer son intérêt pour le reste des petites choses qui ornementent son gilet, dans l'espoir qu'elle continue à les taper. Il ouvrait sa bouche pour s'enquérir d'une grande chose de couleur crème avec des cornes, quand elle est revenue afin de regarder son visage.
′′ J ' ai entendu mon beau-père parler de toi à Lord John," a-t-elle dit.
′′ Oh ? C ' est bien. J ' espère qu'ils auront une bonne journée pour ça," a-t-il dit, je ne m'en soucie
′′ En parlant de faux coléoptères de pommes de terre, je veux dire," a-t-elle dit. Il a fermé les yeux brièvement, puis il en a ouvert un et l'a regardée. Elle était parfaitement solide, sans hésiter au moindre.
′′ Je sais que je suis un trifle le pire pour boire," a-t-il dit poliment. ′′ Mais je ne pense pas que je ressemble à une sorte de scarabée de pommes de terre, indépendamment de l'opinion de mon oncle. ′′

 

Source : Facebook  

 

Haut de page 

Autres textes qui pourraient vous plaire  

 

Haut de page

Roger trouva Jamie debout au bord d'un grand trou rectangulaire dans le sol, manifestement perdu dans la contemplation de ses profondeurs.
"Nouvelles toilettes ?" demanda-t-il, hochant la tête en direction de la fosse. Jamie leva les yeux, souriant à sa vue, et Roger sentit une vague de chaleur - à plus d'un titre.
"Aye. Je voulais seulement que ce soit l’habituel, tu sais, avec un seul siège d'aisance." Jamie désigna le trou, les derniers rayons de soleil touchant ses cheveux et sa peau avec une lumière dorée. "Mais avec quatre autres - et peut-être encore plus, avec le temps? Comme vous dites que vous avez l'intention de rester, je veux dire." Il jeta un coup d'œil de côté à Roger, et le sourire vint à nouveau.
"Et puis, il y a les gens qui viennent voir Claire aussi. Un des garçons Crombie est descendu la semaine dernière, pour obtenir un remède pour une diarrhée explosive, et il a passé si longtemps à grogner et à gémir dans les toilettes de Bobby Higgins que toute la famille devait courir jusque dans les bois et Amy n’était pas très contente de l’état des toilettes quand il est parti, je peux te le dire."
Roger acquiesça.
"Alors, tu veux l'agrandir ou faire deux toilettes?"
"Oui, c'est la question." Jamie semblait heureux que Roger ait saisi l'essence de la situation si rapidement. "Tu vois, la plupart des logements avec des familles ont un cabinet de nécessité qui peut accueillir deux personnes à la fois - les MacHughs ont des toilettes à trois trous, et c'est belle chose aussi; Sean MacHugh est un homme compétent avec ses outils, ce qui est une bonne chose avec sept enfants. Mais le truc c'est que…" Il fronça un peu les sourcils et se retourna pour regarder en direction du feu, à ce moment-là caché derrière la masse sombre de la cheminée. "Les femmes, tu sais?"
"Claire et Brianna, tu veux dire." Roger comprit tout de suite ce que voulait dire Jamie. "Oui, elles ont des notions d'intimité. Mais un petit loquet à l'intérieur de la porte…?"
"Aye, j'y ai pensé." Jamie fit un signe de la main, repoussant l'idée. "La difficulté est plus ce qu’elles pensent des… germes." Il prononça le mot très soigneusement, et jeta un coup d'œil rapide à Roger sous ses sourcils, comme pour voir s'il l'avait bien dit, ou comme s'il n'était pas sûr que ce soit un vrai mot pour commencer.
"Oh. Je n’y avais pas pensé. Tu veux dire les malades qui viennent - ils pourraient laisser…" Il fit un signe de la main vers le trou.
"Aye. Tu aurais dû voir le remue ménage quand Claire a insisté pour ébouillanter le cabinet d'Amy avec de l'eau bouillante et du savon de lessive et y verser de la térébenthine après le départ du fils Crombie." Ses épaules se dressèrent vers ses oreilles en souvenir. "Si elle faisait ça à chaque fois que nous avions des gens malades dans nos toilettes, nous aussi nous irions tous chier dans les bois."
Il rit, cependant, tout comme Roger.
"Les deux, alors," dit Roger. "Deux trous pour la famille et des toilettes séparées pour les visiteurs - ou plutôt pour l'infirmerie - on dira que c'est pour plus de commodité. Tu ne veux pas paraître prétentieux en ne laissant pas les gens utiliser tes propres toilettes."
"Non, ça ne le ferait pas du tout." Jamie vibra brièvement, puis s'immobilisa, mais resta un moment, baissant les yeux, un demi-sourire toujours sur son visage. Les odeurs de terre humide et fraîchement creusée et de bois fraîchement scié s'élevaient autour d'eux, se mêlant à l'odeur du feu, et Roger pouvait presque imaginer qu'il sentait la maison se solidifier à cause de la fumée.
Jamie abandonna alors ce à quoi il pensait et tourna la tête pour regarder Roger.
"Tu m'as manqué, Roger Mac", dit-il. 

 

 Ian était entré tranquillement - comme un Indien, pensa Rachel - quelque temps après minuit, accroupi près du lit et soufflant doucement dans son oreille pour la réveiller, de peur qu'il ne la surprenne et ne réveille Oggy. Elle avait vérifié à la hâte ce dernier, puis balança ses pieds hors du lit et se leva pour embrasser son mari.
"Tu sens le sang", murmura-t-elle. "Qu'est-ce que tu as tué?"
"Une bête," murmura-t-il en retour, et il prit sa joue en coupe dans sa paume. "Je devais le faire, mais je ne suis pas désolé pour cela."
Elle hocha la tête, sentant une pierre tranchante se former dans sa gorge.
"Veux-tu sortir avec moi, ma femme? J'ai besoin d'aide."
Elle hocha de nouveau la tête et se retourna pour trouver la cape qu'elle utilisait comme robe de chambre. Il y avait un sentiment de tristesse en lui, mais quelque chose d'autre aussi, et elle ne pouvait pas dire ce que c'était.
Elle espérait qu'il n'avait pas ramené le corps à la maison dans l'espoir qu'elle l'aiderait à l'enterrer ou à le cacher, quoi - ou qui - que ce soit, mais il venait de tuer quelque chose qu'il considérait comme mauvais et se sentait peut-être poursuivi. 

 

"Ta maman t'a-t-elle jamais parlé du rêve que j'avais fait? Peu de temps après... votre départ." Il ne put s'empêcher de jeter un coup d'œil par-dessus son épaule, pour être sûr que personne n'était à portée de voix.
"Non." Elle le regardait avec un profond intérêt, une petite ligne entre ses sourcils, et il ne pouvait s'empêcher de lui sourire. "C'était un rêve amusant?" lui demanda-t-elle.
"Och, non. Je souriais seulement parce que tu y ressemblais tellement à Claire. Quand elle essaie de comprendre quel est le problème avec quelqu'un, je veux dire."
Elle ne rit pas, mais la fossette transitoire qui apparaissait parfois sur sa joue droite frémit un instant.
"Personne ne dit jamais que je ressemble à maman", dit-elle. "Ils disent tout le temps à quel point je te ressemble."
"Oh, tu ressembles souvent à ta mère", lui assura-t-il. "C'est juste que ce n'est pas une question de cheveux ou d'yeux ou de taille. C'est le regard sur ton visage lorsque tu touches Jem ou Mandy - ou lorsque tu parles avec Roger Mac le soir sur le porche, et la lumière de la lune dans tes yeux."
Sa propre voix était devenue douce et rauque, et il regarda le sol, l'empilement de couches sur couches de feuilles mortes, comme des étoiles mourantes sous ses bottes.
"Tu ressembles à ta mère amoureuse, c'est tout ce que je veux dire. Tout à fait comme elle."

 

PARTIE 1 :

Un essaim d’abeilles dans la carcasse d’un lion

Chapitre 1 :

Les MacKenzie sont là

 

17 juin 1779

Fraser’s Ridge, colonie de Caroline du Nord

Il y avait une pierre sous ma fesse droite, mais je ne voulais pas bouger. Les minuscules battements de cœur sous mes doigts étaient doux et obstinés, tressautements fugaces de la vie. L’espace entre eux était infini, ma connexion avec le ciel sombre et les flammes ardentes.
"Bouge un peu tes fesses, Sassenach", fit une voix dans mon oreille. "J’ai besoin de me gratter le nez et tu es assise sur ma main."
Jamie remua ses doigts sous moi, et je me décalai en me tournant vers lui, gardant ma prise sur Mandy, avachie et endormie dans mes bras.
Il me sourit par-dessus la tête ébouriffée de Jem et se gratta le nez. Il devait être minuit passé, mais le feu était encore haut. La lumière brillait sur les poils de sa barbe, et rayonnait doucement dans ses yeux et dans les cheveux roux de son petit-fils, ainsi que sur les plis ombragés du plaid usé dont il les avait enveloppés tous les deux.
De l’autre côté du feu, Brianna riait, de la manière discrète que prennent les gens qui rient au milieu de la nuit, avec des enfants endormis à proximité.
Elle posa sa tête sur l'épaule de Roger, les yeux mi-clos. Elle avait l'air complètement épuisée, ses cheveux étaient sales et emmêlés, la lumière du feu creusant ses traits... mais elle était heureuse.
"Qu'est-ce que tu trouves drôle, a nighean ?" lui demanda Jamie, en installant Jem dans une position plus confortable. Jemmy luttait aussi fort qu'il le pouvait pour rester éveillé, mais il perdait le combat. Il laissa échapper un énorme bâillement et secoua la tête, clignant des yeux comme une chouette hébétée.
"Qu'est-ce qui est drôle ?" tenta-t-il de répéter sans parvenir à finir sa phrase, restant la bouche entrouverte et le regard vitreux.
Sa mère gloussa d’un air juvénile, et je perçus le sourire de Jamie.
"Je viens de demander à papa s'il se souvenait d'un rassemblement auquel nous avons participé, il y a des années. Les clans étaient tous réunis autour d'un grand feu de joie et j'ai tendu à papa une branche enflammée en lui disant de descendre vers le feu et de dire que les MacKenzie étaient là."
"Oh." Jem cligna des yeux une fois, puis deux, regarda le feu qui flambait devant nous, et un léger froncement de sourcils apparut entre ses petits sourcils auburns. "Où sommes-nous maintenant ?"
"A la maison", dit fermement Roger, et ses yeux rencontrèrent les miens, puis passèrent à ceux de Jamie. "Pour de bon."
Jamie laissa échapper le même soupir de soulagement que je retenais depuis cet après-midi, lorsque les MacKenzie étaient apparus soudainement dans la clairière en contrebas, et que nous avions dévalé la colline à leur rencontre. Il y avait eu un moment d'explosion joyeuse, sans paroles, alors que nous nous étions tous jetés les uns sur les autres, puis l'explosion s'était accrue, alors qu'Amy Higgins sortait de sa maison, alarmée par le bruit, suivie de Bobby, puis d’Aidan — qui avait hurlé à la vue de Jem et l'avait plaqué au sol—, d’Orrie et du petit Rob.
Jo Beardsley, qui se trouvait dans les bois à proximité, avait entendu le vacarme et était venu voir... et en l'espace de quelques instants, la clairière était pleine de monde. Six foyers avaient appris la nouvelle avant le coucher du soleil ; les autres l'apprendraient sans doute demain.

La démonstration immédiate de l'hospitalité des Highlands avait été merveilleuse ; les femmes et les filles avaient couru à leurs cabanes et elles avaient apporté ce qu'elles avaient préparé ou fait bouillir pour le souper, les hommes avaient ramassé du bois et, à la demande de Jamie, l'avaient transporté jusqu’à la colline où se trouvait la silhouette de la nouvelle maison, et nous avons accueilli notre famille avec style, entourés d'amis.
Des centaines de questions avaient été posées aux voyageurs : d'où venaient-ils ? Comment s'était passé le voyage ? Qu'avaient-ils vu ? Personne n'avait demandé s'ils étaient heureux d'être de retour; cela allait de soi pour tout le monde.

La suite inédite :

Ni Jamie ni moi n'avions posé de questions. Il y aurait bien assez de temps pour ça, et maintenant que nous étions seuls, Roger venait de répondre à la seule qui comptait vraiment.

Le pourquoi de cette réponse, cependant... Je sentis les poils de ma nuque se hérisser.
"A chaque jour suffit sa peine", murmurai-je entre les boucles noires de Mandy, et j'embrassai sa petite oreille endormie. Une fois de plus, mes doigts sondèrent l'intérieur de ses vêtements — souillés par le voyage, mais très bien conçus — et trouvèrent la cicatrice entre ses côtes, le souvenir du scalpel du chirurgien qui lui avait sauvé la vie il y a deux ans, en un lieu si éloigné de moi.
Le petit cœur courageux battait paisiblement sous mes doigts, et je refoulai mes larmes — ce n’était pas la première fois aujourd'hui, et sûrement pas la dernière.

"J'avais raison, aye ?" dit Jamie, et je réalisai que c’était la seconde fois qu’il posait la question.
"A propos de quoi ?"
"Pour ce qui est d'avoir besoin de plus d'espace", dit-il patiemment, et il se tourna pour désigner d'un geste le rectangle invisible des fondations en pierre, la seule trace tangible à ce jour de la Nouvelle Maison. L'empreinte de la Grande Maison d'origine était encore visible comme une marque sombre sous l'herbe de la clairière en contrebas, mais elle avait presque disparu. Peut-être que lorsque la Nouvelle Maison serait terminée, elle ne serait plus qu'un souvenir.
Brianna bâilla comme un lion, puis repoussa sa crinière emmêlée et cligna des yeux dans l'obscurité.
"Nous allons probablement dormir dans la cave à légumes cet hiver", dit-elle, puis elle rit.
"Oh femme de peu de foi," lança Jamie, pas du tout perturbé. "Le bois est scié, fendu et fraisé. Nous aurons des murs, des planchers et des fenêtres en quantité avant la chute de la neige. Peut-être qu'il n'y aura pas encore de verre dedans," ajouta-t-il objectivement. "Mais ça peut attendre jusqu'au printemps."
"Mmm." Brianna cligna à nouveau des yeux et secoua la tête, puis se leva pour regarder. "Tu as une pierre d'âtre ?"
"J'en ai une. Un joli petit morceau de serpentine, la pierre verte, tu t’en souviens ?"
"Oui. Et tu as un morceau de fer pour mettre dessous ?"
Jamie parut surpris.
"Pas encore, non. Je le trouverai quand on bénira l'âtre, cependant."
"Bien, alors." Elle se redressa et fouilla dans les plis de sa cape, pour en ressortir un grand sac de toile, visiblement lourd et rempli d'objets divers. Elle y fouilla quelques instants, puis en sortit quelque chose qui brillait d'un éclat noir à la lumière du feu.
"Utilise ça, Pa", dit-elle, en le tendant à Jamie.
Il regarda l'objet un moment, sourit, et me le tendit.
"Oui, ça ira", dit-il. "Tu l'as apporté pour l'âtre ?"
C'était un ciseau en métal noir lisse, de 15 cm de long et lourd dans ma main, avec le mot "Artisan" imprimé sur la tête.
"Eh bien... pour un foyer", dit Bree en lui souriant. Elle posa une main sur la jambe de Roger. "Au début, je pensais que nous pourrions construire une maison nous-mêmes, quand nous le pourrions. Mais..." Elle se tourna et regarda à travers l'obscurité de du Ridge vers la voûte du ciel froid et pur au-dessus de nos têtes, où la Grande Ourse brillait. "Nous n'y arriverons peut-être pas avant l'hiver. Et comme j'imagine que nous allons devoir nous imposer..." Elle leva les yeux de dessous ses cils pour regarder son père, qui renifla.
"Ne sois pas stupide, jeune fille. Si c'est notre maison, c'est la tienne aussi, et tu le sais très bien." Il haussa un sourcil à son intention. "Et plus il y a de mains pour aider à la construire, mieux c'est. Tu veux en voir la forme ?"
Sans attendre de réponse, il dégagea Jem de son plaid, le fit glisser sur le sol à côté de moi et se leva. Il retira du feu l'une des branches enflammées et lança une invitation de la tête vers le rectangle invisible des nouvelles fondations.
Bree était encore somnolente, mais joueuse ; elle me sourit et secoua la tête d'un air bon enfant, puis rabattit sa cape sur ses épaules et se leva.
"Tu viens ?" dit-elle à Roger.
Il lui sourit et fit un signe de la main pour la faire partir. "Je suis trop crevé pour voir clair, mon amour. Je vais attendre le matin."
Bree lui effleura l'épaule et partit à la lumière de la torche de Jamie, marmonnant quelque chose dans son souffle en trébuchant sur une pierre dans l'herbe. Je recouvrai Jem qui n'avait pas bougé avec un pli de ma cape.

 

Roger et moi restâmes assis en silence, écoutant leurs voix s'éloigner dans l'obscurité — puis nous restâmes silencieux quelques instants de plus, écoutant le feu et la nuit, et les pensées de chacun.
Pour qu'ils aient risqué les dangers du voyage, sans parler des dangers de ce temps et de cet endroit... quoi qu'il se soit passé dans leur propre temps…
Il me regarda dans les yeux et vit ce que je pensais. Il soupira.
"Aye, c'était mauvais. Assez mauvais", dit-il doucement. "Même si... Nous aurions pu revenir en arrière pour y faire face. J'en avais envie. Mais nous avions peur qu'il n'y ait personne là-bas que Mandy puisse ressentir assez fortement."
"Mandy ?" Je baissai les yeux sur le petit corps solide, ramolli par le sommeil. "Ressentir qui ? Et qu'est-ce que tu veux dire par 'revenir' ? Non, attends—" Je levai une main en signe d'excuse. "Non, ne me le raconte pas maintenant ; tu es épuisé, et nous avons le temps." Je marquai une pause pour m'éclaircir la gorge. "Le plus important étant que vous êtes tous là."
Il sourit alors, d'un sourire véritable, mais avec la fatigue des kilomètres, des années et des choses terribles derrière lui.
"Aye", a-t-il dit. "C'est vrai."

Nous restâmes silencieux un moment, et Roger hocha la tête ; je pensais qu'il était presque endormi, et j'étais en train de rassembler mes jambes sous moi pour me lever et rassembler tout le monde pour le lit quand il releva la tête à nouveau.
"Une chose..."
"Oui ?"
"Connaissez-vous un homme qui s'appelle William Buccleigh MacKenzie ? Ou peut-être Buck MacKenzie ?"
"Ce nom me dit quelque chose", dis-je lentement. " Qui est-ce ? "
Roger passa une main sur son visage et descendit lentement le long de sa gorge, jusqu'à la cicatrice blanche laissée par une corde.
"Eh bien... c'est l'homme qui m'a fait pendre, pour commencer. Mais c'est aussi mon cinq fois arrière-grand-père. Aucun d'entre nous ne le savait au moment où il m'a fait pendre", ajouta-t-il, presque en s'excusant.
"Jésus H... Oh, je te demande pardon. Es-tu toujours une sorte de pasteur ?"
Il sourit, bien que les marques de l'épuisement aient creusé des sillons sur son visage.
"Je ne pense pas que ça s'estompe", répondit-il. "Mais si vous étiez sur le point de dire 'Jesus H. Roosevelt Christ', ça ne me dérangerait pas. C'est même approprié à la situation, si l'on peut dire."
Et en quelques mots, il me raconta l'étrange histoire de l'enfant de la sorcière, et comment Buck MacKenzie avait fini en Écosse en 1980, pour ensuite y retourner avec Roger dans le but de retrouver Jem.

"Il y a beaucoup plus que ça", me confia-t-il. "Mais l'essentiel, pour l'instant, c'est que nous l'avons laissé en Écosse. En 1739. Avec... euh... sa mère."
"Avec Geillis ?" Ma voix monta involontairement dans les aigus, et Mandy se mit à tressaillir et à faire des petits bruits grincheux. Je la tapotai hâtivement et la déplaçai dans une position plus confortable. "Tu l'as rencontrée ?"
"Aye. Ehm... une femme intéressante." Il y avait une chope sur le sol à côté de lui, encore à moitié pleine de bière ; je pouvais sentir la levure et le houblon amer. Il la saisit et sembla se demander s'il devait la boire ou se la verser sur la tête, mais il but une gorgée et la posa.
"Je… Nous voulions qu'il vienne avec nous. Bien sûr, il y avait un risque, mais on avait réussi à trouver assez de pierres précieuses, et je pensais qu'on pouvait s'en sortir, tous ensemble. Et... sa femme est ici." Il fit un vague signe vers la forêt lointaine. "En Amérique, je veux dire. En ce moment."
"Je... m'en souviens vaguement, d'après ta généalogie." Bien que l'expérience m'ait appris les limites de la croyance en tout ce qui est consigné sur papier.
Roger acquiesça, but plus de bière, et se racla la gorge, durement. Sa voix était rauque et craquait à cause de la fatigue.
"Je suppose que vous lui avez pardonné pour..." Je fis un bref geste vers ma propre gorge. Je pouvais voir la ligne de la corde et l'ombre de la petite cicatrice que j'avais laissée là quand j'avais fait une trachéotomie d'urgence avec un canif et l'embout ambré d'une pipe.
"Je l'aimais", répondit-il simplement. Un faible sourire apparut à travers la barbe noire et le voile de la fatigue. "Combien de fois avez-vous la chance d'aimer quelqu'un qui vous a transmis son sang, sa vie, sans qu'il sache qui vous êtes, ni même que vous existiez ?"
"Eh bien, on prend des risques quand on a des enfants", dis-je, et je posai doucement une main sur la tête de Jem. Il était chaud, les cheveux non lavés mais doux sous mes doigts. Mandy et lui sentaient comme des chiots, une odeur animale douce et épaisse, riche d'innocence.
"Oui", dit doucement Roger. "C'est ça."

 

Un bruissement d'herbe et des voix derrière nous annoncèrent le retour des ingénieurs - ils étaient plongés dans une discussion sur la plomberie intérieure.
"Aye, peut-être", disait Jamie, dubitatif. "Mais je ne sais pas si nous pouvons obtenir tout ce dont vous aurez besoin avant que le temps froid n'arrive. Je viens juste de commencer à creuser de nouvelles toilettes, ça devrait suffire pour l'instant. Et au printemps..."
Brianna répondit quelque chose que je ne saisis pas, et puis ils étaient là, pris dans le halo du feu, si semblables à regarder avec la lumière scintillant sur leurs visages au long nez et leurs cheveux roux. Roger bougea, se remettant sur ses pieds, et je me levai avec précaution, tenant une Mandy aussi molle que sa poupée de chiffon, Esmeralda.
"C'est merveilleux, maman", dit Bree, et elle me serra contre elle, son corps fort, droit et doucement puissant, m'englobant, Mandy entre nous. Elle me tint serrée un moment, puis pencha la tête et embrassa mon front.
"Je t'aime", dit-elle, d'une voix douce et rauque.
"Je t'aime aussi, chérie", répondis-je en maîtrisant la boule qui s'était formée dans ma gorge, et je caressai son visage, si fatigué et si radieux.
Elle recula alors et me prit Mandy, la balançant contre une épaule avec une facilité déconcertante.
"Viens, mon grand", dit-elle à Jem en le poussant doucement du bout de sa botte. "C'est l'heure d'aller au lit." Il émit un bruit interrogateur et somnolent, leva à moitié la tête, puis se recoucha, profondément endormi.
"Dinna fash, je m'en occupe." Roger fit signe à Jamie de s'éloigner et, se baissant, prit Jem dans ses bras et se leva avec un grognement. "Tu veux descendre aussi ?" demanda-t-il. "Je peux revenir et m'occuper du feu, dès que j'aurai couché Jem".
Jamie secoua la tête et passa un bras autour de moi.
"Non, ne te dérange pas. On va peut-être s'asseoir un moment et voir le feu s'éteindre."
Ils descendirent lentement la colline, marchant comme du bétail, accompagnés par les bruits de cliquetis du sac de Brianna. La cabane des Higgins, où ils allaient passer la nuit, n'était qu'une petite lueur dans l'obscurité ; Amy avait dû allumer une lampe et retirer la toile qui couvrait la fenêtre.

Jamie tenait toujours le ciseau dans sa main ; les yeux fixés sur le dos de sa fille qui disparaissait, il le leva et l'embrassa, comme il avait déjà embrassé le manche de sa dague devant moi, et je sus que c'était une promesse sacrée.
Il rangea le ciseau dans son sporran et passa derrière moi pour me prendre dans ses bras, afin que nous puissions tous deux les regarder s’éloigner. Il posa son menton sur ma tête.
"A quoi penses-tu, Sassenach ?" demanda-t-il doucement. "J'ai vu tes yeux ; il y a des ombres à l'intérieur."
Je m'installai contre lui, sentant sa chaleur comme un rempart dans mon dos.
"Les enfants", dis-je, hésitante. "Ils... Je veux dire, c'est merveilleux qu'ils soient là. Penser que nous ne les reverrions jamais, et soudain..." Je déglutis, envahie par la joie vertigineuse de me retrouver — de nous retrouver— une fois de plus et de façon si inattendue dans cette chose remarquable qu'est une famille. "De voir Jem et Mandy grandir... d'avoir à nouveau Bree et Roger..."
"Aye ", dit-il, un sourire dans la voix. "Mais ?"
Il me fallut un moment, à la fois pour rassembler mes pensées et pour les mettre en mots.
"Roger a dit que quelque chose de grave était arrivé, à leur époque. Et tu sais que ça a dû être quelque chose de vraiment terrible."
"Aye ", dit-il, sa voix se durcissant un peu. "Brianna a dit la même chose. Mais tu sais, a nighean, ils ont déjà vécu à cette époque. Ils savent, je veux dire, ce que c'est, ce que ce sera."
La guerre en cours, il voulait dire, et je serrai ses mains, jointes autour de ma taille.
"Je ne pense pas", dis-je doucement, en regardant la large crique. Ils avaient disparu dans l'obscurité. "Ceux qui n’y ont jamais été ne savent pas." À la guerre.
"Oui", dit-il, et il me tint dans ses bras, silencieux, sa main posée sur mon côté, sur la cicatrice de la blessure faite par une balle de mousquet à Monmouth.
"Aye", dit-il de nouveau après un long moment. "Je vois ce que tu veux dire, Sassenach. J'ai cru que mon cœur allait éclater quand j'ai vu Brianna et que j'ai su que c'était vraiment elle, et les enfants... mais pour toute la joie du monde... tu vois, ils m'ont cruellement manqué, mais je pouvais me consoler en pensant qu'ils étaient en sécurité. Maintenant..."
Il marqua un temps d'arrêt et je sentis son cœur battre contre moi, lentement et régulièrement. Il prit une profonde inspiration, et soudain le feu éclata une poche de poix, explosant en étincelles qui disparurent dans la nuit. Un petit rappel de la guerre qui se levait, lentement, tout autour de nous.
"Je les regarde", dit-il, "et mon cœur est soudain rempli de..."
"De terreur", ai-je murmuré en me serrant contre lui. "Une terreur absolue."
"Aye", a-t-il dit. "C'est ça."

 

source : https://www.facebook.com/AuthorDian.../posts/331721404984787