MENU 

MENU 

Ce qui est prépondérant dans l’histoire de Bree et Roger, c’est leurs parcours solitaire. Car à l’inverse de Claire qui dès son arrivée rencontre Jamie et ne le quitte quasiment plus durant les trois années suivantes, Bree et Roger vont arpenter leur chemin de croix chacun de leur côté.

 

Avant de m’attacher au trajet de l’un et de l’autre, je dois faire état de leur querelle à Wilmington, alors qu’ils s’étaient miraculeusement retrouvés, aimés et mariés. Dispute dont découlera leur supplice.

Il n’est pas question ici de jugement. Oui, Bree s’est braquée sans réfléchir, oui, elle a agi impulsivement, et très certainement injustement. Oui également, Roger ne s’est pas bien défendu, a lâché prise trop vite, s’est embarqué sur un navire sans la prévenir, sans lui laisser l’occasion de revenir sur ses propos. Oui. Ils ont eu tort tous les deux et cela rajoutera du poids à ce qu’ils traverseront pas la suite, même si aucun des deux n’aura vraiment le temps de s’appesantir dessus, se prenant de plein fouet les conséquences de leurs actes.

Cette querelle, c’est l’articulation désastreuse qui causera les drames de chacun. Double peine.

 

 

Brianna 

Roger est l’un des plus jeunes professeurs d’histoire de la prestigieuse université d’oxford. Homme sérieux et érudit s’il en est, il est attaché aux traditions et aux valeurs un peu désuètes. Comment pourrait-il en être autrement, puisqu’il a été élevé par un révérend d'un certain âge et une voyante, cheffe des druidesses d’Inverness ? Il est cependant plein de vivacité et de romantisme. Son amour pour Bree le transporte dès les premiers instants, cela ne fait aucun doute.

 

Brianna, quant à elle, jeune étudiante passionnée de Boston, est encore à la recherche d’elle-même. Elle voulait être historienne afin de suivre les traces de celui qu’elle croyait être son père, mais finalement décide de tout arrêter lorsqu’elle comprend qu’on lui a menti. Elle prend de plein fouet une vérité inconcevable, et à peine l’a-t-elle intégrée que sa mère la délaisse à son tour. Certes, elle s’éprend du beau professeur d’histoire, mais son cœur n’est pas entièrement disponible. Elle a tellement d’autres soucis ! Et puis, comment croire à l’amour, à l’avenir, aux projets, lorsqu’on réalise que tout est mensonge autour de soi et que tout peut s’écrouler du jour au lendemain ?

 

Il est sûr de lui… elle a besoin de temps. Rien n’est simple, mais  tout est encore possible. 

 

  

À travers le temps 

Bree et Roger

Un couple dans la tourmente  

Finalement, Roger revient auprès de sa femme et décide que ce fils qui est né entre-temps est le sien. L’un et l’autre ont pardonné, ce qui était fondamental pour pouvoir avancer. Ils sont officiellement mariés à Fraser’s Ridge et quelque mois après, Bonnet est enfin jugé et exécuté. Jamie et Claire qui vivent désormais dans la « grande maison » leur ont cédé le premier chalet où ils élèvent leur enfant et Jamie nomme Roger, fils de la maison Fraser. L’avenir leur appartient.

 

À partir de là, et quels que soient les évènements à venir, le couple que forme Roger et Bree est solide. Malgré le traumatisme persistant de Brianna, malgré le doute quant à la parenté de Jemmie, malgré la terrible pendaison de Roger à laquelle il survit miraculeusement, jamais leur mariage n’est mis en danger. Dès lors, après des mois d’errance solitaire, ils font route commune.

Hélas, Bree découvre une coupure de presse annonçant la mort de ses parents lors d’un incendie qui détruira leur maison de Fraser’s Ridge. S’en est trop pour elle. Elle ne peut pas les perdre deux fois ! Elle doit les prévenir, rien d’autre ne compte. Peut-être même qu’à l’inverse, tout prend son sens. Elle n’avait plus de père, sa mère était partie ? En traversant le temps, elle retrouvera une famille, elle ne sera plus orpheline. Certes, elle délaisse Roger, mais finalement, rien n’était encore construit entre eux. Il s’en remettra !  

  

 

Mais non, il ne s’en remet pas, car cela ne fait aucun doute pour lui, Brianna est le centre de sa vie. Alors il part à son tour, lui, l’historien dont l’enfance a été bercée par le récit de ses ancêtres écossais tout autant que par les légendes de Mrs Graham. Il traverse les menhirs de Craigh na Dun sans un regard en arrière. Il ne le fait pas par goût de l’aventure ! Il ne le fait même pas pour rencontrer ses aïeuls, non, il le fait par amour, un amour au moins aussi puissant que celui de Claire pour Jamie, personne ne peut plus en douter désormais.   

 

 

Solitaires  

Par Valérie Gay-Corajoud

Bree tout d’abord qui, encore sous le choc de son altercation avec Roger, rencontre Bonnet qui la brutalise puis la viole. Comment une jeune femme peut-elle se remettre d’une nuit durant laquelle elle perd sa virginité avec l’homme qu’elle vient d’épouser avant de se disputer avec lui, puis subit un viol par une brute épaisse ? Comment va-t-elle parvenir à concilier tout cela sans s’égarer ?

Heureusement, dès le lendemain elle retrouve ses parents. Elle peut se permettre de redevenir petite fille. On va prendre soin d’elle. Elle va pouvoir se reconstruire dans ce cocon bienveillant, d’autant qu’elle le comprend assez vite : elle attend désormais un enfant, dont elle ne sait si le géniteur est l’homme aimé ou détesté.  

 

Quelques semaines après, elle apprend, dans le même temps, que Roger ne l’a pas abandonnée, mais que son père l’a molesté et que son cousin l’a vendu aux Indiens. À nouveau, elle perd tout.

Alors que sa famille part à la recherche de Roger, elle est envoyée chez sa tante Jocasta pour accoucher en toute sécurité. Là-bas, elle découvre les contraintes du siècle faites à son sexe. On ne met pas un enfant au monde sans être mariée ! Elle subit des pressions de toutes parts, considérée comme un bien à convoiter, à marchander, à utiliser. N’oublions pas que c’est une toute jeune fille dont les traumatismes se sont enchaînés comme des perles sur un collier. Elle ne sait pas si son mari est en vie. Elle ne sait pas si elle pourra pardonner à son père. Elle ne sait pas si elle pourra rester ici ou repartir dans son siècle. Plus rien de son destin n’est entre ses mains.

 

Il n’y a bien que Lord John Grey, ange gardien envoyé par Jamie, pour veiller sur elle avec attention.

 

 

Roger  

Pour Roger, le chemin de croix ne fait que commencer ! (Voir article à son sujet).

Il n’est pas retourné à Craigh na Dun comme le supposait Brianna, mais s’en est allé quérir des gemmes afin de traverser les menhirs avec elle. Il n’allait tout de même pas abandonner aussi vite ! Pour cela, il n’a d’autre choix que de s’embarquer à nouveau avec Bonnet. Bonnet le violeur, certes, mais Bonnet le pirate également, le capitaine cruel et intraitable qui lui fera vivre un calvaire lors de ce voyage qui semble interminable.  

Finalement, Roger parvient à s’échapper du bateau et rejoint Fraser’s Ridge où il espère enfin retrouver la femme de sa vie. Mais, à la suite d’un malentendu, il est battu presque à mort par Jamie et vendu aux Indiens Mohawks par Ian. S’en suivra une marche de l’enfer de 1000 kilomètres à travers la forêt, avec ce doute perpétuel en lui : est-ce Brianna qui a demandé à son père de le battre et de le vendre ?

 

Ce qui est marquant, lors de cet interminable périple, c’est que jamais Roger n’abandonne l’espoir de retrouver Brianna. Il fait des nœuds à sa corde pour s’ancrer dans la réalité du temps qui passe, décidé à revenir sur ses pas coûte que coûte. Rien, non, rien ne l’empêchera de rejoindre son aimée ! Ni un pirate sanguinaire ni ses foutus Indiens qui le traitent comme un chien. Pas même Jamie, pas même Brianna elle-même. Oh bien sûr, il est aigri, on le serait à moins ! Il se confie au père Alexandre Ferigault lors de son enfermement, à qui il crache sa hargne et son venin. Mais cette hargne ne fait pas long feu, car l’humanité en lui prédomine.

Lorsque les Fraser le retrouvent et lui annoncent le viol et la grossesse de Bree, c’est comme un coup de grâce. Combien de souffrance un homme peut-il endurer ? Contrairement à Bree qui n’a plus d’autre option que d’attendre et d’espérer, Roger se trouve face à un choix. Il a des gemmes, il a repéré des pierres dressées. Il peut repartir et mettre fin à ce calvaire. Mais il peut aussi retrouver sa femme, élever cet enfant qui est peut-être le sien. Il peut pardonner et aimer… ou fuir et oublier.

  

 

Les retrouvailles 

À l'inverse de Jamie et Claire qui se sont aimés dans un seul siècle (quelle étrange phrase quand on y pense), Bree et Roger n’ont eu d’autre choix que de construire leur relation à travers les méandres du temps.  

Leur idylle a commencé au 20e siècle. Roger venait de perdre son père adoptif, le révérend Réginald Wakefield et Bree apprenait peu de temps après qu'elle n'était pas la fille de Frank Randall, mais celle d'un Highlander fougueux, mort 200 ans auparavant sur la lande de Culloden - un homme que sa mère finit par rejoindre à travers le temps, la laissant doublement orpheline.  

 

Au tout début :  

Valérie Gay-Corajoud 

Haut de page 

Haut de page

Autres textes qui pourraient vous plaire