MENU 

MENU 

MENU 

Tartan Fraser dans Outlander 

Véritable tartan Fraser 

FOCUS SUR LE MARIAGE

(1-07)

Par Pas Cale 

DANS LA SERIE 

UN MARIAGE ARRANGÉ PAR CONTRAT

 

On ne se marie pas par amour mais par intérêt. Les époux, au XVIIIe siècle, ne se choisissent pas mutuellement. On se marie pour des questions d’argent, de titre, de pouvoir, de terre… La raison invoquée par Dougal pour arranger le mariage entre Claire et Jamie est l’impérieuse nécessité pour Claire de devenir écossaise afin d’échapper légalement au pouvoir des anglais.

Le mariage permet à la jeune épouse d’entrer dans une famille ; le marié lui donne son nom et son clan, lui assurant ainsi la protection dont elle a besoin. La mariée est censée être vierge au moment du mariage, le marié ne l’étant pas forcément. Ici c’est l’inverse. Dès le départ donc, nous avons affaire à un couple atypique et à un mariage plutôt original.

C’est en réalité plus compliqué que ça. Ce mariage c’est, tout d’abord, pour Dougal, une manière de s’assurer que Claire, pour laquelle il a gros faible, entre dans la famille, pour éventuellement en profiter (il ne tarde d’ailleurs pas à lui faire une proposition dans ce sens, au cours même de la nuit de noces, proposition qu’il réitérera lorsqu’il croira Jamie pendu à Wentworth). C’est d’autre part, et pour Dougal toujours, un moyen de garder la mainmise sur Lallybroch, le château et le domaine permettant l’accès aux Highlands, en cas de besoin stratégique si jamais une guerre venait à éclater. Pour Jamie, tombé amoureux de Claire, bien qu’il ne lui avoue pas à ce moment-là, c’est obtenir l’objet de son désir. Pour Claire enfin, c’est une manière de s’affranchir des dangers qui la guettent et de se mettre à l’abri de la lubricité de Dougal.

 

UN MARIAGE CATHOLIQUE

 

Dans l’Angleterre protestante du XVIIIe siècle, le mariage entre Claire et Jamie obéit au rituel catholique, la religion dominante alors en Ecosse. Si Claire semble ne croire ni à dieu ni à diable, Jamie est un catholique convaincu mais pas fanatique et souhaite un mariage religieux. C’est la première des trois conditions qu’il impose pour que ce mariage se fasse. Dougal et Willy se chargent de trouver le lieu de la cérémonie et de convaincre le prêtre de consacrer cette union à la hâte.

Le mariage catholique au XVIIIe siècle obéit à des règles précises. Le prêtre doit procéder à la publication des bans et annoncer par trois fois l’union à venir. Par manque de temps, les bans ne seront pas prononcés, et le prêtre, sous la contrainte, accepte d’y renoncer (enfin, contrainte, plutôt devrions-nous dire chantage… un mariage rapide contre des fenêtres pour son église !). La messe est dite en latin et l’anneau de mariage béni. Les deux époux doivent mutuellement se jurer amour, fidélité et soutien.  Le mariage n’est effectif qu’une fois « consommé ». La cérémonie à laquelle se soumettent Claire et Jamie ressemble beaucoup à celle que l’on connait encore aujourd’hui comme le souligne Diana dans le tome 1 : "La messe de mariage catholique n’avait guère changé en quelques siècles et les paroles qui m’unissaient au jeune homme roux à mes côtés étaient sensiblement les mêmes que celles qui avaient consacré mon mariage avec Frank".

 

L’INFLUENCE DE LA TRADITION ECOSSAISE DANS LE MARIAGE DE CLAIRE ET JAMIE

 

Après la cérémonie catholique, Jamie et Claire procèdent au traditionnel liage des mains écossais. Dougal leur entaille le poignet et lie leurs plaies avec une bande de tissu ; les époux échangent alors ces paroles :

 

Vous êtes le sang de mon sang et l'os de mon os.

Je vous donne mon corps, afin que nous deux soyons Un.

Je vous donne mon Esprit, jusqu'à ce que notre vie soit faite.

 

Vous ne pouvez pas me posséder car je m'appartiens à moi-même

Mais, si nous le souhaitons tous les deux, je vous donne ce qui est à moi de

vous donner le canon, car je suis une personne libre.

Mais je vous servirai de la manière dont vous avez besoin

et le nid d'abeilles sera goût plus doux venant de ma main.

-------------------------------------------------------------------

Ye are Blood of my Blood, and Bone of my Bone.

I give ye my Body, that we Two might be One.

I give ye my Spirit, 'til our Life shall be Done.

 

You cannot possess me for I belong to myself

But while we both wish it, I give you that which is mine to give

You cannon command me, for I am a free person

But I shall serve you in those ways you require

and the honeycomb will taste sweeter coming from my hand.

L'ALLIANCE DE MARIAGE

Deuxième des trois conditions imposées par Jamie : il exige, dans la série du moins, mais nous reviendrons plus loin sur les différences entre série et livre, que Claire puisse avoir une alliance. Il se sert pour cela de sa clé de Lallybroch, sa maison (tout un symbole !), qu’il fait forger afin d’en faire une alliance. Ce sont les deux amis fidèles, Rupert MacKenzie et Angus Mohr, qui se chargent de cette course. L’histoire de l’anneau de mariage se confond avec celle de l’anneau des fiançailles. En effet, la coutume de l’anneau des fiançailles remonte à l’Antiquité. Seule la femme le porte, puisqu’il symbolise les arrhes du mariage. A compter des XIe / XIIe siècles, quand la cérémonie des fiançailles et du mariage fusionnent, le symbole de l’anneau évolue, signifiant désormais promesse et gage de fidélité.  C’est alors naturellement que le mari se met, lui aussi, à porter un anneau, ce que ne fait pas Jamie sans qu’on en ait vraiment l’explication. Claire porte son anneau à la main droite, selon l’usage médiéval plutôt qu’à sa main gauche, à laquelle elle continue de porter l’alliance de Frank.

 

 Troisième et dernière condition, Jamie, qui veut se « marier proprement », exige pour Claire une robe de mariée. Encore une volonté incongrue pour un homme qui n’a rien d’autre sur le dos que son propre kilt et doit emprunter sa tenue d’apparat à un obscur membre de son clan. L’usage qui prévaut alors est le port de sa plus belle robe, quelle qu’en soit la couleur. Demande d’autant plus incongrue que c’est dans un bordel que se rend l’avocat Ned Gowan, chargé de cette mission.

Cependant, la robe que porte Claire dans la série fait terriblement penser à la robe portée par la Princesse Anne d’Angleterre lors de son mariage en 1734 avec le Prince d’Orange, robe dont les frères Goncourt dans leur Histoire de la femme au XVIIIe siècle, donnent la description suivante : « le jour de la célébration du mariage, la mariée, grandement décolletée, ayant des mouches, du rouge et de la fleur d’oranger, vêtue d’une robe d’argent garnie de nacre et de brillants , portant des souliers de la même étoffe, avec des rosettes de diamants, était conduite par deux chevaliers de main.

LA ROBE DE LA MARIÉE

A noter que ce genre de robe est très en vogue à cette époque (le mariage a lieu en 1743, exactement 6 semaines après que Claire a atterri au XVIIIe siècle, soit environ au milieu du mois de décembre).

 

Pour la petite anecdote, la robe de Claire était si lourde (elle avoisine les 20kg) et l’accès au lieu de tournage si pentu et glissant, qu’il a fallu transporter l’actrice en voiturette jusqu’à la porte de l’église !

 

LA NUIT DE NOCES 

 

Pas de mariage sans nuit de noces ; six semaines entre leur rencontre et leur mariage ne permettent pas à nos héros de se connaître et ils en viennent à échanger leur histoire. C’est pour le spectateur un moyen de comprendre à quel point Jamie est un personnage singulier, issue d’une union d’amour entre deux parents que tout séparait : Brian Dubh, le selky (ou soyeux), et la sublime Ellen MacKenzie, victimes tous deux d’un véritable coup de foudre qui les a amenés à fuir le château de Leoch et à se réfugier à Lallybroch. Un homme singulier, à la fois moderne et traditionnel, qui s’unit à une voyageuse dans le temps, voilà qui annonce une union qui ne sera pas de tout repos !

Jamie est touchant de maladresse, Claire de gêne, mais deux objets très forts sont à noter : le collier de perles d’Ellen que Jamie offre à Claire, et le tartan du clan Fraser, dans lequel les deux amoureux s’enroulent, montrant à la fois l’attachement fort à cette femme forte et fière et au clan dont ils sont désormais indissociables.  A noter que Claire offrira à son tour le collier à Brianna avant son retour en Ecosse, collier dont elle avait fait elle-même cadeau à Mme Graham lors de ses retrouvailles avec Frank en 1948, et restitué par Fiona, la petite-fille de Mme Graham…

 

DIFFERENCES ENTRE LE LIVRE ET LA SERIE 

 

Ils sont essentiellement au nombre de quatre.

L’anneau de Claire n’existe pas dans le livre de Diana Gabaldon ; Jamie passe au doigt de Claire une bague de Brian Dubh, son père. Cette bague est bien trop grande et Claire la rend à Jamie à la fin de la cérémonie. Ce n’est qu’après l’épisode de la fessée, au moment  de leur réconciliation que Jamie offre une alliance à Claire : [le paquet] « contenait un large anneau d’argent, ciselé de l’entrelacs typique des Highlands, avec un délicat chardon jacobite gravé à l’intérieur de chaque boucle ». Cette alliance telle qu’elle est ici décrite, est la sœur jumelle que Jamie offrira à Claire dans la saison 4, alliance confectionnée par le fidèle Murtagh. Elle ne ressemble aucunement à l’anneau qu’il lui passe au doigt dans la série, qu’elle conservera jusqu’à ce qu’elle lui soit volée. 

L’autre différence concerne également l’une des conditions ; celle de la robe. Celle que porte Claire est prêtée par une amie de la femme de l’aubergiste qui les accueille dans son établissement ; elle est ainsi décrite : « […] il s’agissait d’un robe en satin couleur crème, avec un décolleté plongeant sur lequel s’ajustait un corselet orné d’une multitude de minuscules boutons en tissu.  Les manches étaient richement parées de dentelle, tout comme la jupe brodée en velours chocolat ».  Contrairement à la série, dans laquelle la tenancière du bordel dit qu’ « aucune femme ne devrait se marier dans la robe d’une autre », c’est bien dans la robe d’une villageoise dont « le tissu était encore imprégné de l’odeur de son ancienne propriétaire » que Claire se rend à l’autel.

Nous avons parlé plus haut du tartan et du collier d’Ellen. L’épisode au cours duquel les deux amants s’enlacent dans le tartan, qui au passage n’est pas bleu gris mais cramoisi n’existe pas dans le livre, et les perles sont offertes à Claire avant la cérémonie du mariage ; une petite entorse visuelle et une autre temporelle !

Enfin, la nuit de noces, dans le livre, ne dure pas une nuit mais trois selon la tradition des Highlands d’après Diana Gabaldon. Le récit du mariage a donc été condensé dans la série, resserrant le temps pour le rendre plus fort émotionnellement, tant pour les spectateurs que pour les personnages, qui passent de sentiment en sentiment en l’espace de 24 heures ».

A noter que ce genre de robe est très en vogue à cette époque (le mariage a lieu en 1743, exactement 6 semaines après que Claire a atterri au XVIIIe siècle, soit environ au milieu du mois de décembre).

 

Pour la petite anecdote, la robe de Claire était si lourde (elle avoisine les 20kg) et l’accès au lieu de tournage si pentu et glissant, qu’il a fallu transporter l’actrice en voiturette jusqu’à la porte de l’église !

 

LA NUIT DE NOCES

 

Pas de mariage sans nuit de noces ; six semaines entre leur rencontre et leur mariage ne permettent pas à nos héros de se connaître et ils en viennent à échanger leur histoire. C’est pour le spectateur un moyen de comprendre à quel point Jamie est un personnage singulier, issue d’une union d’amour entre deux parents que tout séparait : Brian Dubh, le selky (ou soyeux), et la sublime Ellen MacKenzie, victimes tous deux d’un véritable coup de foudre qui les a amenés à fuir le château de Leoch et à se réfugier à Lallybroch. Un homme singulier, à la fois moderne et traditionnel, qui s’unit à une voyageuse dans le temps, voilà qui annonce une union qui ne sera pas de tout repos !

Jamie est touchant de maladresse, Claire de gêne, mais deux objets très forts sont à noter : le collier de perles d’Ellen que Jamie offre à Claire, et le tartan du clan Fraser, dans lequel les deux amoureux s’enroulent, montrant à la fois l’attachement fort à cette femme forte et fière et au clan dont ils sont désormais indissociables.  A noter que Claire offrira à son tour le collier à Brianna avant son retour en Ecosse, collier dont elle avait fait elle-même cadeau à Mme Graham lors de ses retrouvailles avec Frank en 1948, et restitué par Fiona, la petite-fille de Mme Graham…

 

DIFFERENCES ENTRE LE LIVRE ET LA SERIE

 

Ils sont essentiellement au nombre de quatre.

L’anneau de Claire n’existe pas dans le livre de Diana Gabaldon ; Jamie passe au doigt de Claire une bague de Brian Dubh, son père. Cette bague est bien trop grande et Claire la rend à Jamie à la fin de la cérémonie. Ce n’est qu’après l’épisode de la fessée, au moment  de leur réconciliation que Jamie offre une alliance à Claire : [le paquet] « contenait un large anneau d’argent, ciselé de l’entrelacs typique des Highlands, avec un délicat chardon jacobite gravé à l’intérieur de chaque boucle ». Cette alliance telle qu’elle est ici décrite, est la sœur jumelle que Jamie offrira à Claire dans la saison 4, alliance confectionnée par le fidèle Murtagh. Elle ne ressemble aucunement à l’anneau qu’il lui passe au doigt dans la série, qu’elle conservera jusqu’à ce qu’elle lui soit volée. 

L’autre différence concerne également l’une des conditions ; celle de la robe. Celle que porte Claire est prêtée par une amie de la femme de l’aubergiste qui les accueille dans son établissement ; elle est ainsi décrite : « […] il s’agissait d’un robe en satin couleur crème, avec un décolleté plongeant sur lequel s’ajustait un corselet orné d’une multitude de minuscules boutons en tissu.  Les manches étaient richement parées de dentelle, tout comme la jupe brodée en velours chocolat ».  Contrairement à la série, dans laquelle la tenancière du bordel dit qu’ « aucune femme ne devrait se marier dans la robe d’une autre », c’est bien dans la robe d’une villageoise dont « le tissu était encore imprégné de l’odeur de son ancienne propriétaire » que Claire se rend à l’autel.

Nous avons parlé plus haut du tartan et du collier d’Ellen. L’épisode au cours duquel les deux amants s’enlacent dans le tartan, qui au passage n’est pas bleu gris mais cramoisi n’existe pas dans le livre, et les perles sont offertes à Claire avant la cérémonie du mariage ; une petite entorse visuelle et une autre temporelle !

Enfin, la nuit de noces, dans le livre, ne dure pas une nuit mais trois selon la tradition des Highlands d’après Diana Gabaldon. Le récit du mariage a donc été condensé dans la série, resserrant le temps pour le rendre plus fort émotionnellement, tant pour les spectateurs que pour les personnages, qui passent de sentiment en sentiment en l’espace de 24 heures ».